MENU
Accueil
Parcoursup : à 4 semaines de l'échéance, l'attente est encore longue...
Écouter le direct
Parcoursup : à 4 semaines de l'échéance,
Parcoursup : à 4 semaines de l'échéance, ©Radio France

Parcoursup : à 4 semaines de l'échéance, l'attente est encore longue...

Ils sont 17.000 jeunes encore en quête de leur ticket pour l'enseignement supérieur.

Rythmées aux soubresauts de l’actualité, qui offre largement de quoi s’occuper, les grandes vacances passent à une vitesse folle. Entre la Coupe du monde, l’affaire Benalla, Booba vs Kaaris, et le désormais mythique chassé-croisé entre juilletistes et aoûtiens, on n’est pas les plus à plaindre.

Mais ce qui aurait dû être la meilleure période de leur vie pour plusieurs néo-bacheliers, s’est transformé en situation de stress insupportable . En effet, ils sont 17.000 jeunes sur 812.000, dans l’attente d’une réponse sur Parcoursup , la plate-forme remplaçante d’Admission Post-Bac (APB) depuis cette année. Et si le chiffre, révélé il y a maintenant une semaine (30 juillet) par la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, est moins élevé que l’année précédente (65 000), ces 17 000 sont de trop.

Quatre semaines avant la date limite de la procédure , plusieurs candidats à l’enseignement supérieur témoignent sur Franceinfo . Lorenzo explique par exemple, "Dès 2h du matin, quand la plate-forme se réinitialise, je vérifie." Celui-ci avoue d'ailleurs ne pas totalement naviguer à vue, "J 'aurai toujours mon école de management. C'est comme une roue de secours. " Lorenzo s'est en effet mis une formation de côté en attendant d'obtenir celle qu'il veut réellement, et où il est pour l'instant classé 2ème sur liste d'attente.

Comme lui, nombreux sont les jeunes à accepter des formations par défaut, avec au fond l'espoir d'obtenir mieux. Mais à ce petit jeu, d'autres candidats peuvent se retrouver bloqués. Toujours pour Franceinfo , Laurianne confie," Je ne sais pas où je vais être dans un mois, à la rentrée. Je ne peux pas préparer de déménagement ni trouver un appartement. C'est très compliqué en fait, c'est assez stressant."

Et la situation ne risque pas de s'arranger de sitôt. Jérôme Teillard, responsable de Parcoursup , argumente, également pour Franceinfo ,"Chaque jour, il y a des nouvelles propositions et des candidats qui peuvent y répondre et ce sont ces candidats-là sur lesquels on se concentre, ceux qui sont en attente et qui souhaitent trouver une proposition pour la rentrée. Ce sont eux qu'on va accompagner dans ce sens ."

Interviewée le 30 juillet sur les modalités de sélection des établissements dans la matinale de LCI , Frédérique Vidal a répondu, "Ce que me disent les établissements, c'est qu'ils ont travaillé sur la base de fichiers Excel et des jurys d'admission et je les crois."

De leur côté, des organisations opposées à la loi Orientation et réussite des étudiants (ORE) et à Parcoursup comme l’Unef, ainsi que le président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis, ont annoncé mi-juillet avoir saisi le Défenseur des droits pour « faire la lumière sur les modalités de sélection ». Il va donc falloir être patient. Encore et toujours...

Crédit photo : DENIS CHARLET / AFP