MENU
Accueil
USA : des policiers utilisent des musiques sous copyright pour ne pas être filmés
Écouter le direct
Collage de captures des vidéos publiées par Sennett Devermont (@mrcheckpoint_)
Collage de captures des vidéos publiées par Sennett Devermont (@mrcheckpoint_)

USA : des policiers utilisent des musiques sous copyright pour ne pas être filmés

Sur les réseaux sociaux, les vidéos avec des musiques protégées sont susceptibles d'être supprimées très rapidement.

Aux Etats-Unis comme en France, filmer les policiers est un droit. Mais pour essayer d'empêcher la diffusion de ces images sur les réseaux sociaux, des agents de police de la ville de Beverly Hills ont développés une technique rusée : il se sont mis a diffuser de la musique protégée par un droit d'auteur lorsqu'ils sont filmés.

Des policiers mélomanes ?

La scène se déroule à Beverly Hills, en Californie. Sennett Devermont s'est rendu au commissariat le 6 février pour contester une contravention en exigeant d'obtenir les images de l'intervention du policier. Mais Le Courrier International rappo_rte que lorsque l'agent de police ne souhaita plus être filmé, il dégaina son téléphone et se mit à diffuser le morceau _Santeria, du groupe de musique californien Sublime pendant de longues secondes en gardant le silence. Cette technique de DJ est visible à la 3ème minute de cette vidéo, postée sur Instagram :

Avec les Beatles, ça marche aussi !

Sur la chaine CBS News, Sennett Devermont a dénoncé “une atteinte à la liberté d’expression”. Il a également affirmé qu’il avait déjà eu droit à une session de live mix avec un autre policier de Beverly Hills. Le militant a d’ailleurs diffusé cet autre incident, cette fois-ci sur un fond de Beatles. Il faut croire que la police de Beverly Hills a bon goût !

Copyrights et vidéos supprimées

Le but de cette technique est évidement de faire supprimer la vidéo des réseaux sociaux. Les musiques protégées sont de plus en plus soumises aux restrictions sur l'ensemble des plateformes et il est très facile de faire "sauter" une vidéo qui ne respecte pas les règles. Et ce, même si le son ne passe qu'en arrière plan, très légèrement. 

Le Courrier International explique qu'un billet publié sur le site du centre de recherche Berkman Klein, émanant de l’université Harvard relate d'autres situations dans lesquelles une musique a fait censurer une vidéo publiée en ligne. Lors de manifestations Black Lives Matter, une vidéo du média alternatif Unicorn Riot avait par exemple été supprimée par YouTube et Facebook car on pouvait y entendre Let’s Get It On, de Marvin Gaye, et Keep Ya Head Up, de 2Pac en toile de fond.

Il est possible de récupérer ses vidéos

L'article explique même que dans certains cas, les vidéos supprimées sont re-uploadées. Ainsi, un avocat qui travaillait sur les violences policières en marge du mouvement Black Lives Mattes qui avait vu sa vidéo supprimée de Twitter pour des questions de copyright a obtenu gain de cause. En critiquant la politique de l'oiseau bleu, ce dernier avait restauré sa vidéo : "La liste des rétropédalages au sujet de vidéos retirées d’Internet ces deux dernières décennies est longue" souligne le centre de recherche américain, dans des propos rapportés dans le Courrier International.