MENU
Accueil
RATP : deux salariées interpellées pendant une livraison de cannabis en voiture sur Paris
Écouter le direct
: Un contrôle de police à Paris (crédit Patrick Seeger-picture alliance via Getty Images)
: Un contrôle de police à Paris (crédit Patrick Seeger-picture alliance via Getty Images) ©Getty

RATP : deux salariées interpellées pendant une livraison de cannabis en voiture sur Paris

En plein couvre feu, deux jeunes femmes salariées de la RATP livrent de la drogue dans leur voiture et se font fait interpeller par la police avec de la cocaïne, de la MDMA et du cannabis...

Même si le confinement complexifie le traffic de drogue et que le couvre feu limite les déplacements, une nouvelle arrestation prouve que les dealers regorgent d'idée pour parvenir à leur fin. 

"Une livraison RATP"

Samedi 9 janvier vers 21h00, des agents de la bac parisienne repère une voiture garée en dehors des places de stationnement, rue Poissonnière. Un homme en ressort rapidement et entre dans un immeuble. Au même moment, le véhicule redémarre. Les policiers décident alors de contrôler le véhicule suspect. À l’intérieur, deux femmes en tenue d’agents RATP. 

La conductrice n’avait pas sa ceinture de sécurité et une forte odeur de cannabis se dégageait de l’habitacle.

Sur le tableau de bord, une grosse plaque avec le logo de la société de transports en commun d'Île-de-France, visible de l'extérieur. Une ruse qui a immédiatement interpelée la BAC, qui a alors immédiatement procédé au contrôle de cette "patrouille" qui sentait fort le cannabis.

Traffic, possession et usage de drogue

Prise en flagrant délit, les livreuses âgées de 28 et 34 ans avouent immédiatement avoir vendu de la drogue et confirment être employées de la RATP. Les policiers trouvent aussi 2 bonbonnes de cocaïne et de MDMA, du cannabis en quantité et 280€ en liquide. La conductrice, soumise à un test salivaire était positive au cannabis, à la cocaïne et avait en sa possession une bombe lacrymogène. La totale !

Les sanctions judiciaires 

Selon France Bleu, cette dernière a été condamnée à six mois de prison avec sursis pour usages de stupéfiants, détention, transport ou cession de stupéfiants et port d'armes prohibé. L'autre employée a simplement été poursuivie pour usage de stupéfiants. De son côté, la RATP va ouvrir une enquête interne et engagera une procédure disciplinaire . Elle pourrait "aller jusqu'à la révocation" des deux femmes, plutôt logique.

Au cas où, vous le saviez pas encore, fumer un joint est maintenant passible d'une amende de 200 euros partout en France.