MENU
Accueil
Pornhub : 34 femmes portent plainte contre le site pour la diffusion d'abus sexuels
Écouter le direct
Photo : Philipp Katzenberger
Photo : Philipp Katzenberger

Pornhub : 34 femmes portent plainte contre le site pour la diffusion d'abus sexuels

La plainte a été déposée ce jeudi 16 juin en Californie par 34 femmes.

L'industrie pornographique est une fois de plus pointée du doigt. Ce jeudi 17 juin, Pornhub et sa maison mère Mindgeek sont une nouvelle fois épinglés : 34 femmes ont porté plainte en Californie contre le magnat du porno. 

En 2020, l'un des plus grands sites porno du monde, avait déjà été mis au pied du mur par un article du New York Times. Ce texte révélait que le site hébergeait des vidéos pédopornographiques, de viols et de revenge porn, ce que Pornhub avait démenti dans la foulée.

34 femmes contre le plus gros site porno du monde

Si suite à l'article du New York Times l'année dernière, Pornhub affirmait vouloir être "à l'avant-garde en matière de lutte et d'éradication du contenu illégal", le problème persiste. _C_e jeudi, 34 femmes ont porté plainte en Californie contre le site pour avoir sciemment diffusé des vidéos d'elles où elles sont victimes de viols et d'abus sexuels. Parfois même lorsqu'elles étaient mineures. Les vidéos ont été pour la plupart filmées et diffusées par leurs petits amis ou leurs agresseurs. 

Les 34 femmes de nationalité américaine et d'autres pays réclament des dommages et intérêts pour les préjudices subis. Les avocats des dizaines de plaignantes comparent Pornhub à une "une entreprise criminelle classique" qui se fait de l'argent sur des vidéos non-consenties. "Il s'agit d'une affaire qui porte sur des viols, pas sur la pornographie", insiste cette plainte au civil dont l'AFP a eu une copie. 

MindGeek réfute les accusations

La société mère, MindGeek n'avait pas réagi jeudi soir aux sollicitations de l'AFP et a réfuté ses accusations via les médias américains. Le leader mondial du porno considère ses accusation comme " totalement absurdes " et " catégoriquement fausses ".  Selon les avocats des plaignantes, cette société tentaculaire possède plus d'une centaine de sites pornographiques, des maisons de production spécialisées et d'autres marques comme Pornhub, RedTube, Tube8 et YouPorn. Ils soulignent que le site comptabilise au moins 3,5 milliards de visites chaque mois. 

Des plaintes qui se multiplient

En 2020, le New York Times révélait le manque d'initiative du site pour vérifier l'âge des personnes sur les vidéos diffusées et la lenteur que cela prenait au site pour retirer une vidéo illégale. En mars dernier, 104 victimes et 525 ONG provenant de 65 pays avaient écrit une lettre adressée aux parlementaires canadiens pour lancer une enquête pénale sur MindGeek. Si les plaintes et les appels se multiplient, les magnats du porno n'ont pas l'air de les entendre alors qu'un véritable changement doit s'opérer dans l'industrie.