MENU
Accueil
Pologne : de nouvelles manifestations contre l'interdiction de l'IVG
Écouter le direct
Plusieurs milliers de polonaises en grève manifestent à Cracovie en Pologne - (Benjamin Furst / Hans Lucas)
Plusieurs milliers de polonaises en grève manifestent à Cracovie en Pologne - (Benjamin Furst / Hans Lucas) ©AFP

Pologne : de nouvelles manifestations contre l'interdiction de l'IVG

De nouvelles protestations ont lieu depuis une semaine en Pologne, après la décision du Tribunal constitutionnel d'interdir l'IVG.

La colère continue de grandir auprès des polonaises, et pour cause le Tribunal constitutionnel  a rendu le jeudi 22 octobre dernier une décision de justice imposant une interdiction quasi totale de l’avortement en Pologne.

En réponse, des milliers de polonaises sont descendues manifester dans les rues pour contester cette décision qui fait entrave aux droit des femmes, soulevant à nouveau la question du droit des femmes à disposer de leur corps comme elles le souhaitent, car le Tribunal constitutionnel a déclaré l’avortement pour raison de malformation du fœtus, même « grave et irréversible », comme inconstitutionnel, rendant ainsi illégal de fait l’IVG dans le pays. La loi sur l’avortement en vigueur en Pologne étant déjà l’une des plus restrictives en Europe, comme le relate Le Monde. 

Malgré les mesures sanitaires dues au coronavirus, ce mercredi 28 octobre la mobilisation a pris une nouvelle ampleur : un appel à la grève général du travail est lancé toujours accompagné de manifestations à travers tout le pays. Les églises représentent la majorité des cibles visées par les manifestants dont ils ont tagués les murs de slogans tels que "L'enfer des femmes" ou "C'est la guerre", la Pologne étant un pays majoritairement catholique et conservateur. Une réaction que le chef du PiS, le pouvoir national-conservateur (parti Droit et Justice), Jaroslaw Kaczynski, a qualifié de « tentatives de détruire » le pays tout en invitant ses partisans à « défendre les églises ». Sans aucun dialogue, nul doute que les manifestations ne s'arrêteront pas là.