MENU
Accueil
Affaire Mila : elle exprime ses regrets sur le plateau de Quotidien, Médine réagit
Écouter le direct
Capture d'écran compte Twitter TMC & Médine (Koria)
Capture d'écran compte Twitter TMC & Médine (Koria) ©Radio France

Affaire Mila : elle exprime ses regrets sur le plateau de Quotidien, Médine réagit

Le rappeur de 36 ans commente à sa manière la passage de l'adolescente dans l'émission Quotidien, lundi. Il dénonce la différence de traitement médiatique qu'il a subi dans le passé pour des propos sur la laïcité.

Au lendemain du passage de la jeune Mila sur le plateau de l’émission Quotidien pour revenir sur ses propos, le rappeur Médine n'a pas manqué de réagir sur son compte Twitter. 

Ici, le Rappeur Havrais fait notamment référence à la polémique qui l'avait visé en 2018 à propos de paroles issues de son morceau Don't Laïk sorti en janvier 2015. Une polémique qui lui avait valu le report de l'un de ses concerts prévus a Bataclan. 

"J’ai simplement voulu blasphémer"

Cyberharcèlement, insultes, menaces de mort :  la jeune Mila, 16 ans, toujours déscolarisée depuis près de deux semaines et ses critiques virulentes de l’islam dans une story Instagram, a accordé sa seule interview à Yann Barthès, lundi soir. 

"Je m'excuse un petit peu pour les personnes que j'ai pu blesser, qui pratiquent leur religion en paix, a déclaré sereinement l’adolescente avant d’ajouter, je n'ai jamais voulu viser des êtres humains, j'ai simplement voulu blasphémer, j'ai voulu parler d'une religion, dire ce que j'en pensais."

Sur le fond, par contre, Mila n’a pas voulu céder aux pressions et persiste, même. "Je ne regrette absolument pas mes propos, je n’ai pas à me cacher, je n’ai pas à m’arrêter de vivre pour ça". C’est sur la forme, cependant, que Mila reconnait des erreurs, notamment l’utilisation des réseaux sociaux, "parce, dit-elle, je n’avais pas mesuré l’ampleur que ça pourrait prendre, et je regrette de l’avoir dit d’une manière aussi vulgaire ", a-t-elle ajouté.

Objectif rescolarisation

Concernant sa situation scolaire, Mila affirme être "clairement en pause. [] L'Education nationale fait le maximum pour m'aider, me trouver un endroit où je serai en sécurité mais ce n'est pas évident."

Plus tôt dans la journée, en point presse, le ministre de l’éducation nationale Jean-Michel Blanquer est également revenu sur la situation de Mila. "L'objectif est de la rescolariser paisiblement pour qu'elle ait une vie normale, a-t-il affirmé, tout en concluant qu’il est évident que nous lui devons la protection maximale."