MENU
Accueil
Le youtubeur Marvel Fitness condamné à 1 an de prison ferme
Écouter le direct
MarvelFitness - Capture d'écran de sa vidéo : "FIN DE LA CHAINE ! SAYONARA Minna !"
MarvelFitness - Capture d'écran de sa vidéo : "FIN DE LA CHAINE ! SAYONARA Minna !"

Le youtubeur Marvel Fitness condamné à 1 an de prison ferme

Le Youtubeur Habannou S., âgé de 31 ans a été condamné lundi 21 septembre 2020 à de la prison ferme.

Le youtubeur spécialisé en musculation Marvel Fitness a été reconnu coupable de harcèlement moral sur neuf personnes et de violence sur avocat. Il a en plus été interdit d'exercer une activité de création sur les réseaux sociaux ou sur tout site internet. 

Connu pour apprendre à ses abonnés comment sculpter leurs corps, il a surtout acquis une réputation de "polémiste" en donnant régulièrement son avis sur les travaux d'autres influenceurs. Sa communauté, avide de clashs et de vidéos polémiques allait régulièrement sur les réseaux des concurrents de Marvel Fitness pour se moquer d'eux, et parfois même les harceler. C'est cette culture du "drama" qui l'a amené à entrer en conflit avec les 9 victimes qui ont témoignées contre lui lundi 21 septembre au tribunal de Versailles. 

Aline Dessine, l'une des plaignante, a par exemple été ciblée après avoir critiqué une vidéo de Marvel Fitness en répondant à une question de fan. Qualifiée de "folle", elle a alors reçu beaucoup d'insultes, de menaces et d'appels au suicide quotidien de la part d'anonymes. "J'ai tout essayé: le silence, la négociation", a-t-elle expliqué. Dans cette "petite gueguerre" des réseaux sociaux, Aline Dessine est même allée jusqu'à publier un faux montage photo pour faire croire que Marvel Fitness lui avait envoyé une photo de son pénis. 

Tristan Defeuillet-Vang, une autre victime, a raconté avoir été comparé à Katsumi (ancienne actrice X) par Marvel Fitness qui "disait qu'à 14 ans je me prostituais à Bangkok". 

Habannou S. a également été condamné pour s'en être pris à Me Laure-Alice Bouvier, avocate de huit des victimes et elle aussi très active sur les réseaux sociaux. 

Face à toutes ces accusations, Habannou S. a choisi de garder le silence pendant le procès. Cette attitude passive lors du procès a probablement joué en sa défaveur. Marc Goudarzian, son avocat, a invoqué une forme de "satire" visant des personnages publics. "C'est exactement ce que faisait les Guignols de l'info et ça entre dans le cadre de la liberté d'expression", a-t-il plaidé. Cette défense n'a visiblement pas été du goût des juges qui ont rendu une décision plus sévère encore que ce que le parquet avait requis.