MENU
Accueil
Le propriétaire de Tinder "Match.com", accusé d'arnaquer ses utilisateurs
Écouter le direct
Match.com
Match.com

Le propriétaire de Tinder "Match.com", accusé d'arnaquer ses utilisateurs

L’entreprise est visée par une enquête aux Etats-Unis.

Même si le nom ne vous dit pas grand chose, Match est l'un des groupes les plus puissants en terme d'applications de dating aujourd'hui. Ils sont propriétaires de Tinder, Meetic, OkCupid et Match.com, les applications les plus populaires de dating au monde avec notamment 50 millions d'utilisateurs pour Tinder. Sauf que derrière ce monde du love, tout n'est pas forcément tout rose car Match est visé par une enquête de la Commission fédérale du commerce américaine. 

Il faut savoir que quand on est inscrit sur une application ou un site de rencontre, on reçoit des mails ou des notifications qui précisent “tu plais à quelqu’un... clique pour voir son profil”, “Quelqu’un s'intéresse à toi ouvre l’appli…” etc. Et quand l'utilisateur clique, il faut en général payer pour voir la personne et potentiellement avoir un match pour lui parler. 

Nous pensons que Match.com a trompé les utilisateurs

Sauf que selon la Commission fédérale du commerce américaine : sur le site anglophone Match.com, ces fameux profils qui nous like seraient en fait des faux comptes créés pour inciter les utilisateurs à payer, ce qui pourrait être qualifié d'arnaque. D’autant plus quand on voit les chiffres que la Commission a publié : entre juin 2016 et mai 2018, environ 500 000 utilisateurs auraient payé un abonnement 24h après avoir reçu l'un de ces fameux mails, et selon la Commission, Match aurait été au courant. Ils ont publié un communiqué disant : 

« Nous pensons que Match.com a trompé les utilisateurs en leur faisant payer des abonnements via des messages, alors que l'entreprise savait qu'ils venaient de spécialistes de l'arnaque. Les services de rencontres ne devraient pas se servir d'escrocs de la romance pour faire grossir leurs résultats ». Ils ajoutent qu’en moyenne il y aurait entre 25 et 30 % de nouveaux faux comptes inscrits par jour sur Match.com.

Match a du coup répliqué dans un autre communiqué, en expliquant : “Ces accusations sont complètement infondées. Nous avons l’intention de nous défendre vigoureusement. La fraude n'est pas bonne pour les affaires et c'est pour cela que nous la combattons”. Précisons que Match a tout de même proposé 60 millions de dollars à la Commission fédérale pour régler l’histoire, mais aucun accord n’a été validé pour le moment.