MENU
Accueil
Le démarchage téléphonique bientôt interdit ?
Écouter le direct
Booba - capture Instagram
Booba - capture Instagram

Le démarchage téléphonique bientôt interdit ?

Plusieurs associations de consommateurs ont lancé une pétition pour mettre la pression sur les députés pour qu'ils votent l'interdiction du démarchage téléphonique

Dans un communiqué commun, l'ADEIC, l'AFOC, l'ALLDC, la CSF, le CNAFAL, la CLCV, Familles Rurales, l'UFC-Que Choisir et l'UNAF lancent une pétition en ligne : "Démarchage téléphonique, Interdisons le fléau !", pour mettre fin au démarchage téléphonique, une pratique jugée abusive :

"Face au fléau que représente le démarchage téléphonique non désiré pour les consommateurs, nous demandons aux pouvoirs publics d’interdire purement et simplement cette pratique." 

Cette pétition a déjà recueilli 148 558 signatures.

Cette initiative intervient au moment où l'Assemblée nationale se prépare à discuter le 30 janvier, en deuxième lecture, d'une proposition de loi sur cette question. La loi veut pousser les commerciaux à informer les consommateurs sur leurs droits, mais les associations veulent que ce projet de loi soit plus ambitieux car, selon elles, (et c'est aussi un sentiment très largement partagé), le démarchage téléphonique est un "véritable harcèlement commercial". 

Selon un sondage OpinionWay : 

92 % des Français jugent le démarchage téléphonique agaçant et trop fréquent.

En France, chacun peut être démarché, sauf s'il a inscrit son numéro au fichier Bloctel. Il s'agit d'un service mis en place mi-2016 qui permet de ne plus être dérangé par des appels non souhaités. Même si cette possibilité a le mérite d'exister... Son efficacité fait débat, comme le soulignent les associations :

"Quatre ans après sa mise en place, le dispositif s'avère inefficace en raison de dérogations bien trop extensives et de sanctions insuffisamment dissuasives." 

Pour stopper efficacement le démarchage, on pourrait prendre exemple sur nos voisins, au Royaume-Uni, où le principe d’opt-in a été mis en place. Le consommateur doit donner son accord exprès avant d’être démarché. Contrairement à la France où le système d'opt-out est en vigueur, lorsque le destinataire d’une publicité ne s’est pas opposé : s’il n’a pas dit non, c’est oui, comme le rappelle la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés).

Les associations veulent frapper fort et estiment que pour éradiquer le démarchage téléphonique, il faut, tout simplement, l'interdire !