MENU
Accueil
Laïcité : plus d'un prof sur deux en secondaire déjà contesté par un élève
Écouter le direct
Des étudiantes dans un lycée en Picardie (Vincent LECOMTE / Gamma-Rapho)
Des étudiantes dans un lycée en Picardie (Vincent LECOMTE / Gamma-Rapho) ©Getty

Laïcité : plus d'un prof sur deux en secondaire déjà contesté par un élève

D’après une enquête de l’Ifop, 53 % des enseignants interrogés ont observé de la part d’élèves, au moins une fois, des formes de contestation au nom d’une religion.

La laïcité à l’école semble menacée. Une enquête de l’Ifop publiée ce mercredi 6 janvier montre que plus de la moitié des enseignants du secondaire ont déjà vu au moins un élève contester leur enseignement ou tenter de s’y soustraire pour un motif religieux. Ce chiffre de 53% montre une hausse de 7 points par rapport à une enquête Ifop de 2018. 

L’enquête, réalisée du 10 au 17 décembre 2020 sur un groupe de 801 enseignants du secondaire, donne plein d’autres informations. On apprend par exemple que 55% des professeurs au lycée se sont déjà autocensurés pour éviter un incident avec un élève. À la cantine, 40 % des professeurs interrogés affirment avoir eu affaire à des incidents liés à la contestation du principe de laïcité dans l’assiette. 

La laïcité apparaît clairement comme un enjeu de plus en plus important, et de plus en plus contesté. 

En 2018, Pierre Gaugand se demandait pour Mouv’ si la laïcité avait encore sa place à l’école. Plus de deux ans plus tard, force est de constater que la question se pose toujours. L’assasinat de Samuel Paty pour un motif religieux, le 16 octobre dernier, a marqué les enseignants et les élèves. Même si certains établissements sont plus touchés que d’autres, l’enquête révèle que la question de la laïcité fait débat partout en France. "Aucun territoire ne semble à l’abri, [] être enseignant aujourd’hui demande d’intégrer l’éventualité d’être un jour amené à faire face à des remarques, voire à des revendications liées à la religion" confirme Iannis Roder, le directeur de l’Observatoire de l’éducation de la Fondation Jean-Jaurès dans une note.

Même si le bilan dressé par l’enquête peut inquiéter, celle-ci montre que les contestations sont moins nombreuses qu’en 2018 dans certains cours (histoire-géographie, lettres ou philosophie par exemple).