MENU
Accueil
L’apprenti boulanger guinéen menacé d’expulsion va être régularisé
Écouter le direct
Laye Fodé Traoré juste après l'annonce de sa régularisation - capture d'écran France 3 (Quentin Carudel/Florence Petit/France 3)
Laye Fodé Traoré juste après l'annonce de sa régularisation - capture d'écran France 3 (Quentin Carudel/Florence Petit/France 3)

L’apprenti boulanger guinéen menacé d’expulsion va être régularisé

Laye Fodé Traoré, l’apprenti boulanger guinéen menacé d’expulsion, a obtenu des papiers pour pouvoir rester en France.

C’est la bonne nouvelle de la fin de semaine : Laye Fodé Traoré peut rester en France. L’apprenti boulanger guinéen était sous le coup d’une obligation de quitter le territoire français, la préfecture de la Haute-Saône ayant refusé de lui délivrer un titre de séjour quand il a eu 18 ans. Pour protester, Stéphane Ravacley, son patron, avait entamé une grève de la faim depuis le 3 janvier. 

L’affaire a fait énormément de bruit ces derniers jours et de nombreuses personnes ont apporté leur soutien à Laye Fodé Traoré. Une pétition en ligne pour qu’il puisse rester en France a même réuni plus de 240.000 signatures. Plusieurs personnalités, dont le député européen Raphaël Glucksmann, Omar Sy ou encore Just Riadh ont signé le 11 janvier une tribune adressée à Emmanuel Macron dans l’Obs, pour permettre de résoudre la situation.  

Un profond soulagement pour Laye et son patron

"Le combat s’est terminé aujourd’hui [] avec un soulagement extravagant, parce que Laye est là, il est présent en face de vous" a déclaré Stéphane Ravacley, ému aux larmes, sur le plateau de Touche pas à mon poste jeudi 14 janvier. Après 11 jours sans manger et une hospitalisation mardi 12 janvier pour un malaise, le boulanger a enfin pu mettre un terme à sa grève de la faim. 

Laye Fodé Traoré peut désormais continuer à exercer son activité sans craindre l’expulsion. "Je suis tellement heureux, j’aimerais vraiment remercier tous ceux qui m’ont soutenu [] et je suis fier de mon patron, du combat qu’il a mené jusqu’à aujourd’hui" a déclaré l’apprenti au micro de France 3 Franche-Comté. Voilà en tout cas une nouvelle qui donne le sourire.