MENU
Accueil
"Un bicot comme ça, ça ne nage pas" : un policier de Seine-Saint-Denis sera jugé pour des propos racistes
Écouter le direct
Image d'illustration Police Municipale (photo : Frédéric Scheiber / Hans Lucas / Hans Lucas)
Image d'illustration Police Municipale (photo : Frédéric Scheiber / Hans Lucas / Hans Lucas) ©AFP

"Un bicot comme ça, ça ne nage pas" : un policier de Seine-Saint-Denis sera jugé pour des propos racistes

L'agent comparaîtra devant le tribunal correctionnel de Bobigny le 4 mars 2021. En avril dernier, une vidéo avait largement circulé sur les réseaux sociaux. On entendait des policiers proférer des injures racistes pendant une interpellation à l'Île Saint-Denis.

Il devra s'expliquer devant le tribunal correctionnel de Bobigny. Un policier de Seine-Saint-Denis sera traduit en justice un peu plus d'un an après une arrestation qui avait indigné un grand nombre d'internautes. Il est poursuivi pour "injure à caractère racial par personne dépositaire de l’autorité publique." Par contre, le fonctionnaire ne l'est pas pour "violences", le parquet estime que les faits ne sont pas suffisamment caractérisés.

C'est sur les réseaux sociaux que la vidéo avait créé un énorme buzz, et pour cause. Filmée à L’ile-Saint-Denis le 26 avril dernier, cette dernière dévoile l'arrestation d'un homme qui a pris la fuite et qui s'est jeté dans la seine. Alors que des policiers cherchent à l'arrêter (apparemment pour vol), un homme filme (journaliste pour le site Là-bas), depuis son balcon, leur conversation. 

Choquants, racistes, dégoûtants... Les mots et le mépris des agents ont choqué.

Un bicot comme ça, ça ne nage pas.

L'IGPN, la police des polices, a été saisie suite à cet événement. Christophe Castaner, le ministre de l'intérieur, a vite réagi : 

Eric Coquerel, le député La France insoumise de Seine-Saint-Denis, a lui aussi témoigné de son indignation via un communiqué publié sur ses réseaux. Il en profite pour rappeler certains faits historiques :"Le 17 octobre 1961, on a retrouvé sur ces mêmes berges les corps d'Algériens noyés par la police" :