MENU
Accueil
Decathlon fait un don de 30 000 masques de plongée pour les hôpitaux
Écouter le direct
Test masque de plongée Decathlon - Hopital en Belgique (Kenzo Tribouillard)
Test masque de plongée Decathlon - Hopital en Belgique (Kenzo Tribouillard) ©AFP

Decathlon fait un don de 30 000 masques de plongée pour les hôpitaux

Decathlon a décidé de faire don de 30 000 masques de plongée ainsi que 30 000 lunettes de piscine pour aider les hôpitaux français.

Il y a quelques jours, on vous parlait d'une entreprise italienne qui détourne les masques de plongée Decathlon pour venir en aide aux malades. En effet, le docteur Favero ayant remarqué le double usage possible du produit, a fait appel à la société Isinnova pour concevoir une valve, à partir d'une imprimante 3D. Cette dernière, installée sur le masque, permet une utilisation optimale pour les malades. 

Le Easybreath de Decathlon a en effet la particularité de couvrir l'intégralité du visage et d'être complètement hermétique, ce qui le rend très pratique pour le personnel soignant en manque de ressources matérielles et financières pour lutter contre le coronavirus. Face à la hausse des ventes de son produit, la marque a décidé de venir en aide directement aux hôpitaux. "Nous avons observé une croissance importante des ventes la semaine dernière. Nous avons préféré les arrêter afin de concentrer le stock sur le don aux soignants", explique un porte-parole de l'enseigne, au journaliste de la Voix du Nord. 

Le groupe a donc décidé d'en distribuer 30 000, ainsi que 30 000 lunettes de piscine aux établissements hospitaliers français, dans les régions les plus touchées par le virus. Les enseignes italiennes et espagnoles de la marque ont d'ailleurs procédé à la même mesure. 

Néanmoins, Arnaud Gauquelin, directeur général de Decathlon France, tient à contrer toute critique sur cette action : "Nous voulons rester à notre place. Nous ne voulons surtout pas faire de buzz avec cette utilisation de notre masque". Un nouveau geste généreux et bien utile pour les hôpitaux qui devraient faire face au pic de l'épidémie, d'ici la fin de la semaine.