MENU
Accueil
Crise sanitaire : 40% des 18-24 ans disent souffrir d'un trouble anxieux généralisé selon un sondage
Écouter le direct
Les moins de 25 ans sont particulièrement frappés par les conséquences sociales, psychologiques et économiques de la crise sanitaire - Photo d'illustration
Les moins de 25 ans sont particulièrement frappés par les conséquences sociales, psychologiques et économiques de la crise sanitaire - Photo d'illustration ©AFP

Crise sanitaire : 40% des 18-24 ans disent souffrir d'un trouble anxieux généralisé selon un sondage

La crise sanitaire du coronavirus aura des conséquences négatives sur la santé mentale de deux jeunes de 18-24 ans sur trois, selon un sondage Ipsos. La menace d'un "confinement très serré" inquiète les étudiants déjà très fragilisés depuis le début de la pandémie et des restrictions sanitaires.

Isolement, anxiété, stress pour l'avenir.... depuis le début de la pandémie, les adolescents et jeunes adultes développent de plus en plus de syndromes dépressifs. Les confinements, le couvre-feu à 18h, la fermeture des bars et salles de concert, les cours à distance pèsent sur leur moral. Deux jeunes sur trois craignent que la crise sanitaire ait des conséquences négatives sur leur santé mentale, selon un sondage Ipsos, pour Le Parisien Aujourd'hui en France. 

D'après le sondage, 40% des 18-24 ans assurent souffrir d'un trouble anxieux généralisé, c'est neuf points de plus par rapport à l'ensemble de la population. Les femmes, les 22-24 ans et les plus précaires sont ceux qui souffrent le plus de cette situation d'après Ipsos. 

A cette détresse psychologique s'ajoutent les conséquences sociales et économiques de la crise du coronavirus : perte des petits boulots, isolement, etc. Trois jeunes sur dix ont ainsi déjà eu des pensées suicidaires ou ont songé à se mutiler. 

La menace d'un tour de vis supplémentaire, évoqué par le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, inquiète. Un troisième confinement très serré est évoqué, ce qui risque de renforcer le mal-être des étudiants. Déjà deux jeunes sur trois craignent que la crise ait des conséquences négatives sur leur propre santé mentale.