MENU
Accueil
Covid-19 : Les banlieues sont-elles stigmatisées ?
Écouter le direct
Visuel émission Debattle
Visuel émission Debattle ©Radio France

Covid-19 : Les banlieues sont-elles stigmatisées ?

Logements exigus, familles nombreuses, absence d’un dispositif de santé solide, la banlieue est particulièrement touchée par le Covid-19. Ces dernières semaines le 93 a enregistré une explosion de son taux de mortalité. Entre le 21 et le 27 mars, les décès y ont bondi de 63 % en 7 jours.

Le 21 mars 2020, le journal Le Point titrait : Confinement en banlieue : les cités vont craquer. Et pourtant, les quartiers populaires n’ont pas craqué, mais ils sont en première ligne face au coronavirus. La crise a fait ressortir les difficultés en banlieue mais elle montre aussi ce qui fait la force de ces quartiers avec une grosse entraide entre les habitants. Ce qu’on appelle "la banlieue", c'est 1 500 quartiers prioritaires en France, où vivent 4,8 millions de français (7 % de la population). 76 % des habitants des quartiers vivent dans un logement social, 40% vivent dans la pauvreté, et le taux de chômage des jeunes dépasse 40 % dans certaines villes. Toutes les structures qui rendent la vie possible ont été fermées avec le confinement : les écoles, les aires de jeu, les équipements sportifs, et la solidarité a pris le relai dans ces quartiers où il y a moins de médecin qu’ailleurs. 

Entre les caricatures de certains médias et la réalité du terrain, quelle est la situation dans les quartiers ? Comment on peut adapter la parole de l’Etat sur la santé aux jeunes ? Est-ce que les banlieues sont plus vulnérables face au coronavirus ? Pour nous répondre, Abdelaali El Badaoui. infirmier de 36 ans,  président fondateur de l’association Banlieues Santé (5000 bénévoles) est notre invité.