MENU
Accueil
CBD : l'interdiction stoppée par le conseil d'Etat, au regret de Gérald Darmanin
Écouter le direct
Gérald Darmanin - Conseil des Ministres (Antoine Gyori)
Gérald Darmanin - Conseil des Ministres (Antoine Gyori) ©Getty

CBD : l'interdiction stoppée par le conseil d'Etat, au regret de Gérald Darmanin

Alors que le gouvernement avait tenté d'interdire les fleurs de CBD, cette décision a été stoppée par le Conseil d'Etat, au grand regret de Gérald Darmanin.

Début 2022, le gouvernement annonçait l'interdiction des fleurs de CBD, créant un débat dans l'opinion publique, avant d'être forcé de rétropédaler par le Conseil d'Etat, au grand damn du ministre de l'intérieur Gérald Darmanin.

Ce lundi 24 janvier, c'était la douche froide pour le gouvernement : après que celui-ci ait tenté d'interdire le chanvre sous forme de fleurs et feuilles, le Conseil d'Etat est venu s'opposer à cette décision en suspendant ledit arrêté gouvernemental, autorisant donc la vente et l'usage de CBD. Un soufflet pour Darmanin, qui s'est toujours montré opposé à la légalisation du cannabis comme du CBD.

Une décision qui ne plaît pas à tout le monde

Au micro de France Inter ce mardi 25 janvier, Gérald Darmin s'est exprimé quant à cette décision du Conseil d'Etat, qu'il dit "regretter". Selon lui, "on n'a pas augmenté le prix du tabac à 10 euros pour qu'on accepte la légalisation, la dénépénalisation du cannabis". Abasourdi par un choix qu'il n'approuve pas, il poursuit : *"de manière générale, toutes les substances qui relèvent du cannabis, de la drogue, sont très mauvaises pour la santé".* Un point de vue très tranché, qui s'oppose à l'avis de nombreux spécialistes.

C**ette décision vient comme un soulagement pour de nombreux gérants de boutiques de CBD, dont le commerce venait de naître, et pour les consommateurs : la plante, qui a pour effet de relaxer ses utilisateurs, aidait certains d'eux pour faire face au stress, entre autres. La teneur en THC contenue dans le CBD (0,2%) étant très faible, la plante n'a pas d'effets psychotropes.**

Une légalisation largement approuvée par les consommateurs, et accueillie avec le sourire par les plus de 1800 commerces dont l'activité tournait de 80 à 90% autour des feuilles de CBD, selon Le Monde.