MENU
Accueil
Akhenaton soutient les entrepreneurs du spectacle et s'exprime à l'assemblée générale
Écouter le direct
Akhenaton aux Victoires De La Musique 2015 (crédit photo : Tony Barson/FilmMagic)
Akhenaton aux Victoires De La Musique 2015 (crédit photo : Tony Barson/FilmMagic) ©Getty

Akhenaton soutient les entrepreneurs du spectacle et s'exprime à l'assemblée générale

Une intervention avec le syndicat national du spectacle musical et de variété dans laquelle AKH a apporté son soutien à l'industrie du spectacle vivant, en crise depuis l'arrivée du coronavirus.

Alors que le Covid-19 paralyse plus que jamais l'industrie de la musique, il était temps pour la tête pensante d'IAM, de prendre la parole lors de l'assemblée générale du syndicat national du spectacle musical et de variété (PRODISS) qui se tenait lundi 21 septembre à la Salle Pleyel.

Une intervention en visioconférence dans laquelle Akhenaton n'a pas mâché ses mots et a eu une grande pensée pour toutes ces entreprises privées (liées au spectacle) comme celles en charge du ménage, de mise en place des barrières, du catering (activités de bouche), ou les chauffeurs des tour-bus... Tous ces métiers pour qui le péril plane...

Un soutien aux entrepreneurs du spectacle plus que jamais nécessaire, accompagné par Patrick Bruel et Christophe Maé, qui se sont exprimés via un message vidéo.

Des aides "insuffisantes"

Même si une enveloppe de 432 millions d'euros sera allouée au spectacle vivant privé et public, Akhenaton a qualifié les aides attribuées au Centre national de la musique (CNM) "intéressantes mais "insuffisantes__, car aux yeux (des décideurs) on reste des saltimbanques".  

Il a aussi constaté que les compagnies d'assurance ne jouaient pas assez leur rôle dans cette industrie à l'arrêt depuis plus de 6 mois.

Je me demande où sont les assurances?

Des chiffres alarmants

Le président du PRODISS a révélé que le chiffre d'affaires du secteur du spectacle vivant dans le privé avait chuté de 84% en 2020 et qu'une entreprise sur deux dans le secteur du spectacle risquait la faillite d'ici la fin de l'année.

Dénonçant l'interdiction d'accueillir du public debout, qui représente "50% de l'activité", Olivier Darbois a aussi évoqué la difficulté à faire revenir le public dans les salles alors que celles-ci sont dans l'incapacité d'anticiper des tournées ou des concerts...

On attend avec impatience le plan de relance pour la culture de 2 milliards d'euros annoncé le 3 septembre dernier.