MENU
Accueil
Aide à l'embauche : les députés examinent le plan du gouvernement en faveur de la jeunesse
Écouter le direct
Avec la crise sanitaire, l'isolement des étudiants dégrade leur santé mentale (Portland Press Herald / Getty)
Avec la crise sanitaire, l'isolement des étudiants dégrade leur santé mentale (Portland Press Herald / Getty) ©Getty

Aide à l'embauche : les députés examinent le plan du gouvernement en faveur de la jeunesse

Le gouvernement fait-il assez pour la jeunesse frappée de plein fouet par la crise économique dûe au coronavirus ? Les députés doivent examiner ce mardi le plan gouvernemental visant à aider les jeunes à réussir leur entrée dans la vie professionnelle.

Les députés débattent à partir de ce mardi 12 janvier le plan gouvernemental en faveur de la jeunesse, principale victime de la crise économique et sociale issue du coronavirus.  Il s'agit d'un débat sans vote, à la demande du groupe La République en Marche, dans le cadre de la "semaine de contrôle" parlementaire. Depuis le début de la pandémie, la précarité étudiante et l'isolement ont été renforcés. Le nombre de chômeurs âgés de moins de 24 ans a bondi de 16% en un an. Des mesures ont certes été mises en place, mais certains députés dénoncent des mesures insuffisantes pour cette génération sacrifiée.

7 milliards d'euros pour l'emploi des jeunes

A l'occasion du débat ce mardi, les députés reviendront notamment sur les mesures mises en place pour encourager l'entrée des jeunes dans la vie professionnelle. Dans son plan de relance de l'économie, le gouvernement consacre une enveloppe sur deux ans de 6,5 milliards d'euros à l'emploi des jeunes. Un plan de soutien qualifié de "jamais vu" par le Premier ministre, Jean Castex. 

L'une des mesures phares de ce plan, c'est l'opération "1jeune1solution", dispositif d'aide à l'embauche pour les 16-25 ans qui s'achève fin février. Il s'agit d'une prime de 4.000 euros pour l'embauche d'un jeune de moins de 26 ans en CDD de plus de trois mois, ou en CDI. L'aide de 5.000 à 8.000 euros pour la signature d'un contrat d'apprentissage ou de professionnalisation est aussi maintenue. Selon le gouvernement, l'opération a porté ses fruits : 440.000 contrats ont été signés l'an dernier, contre 359.000 en 2019.

La garantie jeune bientôt étendue ?

Dans un rapport remis jeudi dernier, la ministre du Travail conseille d'étendre la garantie jeune, voire de la rendre "universelle." Ce dispositif, créé sous le quinquennat de François Hollande, permet d'assurer une allocation proche du RSA ainsi qu'un accompagnement professionnel aux moins de 25 ans qui sont ni à l'emploi, ni en étude, ni en formation.

Faut-il des mesures d'urgences pour la santé mentale des étudiants ?

La vie sociale des étudiants est à l'arrêt avec la fermeture des bars, des restaurants, des salles de concert et la mise en place des couvre-feu. A cela s'ajoute les cours qui se font quasi tous à distance, via des applications comme Zoom. Le gouvernement a permis dès le 4 janvier le retour des étudiants jugés les plus "fragiles", par groupes de dix personnes maximum, mais cela n'est pas assez selon plusieurs syndicats, notamment étudiants. 

L'isolement pèse de plus en plus lourd et certains réclament des mesures d'urgences pour la santé mentale des étudiants. C'est le cas du président de l'Université de Lyon 3 qui en appelle à "une prise de conscience nationale" face à la détresse des étudiants. Eric Carpano demande notamment la mise en place de cellules d'accompagnement psychologique. Dans son université, une cellule de soutien psychologique et un numéro vert ont été mis en place après la tentative de suicide d'un étudiant qui s'est défenestré dimanche.