MENU
Accueil
Affaire Théo : "ce sont eux qui ont ruiné ma vie"
Écouter le direct
Théo Luhaka (Geoffroy Van Der Hasselt / AFP)
Théo Luhaka (Geoffroy Van Der Hasselt / AFP) ©AFP

Affaire Théo : "ce sont eux qui ont ruiné ma vie"

Alors que les 3 policiers suspectés d'avoir blessé Théo Luhaka en 2017 vont être jugés par le tribunal des assises, Théo s'est confié à BFMTV sur cette affaire.

Il était absent des médias depuis longtemps mais Théo Luhaka s'est exprimé dimanche 11 octobre dans l'émission Affaire suivante (BFMTV) sur le coup de matraque qu'il a reçu en 2017 et qui a bouleversé sa vie. Celui qui est devenu un symbole des violences policières a déclaré : "Moi, je veux simplement que les policiers aient la punition qu'ils méritent pour que les autres policiers, maintenant, réfléchissent avant d'agir."

Ce mercredi 7 octobre, le parquet de Bobigny a demandé que trois policiers soient jugés par une cour d'assises pour "violences volontaires" dans le cadre de cette affaire. Le 2 février 2017, Théo avait été blessé gravement par un coup de matraque télescopique au niveau de la zone anale lors d’un contrôle de police. Les évènements se sont déroulés sous des caméras de vidéo-surveillance, dans la cité des 3000, à Aulnay-sous-Bois.

Théo Luhaka gardera des séquelles de cette blessure pour toujours, "Je suis handicapé à vie, et c'est dur à vivre. Mon quotidien n'est plus le même" a t-il déclaré aux journalistes. En 2019, une expertise médicale a conclu à une "infirmité permanente" causée par des lésions "en relation certaine et directe" avec son interpellation, qui se traduit par une incontinence qui nécessite une prise en charge quotidienne.

Toujours sur BFM, l'avocat de Théo, Me Antoine Vey s'est réjouit du jugement qui est en cours : "On n'a jamais voulu faire le procès de la police. On fait le procès des violences policières. Quand on entend des politiques dire qu'il n'y a pas de violences policières, on se réjouit que le parquet prenne de telles réquisitions" précise t-il. Les trois policiers encourent une peine de 15 ans d'emprisonnement.