MENU
Accueil
Adama Traoré : son décès serait lié à un "coup de chaleur" aggravé par l'intervention des gendarmes
Écouter le direct
Marche en hommage à Adama Traoré, en 2018 à Beaumont-Sur-Oise (Guillot François)
Marche en hommage à Adama Traoré, en 2018 à Beaumont-Sur-Oise (Guillot François) ©AFP

Adama Traoré : son décès serait lié à un "coup de chaleur" aggravé par l'intervention des gendarmes

Selon une nouvelle expertise, Adama Traoré est peut être mort à cause d'un "coup de chaleur" causé par son interpellation.

Alors que les conclusions précédentes avaient dédouané les gendarmes, une nouvelle expertise vient de révéler qu'un "coup de chaleur" était peut-être à l'origine du décès du jeune Adama Traoré, interpellé par des gendarmes en 2016. 

Cette expertise menée par des médecins belges indique que le jeune homme qui avait tenté de s'enfuir avait subit un "coup de chaleur à l'exercice" aggravé par les manipulations des gendarmes au moment de l'interpellation. De plus, ses pathologies antérieures ont pu jouer mais "dans une plus faible mesure" indique l'AFP.

Une victoire pour la famille 

Maitre Bouzrou, l'avocat de la famille, s'est satisfait : ces "conclusions sont très claires". "Selon les experts belges mandatés par les juges d’instruction, sans l’interpellation d’Adama Traoré, ce dernier ne serait pas mort. Nous savons aujourd’hui que parmi les causes de la mort, il y a la violence de l’interpellation et notamment un plaquage ventral qui aujourd’hui a clairement un rôle important dans le décès d’Adama Traoré", insiste-t-il dans des propos rapportés par France Info. "Donc aujourd’hui, on ne pourra plus affirmer qu’Adama Traoré est mort tout seul" conclut l'avocat.

Dans antécédents médiaux

Dans un communiqué, l'avocat des trois gendarmes concernés rappelle que "les gestes règlementaires opérés par les trois gendarmes l’ont été au regard de la rébellion d’Adama Traoré et ce alors même que ces trois agents étaient dans l’ignorance la plus complète des antécédents médicaux de cet homme et de ce qui pouvait s’être produit physiologiquement pour lui. A ce jour, les trois gendarmes dont nous assurons la défense réaffirment de plus fort leur totale innocence".

Une précédent rapport médical sur la mort d'Adama Traoré faisait état d'antécédents pathologiques légers pouvant expliquer le décès du jeune homme selon les experts. Mais la famille a toujours refusé cette théorie et pointe du doigt la technique du "plaquage ventral".