MENU
Accueil
Covid-19 : vers un inévitable reconfinement ?
Écouter le direct
Fille d'attente devant un laboratoire - Illustration (Christophe ARCHAMBAULT)
Fille d'attente devant un laboratoire - Illustration (Christophe ARCHAMBAULT) ©AFP

Covid-19 : vers un inévitable reconfinement ?

Alors qu'une seconde vague de Covid-19 semble se confirmer en Europe, un reconfinement ou un renforcement des mesures sanitaires parait de plus en plus inévitable et plusieurs options sont envisagées.

Alors que le dernier bilan du Covid-19 fait état de 116 nouveaux décès en France au cours de ces dernières 24 heures (chiffres du dimanche 25 octobre) et que 52 000 nouvelles contaminations ont été enregistrées, de plus en plus de spécialistes s'expriment en faveur d'un éventuel reconfinement ou d'un couvre feu à partir de 19H. 

LCI rapportait ce dimanche que des médecins de l'Union régionale des professionnels de santé libéraux (URPS) de la région Auvergne-Rhône-Alpes réclament un élargissement du couvre-feu et un confinement de la population le week-end, estimant que "la situation est grave et le temps n'est plus aux demi-mesures". Selon ce regroupement de médecins, "l'épidémie atteint un niveau record qui dans quelques jours trouvera sa traduction dans un encombrement, voire une saturation des services hospitaliers [...]. Si rien n'arrête la progression de l'épidémie, la catastrophe sera humaine, puis économique puis sociale".

Lundi 26 octobre, le président du conseil scientifique, Jean-François Delfraissy a indiqué au micro d'RTL que la France se trouvait actuellement dans une situation "difficile, voir critique" face à une deuxième vague "brutale" de l'épidémie. 

Le président du Conseil Scientifique envisage "deux hypothèses"

"On avait prévu qu’il y aurait cette deuxième vague, mais nous sommes nous-mêmes surpris par la brutalité de ce qui est en train de se passer depuis 10 jours", a déclaré le professeur Delfraissy sur RTL. "La deuxième vague va probablement être plus forte que la première", a-t-il craint, en rappelant que "beaucoup de nos concitoyens n’ont pas encore pris conscience de ce qui nous attend".

Selon lui, il y a "deux hypothèses" pour tenter de juguler cette deuxième vague. La première serait "d’aller vers un couvre-feu plus massif, à la fois dans ses horaires, dans son étendue au niveau du territoire national, et qui puisse également être mis en place le week-end". Après "10 à 15 jours () on pourrait regarder la courbe des nouvelles contaminations () et si on n’est pas dans la bonne direction, aller vers le confinement".

Vers un "confinement 2.0" ?

Toujours selon Jean-François Delfraissy, l'autre option serait : "d’aller directement vers un confinement__, moins dur que celui du mois de mars, qui permette à la fois le travail, qui évidemment s’accentuerait en termes de télétravail, qui permettrait probablement de conserver une activité scolaire et qui permettrait aussi de conserver aussi un certain nombre d’activités économiques, qui pourrait être de plus courte durée et qui serait suivi de conditions de déconfinement très particulières, puisqu’on déconfinerait en passant par un couvre-feu."

Le président Macron annule un déplacement pour organiser une réunion de crise

Alors qu'il devait se rendre au Creusot en Saône-et-Loire ce mardi, Emmanuel Macron a finalement annulé son déplacement "en raison du contexte sanitaire" selon une information BFMTV. Toujours selon BFM, une dizaine de ministres sont invités ce mercredi 28 octobre à Matignon pour participer à une réunion sur la crise sanitaire.

Pour le ministre de l'intérieur, "Il faut s'attendre à des décisions difficiles"

Invité mardi 27 octobre sur France Inter, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a prévenu que des prochaines mesures gouvernementales pour lutter contre la deuxième vague de l'épidémie de coronavirus seront annoncées dans les prochains jours. "Il faut s'attendre à des décisions difficiles" a t-il insisté sans donner plus de précisions. "Ce qui arrive en France arrive dans tous les pays du monde__. Je comprends que les gens en ont marre, personnellement j’en ai marre du coronavirus. Mais il y a un virus extrêmement violent qui tue les plus faibles d’entre nous, nous avons un devoir de solidarité" a conclu le ministre de l'intérieur. Le 19 octobre, nous vous parlions du cas de l’Irlande qui a décidé de se reconfiner pour une période 6 semaines. 

Difficile de prévoir quelle mesure le gouvernement décidera de mettre en oeuvre pour endiguer la deuxième vague de Covid-19 parmi toutes les hypothèses. Dans un cas comme dans l'autre, les français ne sont pas au bout de leurs efforts . Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique a refusé lundi de se prononcer sur d’éventuelles mesures de restriction sanitaire prévues pour les vacances hivernales : "On verra pour les vacances de Noël" dit-il.