MENU
Accueil
Travis Scott : le terrible témoignage d’une fan présente au festival
Écouter le direct
Astroworld festival (foule)
Astroworld festival (foule) ©Getty

Travis Scott : le terrible témoignage d’une fan présente au festival

Une des lanceuses d'alerte du festival Astroworld a partagé un témoignage bouleversant.

L'horreur absolue. C'est ce que raconte la jeune lanceuse d'alerte Seanna, qui était présente au festival Astroworld le vendredi 5 novembre, et a assisté au mouvement de foule qui a conduit à la mort de 8 personnes.

Le 5 novembre, le festival Astroworld de Travis Scott bat son plein, quand le public commence à s'agiter, entraînant huit morts et plus de 300 blessés. Seanna, une jeune femme de 22 ans, était sur les lieux, et a été prise dans la tourmente. Rescapée, elle a choisi de partager son témoignage sur les réseaux, afin d'apporter de la lumière sur une affaire qui laisse encore les forces de l'ordre dans l'incompréhension et le public sous le choc, mais aussi pour raconter son vécu. Attention aux âmes sensibles, les mots sont durs.

Le chaos dès les 30 premières secondes

Apparemment, la bousculade a commencé dès les premières secondes du concert. Seanna, présente sur les lieux avec une amie, essaye de s'approcher de la scène, mais est incapable d'y arriver, et reste sur un côté, au milieu de la foule. "Chaque espace était rempli, nos pieds ne pouvaient pas bouger (...) la seule chose que l'on pouvait voir, c'était le dos de la personne devant nous", raconte-t-elle en expliquant "je ne sais pas combien de personnes étaient au festival, mais elles étaient toutes à ce concert". Très vite, la foule s'agite, et il devient difficile de respirer : "Respirer est devenu quelque chose dont seuls certains étaient capable. Le reste était écrasé ou incapable de respirer dans l'air chaud et épais. (...) si vous aviez votre bras en l'air, vous ne pouviez plus le descendre".

J'ai compris qu'il y avait une façon de mourir à laquelle peu de gens pensent. Être écrasé à mort.

A ce moment, l'amie de Seanna n'arrive plus à respirer et demande de sortir, mais les deux jeunes femmes sont incapables de bouger. La bousculade s'intensifie, et les festivaliers commencent à crier à l'aide. "On pouvait voir la sécurité, quelques personnes plus loin (...) impossible de respirer, alors que nos poumons étaient compressés entre les corps de ceux qui nous entouraient. De plus en plus de gens ont commencé à crier à l'aide. La musique a continué. Des centaines de personnes ont déchiré leurs cordes vocales pour crier à l'aide, mais personne ne nous entendait". La situation devient alors de plus en plus critique, et les gens commencent à prendre conscience de l'horreur, mais la sécurité ne réagit pas.

Au coeur de la tourmente

"On a supplié la sécurité de nous aider, que le chanteur nous voit et sache que quelque chose n'allait pas". Mais en vain. Vient le premier évanouissement : "Une personne est tombée, ou s'est évanouie (...). Une fois qu'une était tombée, un trou s'est ouvert dans le sol. C'était comme voir une tour de Jenga tomber. Les gens étaient aspirés les uns après les autres". Seanna perd son amie, et est emporté par la masse : "J'ai réalisé à ce moment qu'il y a une façon de mourir à laquelle on ne pense que rarement : être écrasé à mort. J'ai vu la terreur dans tous les yeux (...) on savait qu'il y avait de grandes chances que certains d'entre nous ne restent pas en vie".

Seanna est ensuite aspirée au coeur de la vague, et se retrouve au milieu de corps empilés : "il y avait un sol de corps, d'hommes et de femmes, en dessous de deux couches de personnes qui étaient tombés". Seanna essaye de prévenir autour d'elle, mais personne ne semble réagir. Elle tombe : "c'est là que j'ai vu son corps échoué, visage vers le haut. Je ne pouvais pas l'aider. Je n'ai jamais arrêté de hurler. Personne ne réalisait qu'il y avait des gens en dessous de nous que l'on pouvait voir". Elle manque de tomber, mais est rattrapée de justesse, et finit par réussir à s'extraire de la foule.

L'inaction de la sécurité

C'est à ce moment que Seanna aperçoit un caméraman, sur une plateforme en hauteur, et décide de grimper pour aller le prévenir que des genss étaient morts et demander de l'aide. Mais celui-ci ignore la jeune femme et ses cris : "il m'a dit de descendre de la plateforme et a continuer à filmer. J'ai crié encore et encore. Il ne voulait même pas regardé dans la direction que je lui montrais, donc j'ai pris sa caméra et je l'ai pointée vers là d'où je venais." Loin de rencontrer le soutien qu'elle attendait, Seanna est repoussée par l'organisation du festival : "Il s'est énervé. Il a appelé quelqu'un d'autre. Je lui ai dit la même chose : des gens mourraient, on devait arrêter la musique, on avait besoin d'aide, d'attention". C'est l'inverse : "l'autre homme a attrapé mon bras, et m'a menacé de me jeter de la plateforme si je ne descendais pas".

Finalement, la jeune festivalière abandonne, descend de la plateforme et appelle le 911, qui ne fait rien non plus. Ce sont deux hommes de la sécurité qui, après moulte demandes, plongent dans la foule : '"ce sont les deux seules personnes qui travaillaient et qui ont été courageuses ce soir-là. J'avais un respect infini pour eux". Si celle-ci a fini par s'en sortir et peut témoigner aujourd'hui, elle met en avant les multiples failles du festival, qui était de toute évidence trop bondé et dont la sécurité à mis beaucoup de temps à réagir.

L'enquête lancée par la police à l'encontre de Travis Scott, qui était organisateur et performeur du festival, risque de mettre en cause le rappeur pour le manque de réactivité de son équipe durant les faits. De nombreuses victimes et proches de victimes ont porté plainte contre lui, et l'enquête suit son cours.