MENU
Accueil
Les 10 meilleures rappeuses US de l'Histoire
Écouter le direct
Nicki Minaj, Lauryn Hill, Missy Elliott - (photos : Gregg DeGuire, Anthony Barboza, Harry Langdon)
Nicki Minaj, Lauryn Hill, Missy Elliott - (photos : Gregg DeGuire, Anthony Barboza, Harry Langdon) ©Getty

Les 10 meilleures rappeuses US de l'Histoire

On fait le point sur les meilleures rappeuses US et les plus influentes de l'Histoire du hip-hop.

Ne soyons pas dupes, en 2022, les mauvaises habitudes ont la vie dure et ces idées féministes, bien qu'elles devraient être la norme, relèvent encore aujourd'hui malheureusement d'une utopie. Dans les faits, l'égalité femme/homme à encore un long chemin à faire.

C'est le cas dans la vie de tous les jours, et dans le rap, n'en parlons même pas. Même si les artistes féminines sont plus que jamais représentées et de plus en plus nombreuses à tirer leur épingle du jeu, elles n'échappent bien souvent pas à la stigmatisation : sexualisation de leur corps, insultes, commentaires sexistes sur les réseaux sociaux, marginalisation au sein des maisons de disques ou encore discrimination positive de la part de ceux qui font la distinction entre « rap » et « rap féminin »... Bref vous l'aurez compris, se faire une place dans le rap quand on est une femme n'a rien d'une promenade de santé.

Heureusement, dans cette jungle hostile de mâles alpha, des rappeuses sont parvenues, grâce à leur force de caractère inébranlable et leur talent incontestable, à marquer marqué l'Histoire de cette culture. Outre-Atlantique particulièrement et à toutes les époques, des MC's intraitables n'ont pas manqué de mettre un grand coup dans les joyeuses de ce foutu rap game. Célébrons donc ensemble quelques-unes des meilleures rappeuses US de tous les temps.

Queen Latifah

On commence avec la reine, celle qui les gouverne tous, Queen Latifah. Peu connue des plus jeunes fans de rap, la native du New-Jersey est pourtant historiquement considérée comme *« la première dame du hip-hop ».* Figure phare du label Tommy Boys Records, elle sort son premier album, All Hail the Queen en 1989 et cartonne particulièrement avec son single Ladies First. Fervente féministe, elle brille non seulement au micro grâce à son flow captivant et son charisme à toute épreuve, mais aussi au cinéma au travers ses rôles majeurs dans les films Set It Off, Chicago,  Sugar Brown et Life Support.

Non-contente d'avoir été récompensée à foison pour sa carrière d'actrice, son parcours musical s'est également fait dans la gloire. Elle a notamment remporté plusieurs Grammy Awards dont un en 1994, celui de la meilleure prestation rap en solo pour l'album U.N.I.T.Y. Toujours très active de nos jours en tant qu'actrice et productrice au cinéma et dans des séries télévisées, Queen Latifah n'a rien perdu de sa superbe et son héritage est intacte. Musicalement, elle est un peu plus en retrait puisque son dernier couplet inédit remonte à 2011, sur le morceau Who Can I Turn To (When Nobody Needs Me), issu du film Duet II.

MC Lyte

Impossible de parler les rappeuses les plus marquantes de tous les temps sans évoquer MC Lyte. Pour la simple et bonne raison que la dame de Brooklyn est considérée comme la première rappeuse de l'Histoire. Du moins, la première à avoir publié un album solo avec son disque Lyte as a Rock sorti en 1988. Elle est aussi la première rappeuse à se voir nominée aux Grammy Awards, dans la catégorie « meilleur single rap » grâce au titre Ruffneck, extrait de son quatrième album Ain't No Other, le premier de sa carrière certifié disque d'or. Pionnière du hip-hop, elle est aussi l'une des premières à s'attaquer frontalement dans ses textes au sexisme et à la misogynie dans le hip-hop.

Après sept projets solo publiés entre 1988 et 2003, elle marquera une longue période d'absence avant de revenir avec un ultime disque Legend, publié en 2015. A l'époque, elle avait déclaré que des artistes comme  Kendrick Lamar, Kanye West  et Drake entre autres lui avait donné envie de reprendre le micro. Dans l'ouvrage Listen to Rap! Exploring a Musical, son style des plus technique est décrit comme un rap “mi-tempo, agressif, mais soigneusement articulé qui met l'accent sur les rimes finales”. Bref, une incontournable.

Lauryn Hill

Dans les années 90, le New-Jersey était définitivement une mine d'or de talents féminins. Après Queen Latifah, on ne pouvait évidemment pas passer à côté de Lauryn Hill. Propulsée sur le devant de la scène au sein du mythique groupe des Fugees, dont l’album The Score est certifié sept fois platine, elle n'a pas manqué de façonner sa légende en solo. Son seul et unique album studio The Miseducation of Lauryn Hill est un classique intemporel tout simplement.

Classé en 2020 parmi les 500 meilleurs albums de tous les temps, par le magazine Rolling Stone, ce chef-d'oeuvre entre hip-hop et soul n'en finit pas de marquer les époques. En février 2021, soit plus de 20 ans après sa sortie, l'opus a été certifié disque de diamant, équivaut à plus de dix millions de ventes rien qu'aux Etats-Unis. Une première dans le monde pour une rappeuse. Ceci dit, aussi iconique soit cet album, Lauryn Hill n'en aura finalement jamais sorti un second en solo.

Artiste légendaire au destin brisé, elle n'a jamais renoué avec la créativité de ses débuts et n'a eu de cesse d'écorner son image auprès du public. Entre les prestations scéniques mitigées, les retards indécents lors de ses dernières tournées, le mépris du public et sa condamnation pour fraude fiscale en 2013, elle ne s'est pas fait ce qu'on appelle une bonne publicité. Malgré tout, la diva jouit toujours d'une place de choix dans le coeur des fans de rap. On l'a même récemment entendu sur le dernier album de Nas, chanter sur le titre Nobody.

Lil Kim

La présence de Lil Kim dans cette sélection sera probablement sujet à débat tant ces dernières années, l'historique « Queen of Brooklyn » s'est davantage fait remarquer par ses clashs répétés, puérils et intempestifs que par sa musique. Malgré tout on l'affirme, celle qui a connu une relation tumultueuse avec Biggie est une légende incontestable du rap east coast.

Lancée au sein du groupe du Big Poppa, Junior M.A.F.I.A., la rappeuse devient instantanément la figure emblématique du rap hardcore made in Brooklyn. Son premier album solo judicieusement appelé Hard Core sort en 1996 et obtient une certification double platine aux États-Unis. Ses projets suivants, The Notorious K.I.M. (2000) et La Bella Mafia (2003) connaissent également le succès en touchant à leur tour le platine.

Concernant ses distinctions personnelles, ses morceaux No Time, Big Momma Thang et Ladies Night  ont été reconnus en 2013 parmi les 50 meilleures chansons féminines » listées par le magazine Complex. D'autres titres de sa discographie Crush On You, It's All About the Benjamins et Money, Power, Respect sont citées la même année parmi les « 100 meilleures chansons » de hip-hop selon la chaîne de télé américaine VH16. Cette même chaîne qui l'année précédente avait placé Lil Kim 45e dans son classement des « 100 plus grandes femmes de l'industrie musicale ». Grande par le talent et non par la taille bien évidemment.

Missy Elliott

Élevée dans une famille violente et abusée sexuellement par son cousin alors qu'elle n'a que huit ans, Missy Elliott s'est battu et a obtenu sa revanche en devenant l'une des rappeuses les plus influentes de tous les temps. Mise en lumière par le producteur Timbaland, elle s'est forgée une discographie légendaire en six albums, de Supa Dupa Fly en 1997 à The Cookbook en 2005. On pensait naïvement qu'elle s’arrêterait là, mais elle est revenue défendre son trône en 2019 avec l'EP Iconology. De retour après presque 15 ans d'absence, elle devrait prochainement enchaîner avec un nouvel album. C'est en tout cas ce qu'a laissé entendre Timbo en décembre dernier.

Quoi qu'il en soit, l'héritage de Missy Elliott est tout simplement extraordinaire. Éternelle philanthrope, elle est qualifiée de « reine du rap » par plusieurs média et compte à son actif une palanquée de prix et autres distinctions. Titulaire de quatre Grammy Awards et neuf BET Awards entre autres, elle a vendu plus de 30 millions de disques aux États-Unis et était, selon les chiffres de 2017, la rappeuse la plus lucrative de l'histoire à l'époque.

La sortie de son dernier fut l'occasion de rappeler à quel point l'impact de la rappeuse sur la culture était important. Première MC intronisée au Songwriters Hall of Fame cette même année, elle a également reçu le Michael Jackson Video Vanguard Award pour son influence majeure sur le paysage des clips. En 2020, le Billboard l'a classé cinquième des 100 artistes proposant les meilleurs clips de tous les temps. Enfin, et pour l'ensemble de son œuvre, elle est devenue en 2021 la première rappeuse honorée d'une étoile sur le Hollywood Walk of Fame. Y a-t-il vraiment besoin de rajouter quelque chose ?

Nicki Minaj

On entre désormais dans les noms un peu plus contemporains. Que dire si ce n'est que Nicki Minaj est le visage féminin du rap des années 2010 ? Lancée en même temps que Drake sur le label de Lil Wayne YMCMB, elle a su s'imposer en un temps record grâce à un rap explicite mêlant technique, féminité exacerbée et tubes qui cartonnent.

Nommée en 2013 par le New-York Times comme l'une des femmes noires les plus influentes du monde avec Beyoncé et Michelle Obama, la rappeuse d'origines américano-trinidadienne est également l'artiste féminine la plus classée dans les charts. Avec 119 titres au sommet du Billboard Hot 100, elle surclasse carrément la géante Aretha Franklin, la précédente détentrice du record et ses 73 morceaux dans le top single.

Mais ça c'était avant. Parmi ses faits d'armes les plus récents, en 2021, elle est devenue la première rappeuse de l'Histoire à atteindre le milliard de vues sur Youtube grâce à son tube Anaconda.  Aussi, la même année, elle est entrée dans le Guinness Book des Records grâce à sa participation au remix Say So de Doja Cat. Ce hit en puissance est le premier duo de rappeuses à s'être offert la place de numéro un  du Billboard Hot 100 américain.

Reine du rap de son époque, Nicki a vendu à ce jour plus que 150 millions de disques dans le monde et reste aujourd'hui la rappeuse la plus suivie au monde sur les réseaux. Elle compte tout de même un total ahurissant de 176 millions de followers sur Instagram, 48 millions de likes sur Facebook et 24 millions de sur Twitter.

Cardi B

Femme de l'année 2020 selon le Billboard, Cardi B est la seule rappeuse qui a su bouleverser l'hégémonie de Nicki Minaj sur le rap game. D'abord star de Vine et d'Instagram, elle a démarré sa carrière de rappeuse en 2016 avec ses mixtapes Gangsta Bitch Vol.1. Grâce à son charisme, son talent pour la provocation, sa technique au micro et sa versatilité musicale, elle a conquis le cœur du public et son premier album Invasion of Privacy sorti en 2018 s'est instantanément hissé au sommet des charts. Un succès poussé notamment par le carton planétaire de son single Bodak Yellow.

Depuis, Cardi n'a pas sorti de nouveaux projets, mais a enchaîné les titres, avec toujours un succès commercial en bout de course. D'ailleurs, elle est aujourd'hui la rappeuse avec le plus de singles classés numéro un dans une carrière (3) et son titre Bodak Yellow est aussi le hit qui a passé le plus de temps en première position du classement Billboard avec au total onze semaines consécutives.

Au-delà de la musique, Cardi B est aussi très engagée politiquement, notamment via ses réseaux sociaux. Féministe revendiquée, militante anti-guerre et fervente amie du parti Démocrate, elle nous a habitués à s'en prendre à Donald Trump, notamment lors de son mandat présidentiel. Elle a également pris position sur divers sujets de société comme celui des violences policières envers les afro-américains, l'attaque de l'Azerbaïdjan contre l'Artsakh et plus récemment sur le conflit qui sévit entre l'Ukraine et la Russie.

Megan Thee Stallion

Troisième figure des rappeuses américaines mainstream avec Nicki Minaj et Cardi B, la Texane Megan Thee Stallion est bien partie pour connaître une carrière similaire à ses aînées. Dans le circuit depuis 2016, l'artiste qualifiée d'étalon en raison de sa grande taille (1m78) se démarque par des textes crus et sexuellement explicites. En parallèle de la musique, elle a poursuivi des études en administration de la santé à la Texas Southern University. Un cursus qu'elle a choisi pour honorer la mémoire de sa mère, décédée d'une tumeur au cerveau cancéreuse de longue date.

Son diplôme en poche, elle se consacre désormais pleinement à sa carrière musicale. Influencée par des OG tels que Pimp C, Biggie Smalls et Three 6 Mafia, elle compte à son actif trois mixtapes, trois EP ainsi que son premier album Good News, paru le 20 novembre 2020. Consacrée « Meilleure nouvelle artiste » aux Grammy Awards 2021, elle a également gagné deux autres prix dont celui de la chanson de l'année pour Savage, sa collaboration avec Beyoncé. Elle est encore jeune et sa carrière ne fait que commencer, mais clairement avec elle, la relève est assurée.

Rapsody

Depuis le début de notre sélection, on parle surtout des prouesses commerciales et autres distinctions d'estime. Et bien Rapsody est le parfait exemple pour montrer que l'influence d'une rappeuse ne se limite pas qu'à ses formes et à ses chiffres de ventes. C'est en 2008, après avoir fait les beaux jours du groupe de rap Kooley High que la MC originaire de Caroline du Nord démarre sa carrière solo, en signant sur le label du producteur 9th Wonder.

Avec à son actif trois albums, cinq mixtapes et deux EP, la rappeuse n'a pour l'heure obtenue aucune reconnaissance significative, mais se défend de faire de la musique pour l'amour de la culture hip-hop. Dans les colonnes du magazine Vibe, elle déclarait : « Pour moi, la culture est plus importante que l'argent et que le reste. Je fais de la musique pour les gens qui ont cette culture ; ça vient en premier. [...] C'est ce qui est important pour moi, juste préserver et respecter la culture ».

Icône féminine forte du rap underground, elle a livré son dernier album Eve en 2019. Ce disque est une véritable pépite en hommage à la « black excellence » féminine et dont chacun des titres porte le nom d’une femme de pouvoir ou figure de la communauté afro-américaine. Galvanisée par l'aura de ces dames, Rapsody crache du feu, enchaîne les rimes complexes, les métaphores et les jeux de mots habiles dans ses textes. La seule chose qu'elle ne fait pas finalement, c'est montrer ou sexualiser son corps. Pour elle, son art et sa musique parlent d'eux-mêmes. Tant mieux puisqu'elle n'a besoin de rien d'autre pour briller.

070 Shake

La petite dernière de notre liste sera 070 Shake. Si vous êtes fans de Kanye West, vous avez forcément déjà entendu le nom de cette jeune prodige. La voix aérienne sur le morceau Ghost Town de l'album Ye en collaboration avec Kid Cudi, c'était elle.

D'abord repérée par le rappeur de Chicago après que celui-ci ait entendu son morceau Sunday Night en soirée, elle est est signée sur son label Good Music et se voit propulsée sur le devant de la scène avec la série d'albums de sept titres produits par Yeezy à l'été 2018. Grâce à ça, la jeune artiste emo de North Bergen dans le New Jersey s'est offert le tremplin parfait pour décoller et a depuis roulé sa bosse en solo.

Après un premier EP, le brillant Glitter fin 2018, elle a enchaîné avec un premier album, l'enivrant et émotionnellement puissant Modus Vivendi en 2020. Lesbienne assumée, elle se bat contre toutes les formes de discrimination et refuse d'être cantonnée à une seule étiquette LGBTQ+. Elle va bien plus loin et prône dans sa musique la liberté de chacun à être simplement lui-même, loin des cases. Clairement avec des artistes comme elle et celles évoquées précédemment, le rap a encore de beaux jours devant lui. Et j'ai bien dit LE rap les gars, et pas seulement le rap féminin.