MENU
Accueil
Kendrick Lamar : qu'attendre de son tant attendu prochain album ?
Écouter le direct
Kendrick Lamar - concert Festival D'été De Québec (Ollie Millington)
Kendrick Lamar - concert Festival D'été De Québec (Ollie Millington) ©Getty

Kendrick Lamar : qu'attendre de son tant attendu prochain album ?

Avec Nicolas Rogès, le biographe français de Kendrick Lamar, on a tenté de répondre à toutes les questions que vous vous posez au sujet de son prochain album.

"Soyez patient, King Kendrick sera bientôt de retour". Ces mots prononcés par Anthony « Top Dawg » Tiffith , le boss de TDE en mai 2020 avaient de quoi nous donner de l’espoir mais... Près d’un an plus tard, toujours aucune trace d’un nouvel album du rappeur de Compton. Tiraillés entre une hype exacerbée et une impatience pesante, les fans sont à bout, et on les comprend.

Pour tenter de répondre le plus possible à leurs interrogations, nous avons fait appel à Nicolas Rogès, auteur de la biographie française de Kendrick Lamar, "De Compton à la Maison Blanche". Lui qui pendant plusieurs mois, a été au plus près des écuries de TDE, a forcément un regard éclairé sur le sujet.

Nicols Rogès - livre de "Compton à la Maison-Blanche" (DR)
Nicols Rogès - livre de "Compton à la Maison-Blanche" (DR)

Kendrick, un perfectionniste maladif

Pour commencer, la première chose à savoir sur le prochain projet de Kendrick, c’est qu’on ne sait pratiquement rien à son sujet, pour ne pas dire que tchi. En effet, le monde a beau l’attendre au tournant, le rappeur semble complètement détaché de l’engouement qu’il suscite et préfère prendre son temps. Pour Nicolas Rogès, cette méthodologie de travail inspirée de Dr. Dre est ancrée dans l’ADN de Kendrick Lamar. "Kendrick n’a pas peur de prendre son temps pour faire les choses bien. Il ne sortira jamais un album s’il n’en est pas 100 % satisfait__. C’est un psychopathe du travail qui peut bosser sur une chanson pendant six mois. C’est dire le niveau de perfectionnisme. S’il prend aussi longtemps à sortir ses albums, c’est qu’il expérimente plein de choses différentes".

Dans la continuité de cette philosophie, contrairement à d’autres grosses têtes d’affiche du rap game comme Migos, Travis Scott et Drake, Kendrick préfère jouer la carte de la discrétion, voire du quasi-silence radio. Bien que cela puisse agacer certains fans qui attendent un tweet ou n’importe quel autre signe de vie, c’est dans ce silence qu’il puise sa force créative : « Il est très secret, tous les gens que j’ai rencontrés me l’ont dit, assure l’auteur. C’est aussi cette extrême exigence qu’il se fixe qui fait qu’il ne peut pas trop parler. Pour ma part, je trouve que c’est une force.

La seule chose que l’on peut affirmer sans trop se mouiller, c’est que Kendrick devrait sortir quelque chose de foncièrement différent de ses projets précédents. Cela, Rogès en est lui aussi persuadé : "Kendrick s’inspire de Prince. Il a toujours fait des albums différents avec des périodes très identifiables. Il se mettra sûrement en danger, ça promet d’être intéressant, et vu qu’il n’a fait aucune promesse, on peut vraiment s’attendre à tout"__.

Un album aux influences rock ? Pas si sûr...

Dans une interview accordée à I-D en octobre 2020, Lamar révélait effectivement qu'il travaillait sur de nouvelles sonorités. "Je ne peux pas faire la même chose encore et encore. J'ai besoin de tenter de nouvelles choses pour me stimuler". Une position appuyée par son biographe : "C’est un innovateur. Il cherche sans cesse à se renouveler pour apporter de nouvelles expériences musicales"__.

On le sait, Kendrick a souvent puisé ses influences sonores au-delà du hip-hop. Sur son album To Pimp A Butterfly par exemple, il faisait appel à de prestigieux musiciens de jazz. Pour son prochain disque, les rumeurs suggèrent qu’il opérera un nouveau virage radical entre les genres. Dans un tweet publié en janvier, le journaliste et ancien responsable éditorial du Billboard Bill Werde, affirmait en effet que le successeur de DAMN aurait « des influences rock ».

S’il se peut que ce dernier ait vu juste, Nicolas Rogès avertit tout de même qu’il ne faut pas prendre cette information pour acquise : "Plusieurs proches de Kendrick et cadres de TDE m’ont dit que personne n’assistait à ses sessions studio, si ce n’est lui, ses producteurs et son ingé son__."

"Je suis vraiment surpris qu’un journaliste ait pu y assister, car, même au sein de TDE, peu savent réellement sur quoi Kendrick travaille. Quand bien même il se soit retrouvé au studio, je pense qu’il a simplement entendu un riff rock et que ça lui a suffi pour dire que l’album aura des sonorités rock. C’est évidemment pas impossible, mais je n’y crois pas trop"__.

Mais alors à quoi s’attendre ? Pour tenter d’y voir plus clair, penchons-nous sur les travaux les plus récents du rappeur de Compton. Bien qu’aucun single n’a encore été dévoilé officiellement, il arrive parfois que les artistes de TDE soient victimes de fuites de studio. C’est ce qu’il s’est passé il y a un peu plus d’un mois, lorsque l’inédit « Vent », en collaboration avec Baby Keem, a débarqué sur la toile.

Pour Nicolas Rogès, ce titre donne des indications intéressantes sur la direction artistique que prend le rappeur depuis plus d’un an. "Baby Keem est en première ligne de PGLang, l’agence artistique de Kendrick. C’est le prochain artiste sur lequel il a misé avec Dave Free. Le suivre et écouter ses sons donne des indices clairs quant à la voie que semble prendre Kendrick ». Il explique : "Si tu prends DAMN et que tu le confrontes à ce que font Baby Keem et les producteurs affiliés à TDE actuellement, tu te rends compte que c’est très proche. Il y a une vraie affiliation dans cet espèce de minimalisme hyper bien travaillé__. DAMN était dépouillé en terme de rythme, Baby Keem fait un peu ça. Des rythmes synthétiques, un flow chantonné et saccadé, je pense que Kendrick va se diriger vers ça. Depuis quelque temps, Kendrick rappe beaucoup moins de lignes de textes qu’avant. Je le vois bien se lancer dans cette espèce de neo-trap revisitée, ce qu’il avait un peu effleuré sur DAMN et que Baby Keem incarne parfaitement. Un son guerrier, puissant et minimaliste, mais aussi avec une imagerie très forte ».

Une expérience visuelle et cinématographique ?

De ses clips de plus en plus léchés et travaillés jusqu’à son court-métrage poignant de Kung-Fu Kenny venu habiller la scénographie démentielle de son DAMN Tour, la dimension visuelle prend depuis longtemps une place énorme dans l’art musical de Kendrick Lamar. Après avoir tout accompli dans la musique, ce nouvel album ne pourrait-il pas lui servir de tremplin pour assouvir ses nouvelles ambitions au cinéma ? En tout cas, son biographe en est persuadé :

"Je pense qu’avec cet album, il se dirige vers une carrière hollywoodienne, car il n’a pas encore accompli grand-chose dans le domaine du cinéma. On l’a déjà vu mettre les pieds dans le milieu avec la BO de Black Panther et sa participation à la série Power. Son dernier projet, PGLang est une agence créative, une plateforme d’accompagnement d’artistes avec une très grosse dimension visuelle et j’ai aussi entendu dire qu’il parlait de faire des documentaires. Ça ne peut pas être une coïncidence. Je suis sûr qu’on aura droit à des clips magnifiques et hyper travaillés pour cet album".

A ce sujet, nous savons d’ores et déjà que Kendrick a tourné quelque chose à Los Angeles en septembre 2020. S’il est, à l’heure actuelle, impossible d’affirmer s’il s’agit ou non d’un clip, sa mise en scène permet d’explorer quelques pistes. D’après l’auteur français, on est en train d’assister à un retour d’un Kendrick à l’ancienne, ce bon gamin qui a grandi dans une ville de dingues : "Sur les images qu’on a vues de lui, il porte des Cortez. C’est quelque chose d’hyper important dans l’identité de la côte ouest. Il porte aussi un bandana à la Tupac. J’ai vraiment l’impression de retrouver le Kendrick vintage". Deuxième élément remarquable de l’imagerie récente du rappeur, la lévitation. C’est un aspect qu’il développe beaucoup depuis plusieurs années, comme s’il se prenait pour un messi. L’interprétation que j’ai de tout ça, c’est qu’il cherche à se placer au-dessus de tout ce qui se passe aujourd’hui. Comme si le monde était devenu trop pourri et que le seul salue possible était de prendre de la hauteur pour être près de Dieu". Et pourquoi pas après tout ?

Sortie prévue en 2021 ?

Une fois qu’on a dit tout ça, une question reste encore sur toutes les lèvres : quand donc Kendrick Lamar daignera-t-il sortir son album ? La réponse exacte, seuls les cadres de TDE peuvent l’apporter, mais Nicolas Rogès a tout de même tenté de la trancher. Pour lui, impossible d’envisager une sortie tant que la situation sanitaire ne sera pas revenue à la normale.

"En ce moment avec tout ce qui se passe, il est impensable que cet album sorte, car il ne pourra pas le défendre sur scène. Plus que n’importe quel artiste de nos jours, Kendrick n’envisage pas sa musique comme un produit consommable, mais comme une expérience globale__. Ainsi donc, pour qu’il nous livre son travail, il faut que toutes les étoiles soient alignées et que les conditions soient optimales, et la scène en fait partie. S’il peut faire ses festivals cet été, c’est possible qu’il le sorte, mais personnellement, je n’y crois pas. TDE est une machine qui fonctionne lentement. A mon avis, ils vont prendre leur temps et préparer le terrain avec des clips et des trucs expérimentaux comme ils savent le faire. Je ne vois pas l’album arriver avant fin 2021 ou début 2022".

A peine dix ans de carrière et quatre albums auront suffi à Kendrick pour cimenter sa légende. Quoi qu’il fasse aujourd’hui, il n’a déjà plus rien à prouver et a déjà atteint une forme de sommet. Il n’empêche qu’en dépit de toutes les récompenses, certifications et prix prestigieux qu’il a obtenus ces dernières années, cet album sera sans aucun doute le plus important de sa carrière. Celui qui témoignera de sa longévité.

Peu d’artistes peuvent en effet se vanter d’avoir livré cinq masterpieces consécutives et unanimement acclamés. "S’il y parvient, il pourra être considéré comme l’un des plus grands artistes de notre époque", assure Nicolas Rogès. "Maintenant, il doit se battre contre sa propre légende pour rester le meilleur. Son seul challenge, c’est lui-même et en cela, il me fait beaucoup penser à Kobe Bryant. Ils sont tous les deux des symboles de LA et ont des carrières parallèles__".

Comme chacun sait, avec Kendrick Lamar, on n’est jamais sûr de rien. Peut-être même que toutes les hypothèses que nous avons abordées ici seront balayées et qu’il nous prendra totalement à contre-pied. D’ailleurs, les choses ne seraient-elles pas mieux ainsi ? L’effet de surprise, n’est-ce pas finalement ça, la marque des grands artistes ?