MENU
Accueil
Youssoupha : "C’est agaçant que le Front national dicte l’agenda des débats"
Écouter le direct
Youssoupha - capture Quotidien (TMC)
Youssoupha - capture Quotidien (TMC)

Youssoupha : "C’est agaçant que le Front national dicte l’agenda des débats"

Youssoupha sort de son silence suite à la polémique autour de son morceau pour les Bleus.

Fier et heureux d'annoncer la liste des 26 joueurs français sélectionnés pour l'Euro 2020 (qui a lieu en 2021, Covid oblige) en rappant, Youssoupha ne pensait sans doute pas être au coeur d'une tempête médiatique...

Un constat amer

Son morceau Ecris mon nom en Bleu, a été dévoilé le 19 mai dernier et depuis, il ne se passe pas un jour sans que quelqu'un critique le choix d'avoir pris Youss pour représenter les Bleus. Heureusement, pas mal de joueurs, entraineurs, la Ministre des sports... et également de rappeurs le défendent, car cette polémique lui gâche le plaisir d'avoir réalisé l'un de ses rêves, même si visiblement il n'a pas été affecté. Très discret sur le sujet, mis à part une story, l'artiste originaire de Kinshasa est enfin sorti de son silence et il n'a pas hésité à mettre les points sur les i et dire le fond de sa pensée. C'est sur une question autour du racisme posée par Yann Barthes chez Quotidien, que Youss a pris la parole : 

"J'ai pris cette polémique avec beaucoup de recul et d'humour, j'ai pas été directement affecté, j'étais même pas là. C'est quand même agaçant que le RN dicte l'agenda des débats__, de ce qu'il faut dire, des thématiques et que ça devient la norme. Eux, ils peuvent jouer de cette ficelle-là, mais le reste du spectre, c’est-à-dire les médias, les spectateurs ne sont pas obligés de se rabaisser à ce niveau-. L’une des raisons pour lesquels je ne suis pas revenu sur les plateaux, c’est justement parce que je refuse que l’on me dicte l’agenda de l'action, réaction... non moi je réagis si je veux."

Avant de rajouter, apeuré : 

"J'ai peur pour la suite... La suite dans un an (élections présidentielles), car je pense que c'est pas bien parti. Je sais pas si il faudra compter sur les banlieusards, les noirs, les arabes... pour faire encore barrage."