MENU
Accueil
YL, l'enfant perturbé sauvé par le rap
Écouter le direct
YL - (photo : DR)
YL - (photo : DR)

YL, l'enfant perturbé sauvé par le rap

A 25 ans, YL a la fougue de la jeunesse mais aussi le vécu et la sagesse des anciens. Avec son nouvel album Yamine, le rappeur marseillais revient plus lucide et éclairé que jamais.

Depuis quelques années maintenant, Marseille a retrouvé une place de choix sur la carte du rap français. Chaque secteur de la ville a contribué à sa manière au rayonnement de la scène hip-hop locale. Au croisement des quartiers sud et des quartiers nord se trouve justement l'un des plus riches viviers de talents marseillais : le quartier populaire de La Pomme. Vous voyez les quatre tours de dix-huit étages qui se dressent devant vous ? Ça signifie que vous êtes arrivé à Air Bel, cette cité phare du onzième arrondissement de Marseille qui a tendu les bras à YL alors qu'il n'avait que sept ans.

Enfant perturbé, hyper-actif et turbulent, le jeune franco-algérien a vogué de foyer en foyer au grand dam de ses parents. Toujours le premier à faire des conneries en classe ou dans la rue, il a pourtant toujours aimé l'école. Au point même que ce passionné de mythologies en tout genre, a pendant longtemps caressé le rêve de devenir professeur d'Histoire.

Cependant, il a vite déchanté lorsqu'il a pris conscience des difficultés du métier. Entre l'indiscipline de certains élèves dont il était le parfait exemple et le faible salaire qu'il en tirerait, ce n'était clairement pas pour lui. Sa voie n'est pas celle-ci ? Tant pis, il s'en sortira grâce à la musique, celle qui lui évita l'usine et les Uzis.

Dans le rap depuis l'âge de onze ans en tant que « petit frère » de la Click 11:43 (le premier groupe de Naps & Kofs entre autres), c'est avec eux qu'il prend le micro pour la première fois. Le minot qui rappe sur le morceau Rien à foutre, c'est lui. Depuis le petit gars a bien grandi. Déjà parce qu'il mesure 1m96, mais surtout parce qu'avec son flow rocailleux et son univers à la fois sombre et mélodieux, il s'est imposé en un temps record comme l'un des MC les plus chauds de la cité phocéenne.

Lancé officiellement en 2016 grâce à son freestyle Plata O Plomo, c'est réellement grâce à ses deux connexions successives avec Fianso, - d'abord lors d'un épisode des freestyles #JeSuisPasséChezSo, puis sur le morceau Saleté -, que le marseillais d'origine algérienne va exploser aux yeux du public. Conséquences directes de sa percée dans le game ? Les projets de qualité vont s'enchaîner et le rappeur s'offrira même un rôle marquant dans la saison 2 de la série Validé.

Éduqué au rap par la synergie de groupes comme la Scred Connexion, Dicidens et la Fonky Family, YL est également un pur produit de l'école hardcore du rap des années 2000 portée par Salif, Nessbeal ou encore Zesau. Pour autant, il ne cache pas s'inspirer également de rappeurs plus jeunes comme Fianso ou  Niro. C'est toute la diversité de son bagage rapologique qui fait d'YL le pont parfait entre les générations. Une aubaine pour celui dont l'ambition a toujours été de fédérer les gens.

YL, un rappeur vaillant et fédérateur

« L'union fait la force » Aussi connu soit le dicton, il symbolise à lui seul toute la philosophie musicale d'YL. Dès le début de sa carrière, la première chose qu'il cherche à faire, c'est rassembler. En 2016, il débarque avec une série de freestyles #MarseilleAllStar qui se donne pour objectif d'unifier toute la scène rap marseillaise et ses quartiers. C'est ainsi qu'à peine majeur, il pose autant avec les rookies de sa ville qu'avec les plus grands MC locaux. L'une des collabs dont il est assurément le plus fier reste sans aucun doute celle avec Le Rat Luciano, l'une de ses idoles de jeunesse qu'il considère encore aujourd'hui comme l'un des plus grands poètes du rap français.

Au fil de son ascension et de sa discographie personnelle, il poursuit dans cette voie et partage le micro avec tout le monde. Qu'il s'agisse d'un rookie qui monte, d'un rappeur star de sa génération où d'un ancien qu'il estime et de qui il a obtenu le respect, il y va tant que le feeling humain est bon et que la connexion se fait pour l'amour de la musique. C'est ainsi qu'en moins de cinq ans, il a déjà posé avec toutes les générations de rap français, de ISK à Rim'K, en passant par RK, Soolking, Rohff ou encore Naps. En dépit d'une expression artistique clairement hardcore,YL est un de ses artistes dont la maturité et l'approche musicale mettent tout le monde d'accord.

Fédérer ses pairs, c'est déjà bien, mais le marseillais ne s'est pas arrêté là. Dans la continuité de sa démarche d'unité et d'alliance, il partage également une relation très forte avec son public. Des supporters engagés comme des soldats qu'il a affectueusement surnommé ses Vaillants. En plus de les solliciter régulièrement via les réseaux sociaux, il a carrément produit avec eux une mixtape improvisée pendant le confinement.

Nous sommes en 2020 est le rap français est gelé face à la pandémie de Covid-19. YL comme tous les autres doit renoncer à sa promo et mettre en suspens tous ses plans de sortie. Mais plutôt que de rester les bras croisés, puisqu'il est de nouveau indépendant avec son label Blue Hills, il lui vient l'idée de faire une mixtape inédite dont son public sera le directeur artistique. Par l’intermédiaire de lives et de sessions questions / réponses sur les réseaux, il invitera sa communauté à lui donner des idées, à débattre et à prendre part à la sélection finale des morceaux. Après plusieurs semaines de travail collaboratif, il a sorti la mixtape Vaillants, et la web-série qui va avec, Larlar Story.

Les frappes successives sont puissantes, pleines de cœur et d'engagement, mais finalement, ça signifie quoi être un Vaillant ? Pour YL, la réponse est simple : il suffit d'être lucide, déterminé dans ce qu'on fait et surtout, d'aller au bout des choses. De son côté, c'est ce qu'il a toujours faits, avec toujours cette volonté farouche de faire briller sa ville et les siens. Partant de là, il n'est pas difficile de comprendre pourquoi son absence de 13 Organisé, le projet marseillais fédérateur par excellence,  a suscité une telle levée de boucliers.

A ce sujet, le rappeur avait déclaré à l'époque n'avoir de problèmes avec personne. Il a même avoué avoir kiffé la démarche de bout en bout dans la mesure où celle-ci faisait briller toute la ville. Pas rancunier pour un sou envers Jul ou qui que ce soit d'autre, il n'a d'ailleurs pas hésité à répondre présent quand il a fallu prendre le micro et chausser les crampons pour le Classico Organisé. Tout s'est bien terminé donc, même si dernièrement, YL s'est résolument recentré sur lui-même.

Yamine, tout simplement

L'avantage avec YL, c'est que sa musique évolue au rythme des changements de sa vie personnelle. Par conséquent, aucun de ses projets ne se ressemble, cela même si tous oscillent entre noirceur et rage mélodique. Lui qui sur son dernier album Compte de faits narrait avec précision et passion la sombre réalité des quartiers de Marseille, l'enfant perturbé d'Air Bel est revenu aux affaires en 2022 avec un nouvel opus résolument plus personnel.

Sobrement baptisé Yamine, ce titre reprend tout simplement le prénom de son auteur, sans aucune fioriture. « Ma mère m'a prénommé “Yamine”, ce qui signifie le droit, le fortuné, le prospère. J'ai décidé de donner ce nom à mon troisième album », déclarait-il avec fierté et humilité sur Twitter. On comprend alors qu'YL va nous parler de lui et se livrer comme jamais il ne l'a fait auparavant.

Bien entendu, des moments intimes et introspectifs en solo, le rappeur en a déjà proposé dans le passé. Sa série de morceaux Larlar entamée en 2018 en est d'ailleurs le parfait exemple. Sur les six volets sortis à ce jour, le kickeur marseillais s'employait déjà à laisser parler son cœur et romancer sa vie, mais sans jamais la dénaturer.

Rien d'étonnant alors à ce qu'il parvienne enfin à aborder sans équivoque des sujets aussi sérieux et intimes que ses souvenirs d'enfance. En vrac, il revient sur son comportement difficile, sa scolarité assidue mais tumultueuse, les conneries qu'il a faites quand il était minot ou encore la honte profonde qu'il ressent d'avoir blessé sa mère. Ses rapports à l'amour, à l'amitié et à la loyauté sont aussi évoqués. Yamine nous offre un cocktail de confessions tantôt joyeuses, tantôt douloureuses et fait planer sur ce disque une douce et sombre nostalgie.

Évidemment, la rue, celle que le rappeur considère comme sa compagne, reste omniprésente tout au long de l'album. Mais à l'inverse de la plupart de ses confrères qui se plaisent à faire de la street un modèle de réussite, lui s'emploie à en déconstruire tous les clichés. Hors de question pour lui de glorifier le grand banditisme. Sans être moralisateur, il met de côté le volet divertissement et opte pour une approche plus réaliste  authentique. Pour bien la connaître, il sait que si la rue peut paraître accueillante au premier abord, elle n'apporte au final que des problèmes.

Plus épanoui et accompli que jamais, YL a réussi dans la musique car il est toujours resté fidèle à sa ligne de conduite. S'il n'a clairement pas fini de nous raconter des histoires sombres dans ses raps et dans ses clips, tous les voyants sont au vert pour qu'il réalise ses prochains rêves : reprendre les études, écrire un livre et être utile à la société pour l'éternité.