MENU
Accueil
Top 10 des moments où Gims a prouvé qu’il était un excellent rappeur
Écouter le direct
Gims - (Zakaria ABDELKAFI)
Gims - (Zakaria ABDELKAFI) ©AFP

Top 10 des moments où Gims a prouvé qu’il était un excellent rappeur

Alors que son album de rap pur et dur vient d’être repoussé, on revient sur les plus belles performances de Gims au micro.

Il y a encore dix ans, Gims n’était que l’une des excellentes individualités de la Sexion d’Assaut, un groupe qui a véritablement explosé auprès du grand public avec L’école des Points Vitaux en 2010. Au fil des années, il s’est progressivement transformé en superstar de la musique française, réalisant des exploits rarement vus comme ce concert au Stade de France en septembre 2019 ou ces trois disques de diamant en trois albums solo. 

Dans l’esprit du public, Gims s’est cependant petit à petit détaché de son statut de pur rappeur pour devenir l’icône d’un genre musical uniquement axé sur le divertissement. A force d’enchainer des titres comme Bella Ciao, Est-ce que tu m’aimes ou Bella, les auditeurs ont peu à peu oublié que Gims était à la base un véritable rappeur, techniquement doué et capable de livrer de grosses performances. Ponctuellement, quelques featurings bien sentis ont tout de même servi de piqûres de rappel. Stimulé par le calibre de ses hôtes ou invités (Fianso, Niro), l’auteur de Ceinture Noire a toujours mis un point d’honneur à rappeler à tout le monde qu’il n’était pas qu’un hitmaker, mais bien un véritable rappeur. 

Pour enfoncer définitivement le clou et réaffirmer ses capacités de performeur, Gims a donc enregistré un album de rap pur et dur, Le Fléau, dont la sortie prévue le 6 novembre a été repoussée au 4 décembre en raison de la situation sanitaire. En attendant, on se replonge dans sa discographie pour faire le point sur ses meilleures performances de kickeur. 

A 30 % (solo)

L’un des morceaux rappés les plus marquants de la carrière de Gims, au point où beaucoup considèrent que c’est celui qui a lancé définitivement la carrière de la Sexion d’Assaut. Deux longs couplets où Gims navigue entre humour noir (quand y'a l'anniversaire d'un gosse, en fait tu ne fais que fêter un pas de plus vers sa mort) et dénonciation de divers travers de la société (racisme, adultère, sexisme, situation des sans-abris), avec une quantité de punchlines assez phénoménale. 

Comme une prémonition, Gims annonce déjà à l’époque (fin 2008) : “j'suis passé de Gims à Maitre Gims, bientôt tu m'appelleras Le Fléau. Entre temps, Maître Gims est redevenu Gims, et l’album Le Fléau devrait donc constituer un retour aux sources.

La punchline à retenir :si la justice te parle mal, bah dis-leur tais-toi ! / Ils peuvent pas t'expulser, ils ont besoin de toi pour laver le trottoir”, une logique implacable et de l’humour noir. 

Bonus : Pour ceux que ça intéresse, Lloyd Banks a posé sur la même instru, on vous laisse comparer les performances des deux rappeurs. 

Loup-Garou (feat Fianso)  

Longtemps considéré comme un véritable outshineur, ce genre de profil impliable en featuring, Fianso a parfaitement joué son rôle sur Loup-Garou, extrait de Ceinture Noire, en ouvrant le bal avec un gros couplet nerveux pour bien mettre la pression au rappeur en face. Loin de se laisser impressionner, Gims a parfaitement suivi le rythme en livrant une prestation qui a marqué les esprits, aussi bien pour son interprétation énergique que pour son arrogance absolue en égotrip. 

La punchline à retenir :Eeeh oh, c'est moi, celui qu'la SACEM ne peut plus payer, Français, Françaises, j'arrive en paix, 190K sur le poignet“, niveau arrogance bien placée on peut difficilement lutter. 

Ceci n’est pas du rap (feat Niro)  

Sur le même principe que Fianso cité juste au-dessus, Niro est l’un des rappeurs les moins prenables en featuring, au point où même le roi des feats en France, Ninho, en a fait les frais. Gims s’en sort encore une fois avec le même schéma que sur Loup-Garou : il laisse son invité ouvrir le morceau avant d'enchaîner avec un long couplet dynamique, insistant beaucoup sur sa maîtrise des accélérations. 

La punchline à retenir :Paraît-il j'suis une star à Tel Aviv”, ce qui n’est pas un simple égotrip mais bien un fait, si on se fie à ses chiffres sur place. 

Marabout (solo)  

Le clash le plus dansant de l’histoire du rap français, on imagine sans trop de mal Dawala, visé directement tout au long du texte, taper ses meilleurs pas de danse sur le morceau. Sur la forme, Marabout est le titre le moins rap de la liste, mais il permet de constater que Gims a une plume acérée quand il s’agit de lancer des attaques frontales. 

La punchline à retenir :J'suis dans le quartier, demande au gardien du musée Grévin”, beau symbole de l’évolution de Gims, passé des rues du 9ème à une statue au musée Grévin, situé dans ce même arrondissement. 

Noir (solo)  

Alors que la Sexion d’Assaut vient de faire une percée spectaculaire avec L’école des points vitaux, un album très ouvert destiné à un public plutôt jeune, Gims prend le temps de rappeler que son univers personnel est plus sombre. Noir est l’un de ses plus gros titres solo, avec une ambiance très mystique où s’enchainent les références quasi-occultes : “Si tu m'enterres, fait en sorte que mes mains soient bien visibles / Qu'ils voient que je n'ai rien amené dans le monde de l'invisible” ou l’inquiétant “j'ai vu des chiens avec des têtes d'hommes. 

La punchline à retenir :C'est Maître Gims, triple disque de platine et toi ?”, d’une efficacité absolue, ou “choqué, comme un schyzo qui prend du recul sur lui même. 

Légendaire (feat Chaka 47)  

Extrait de la BO de Validé, Légendaire a surpris les auditeurs puisqu’il s’agit de l’un des titres les plus rap de la tracklist. Surtout, il adopte le format inversé de ses autres featurings rap : ici, c’est Gims qui ouvre le morceau, avec un couplet assez court, avant de laisser Chaka 47 enchainer avec un long passage. 

La punchline à retenir :La juge inflige des peines avec le marteau d'Thor 

VQ2PQ (solo)  

L’un de ses titres les plus techniques avec trois bonnes minutes de rap pur et dur sans refrain, et une belle quantité de rimes riches bien dosées. VQ2PQ est extrait de Subliminal, le fameux album du platine en première semaine qui mènera à cet échange légendaire avec Rohff au sujet du “vrai record du rap pur et dur”, de la zumba, et de la première semaine à 67674. 

La punchline à retenir :j'aimerais kicker sans thème, mais faut qu'j'parle des cadavres sans tête qui gisent en Afrique par centaines”, encore une preuve du cynisme de Gims. 

Immortel (solo)  

Deuxième extrait de l’album Le Fléau après YOLO, le single Immortel est la dernière démonstration en date de la capacité de Gims à livrer des grosses prestations de rap pur et dur. La recette est généralement la même : un flow nerveux, pas mal de punchlines, et des références mystico-religieuses (ceux qui vivront verront qu'c'est un vendredi qu’on soufflera du clairon) que l’on retrouve régulièrement tout au long de sa discographie. 

La punchline à retenir :J'te parle d’écologie dans un V12”, ce qui est effectivement aussi cohérent que de lutter contre une épidémie mortelle sans chercher à améliorer les conditions de travail du personnel soignant. 

Eh merde (solo et feat Barack Adama)   

Il existe deux versions de ce morceau, l’une où Gims pose solo, et l’autre avec un refrain différent sur lequel intervient Barack Adama. Publié en 2006, Eh merde est l’un des premiers titres sur lesquels Maitre Gims se fait remarquer dans le monde du rap. On sent qu’il n’a pas encore la maîtrise qu’on retrouvera quelques années plus tard et que son côté freestyleur est encore très présent, mais on sent que le potentiel est déjà là. 

La punchline à retenir :Apporte-moi de bons conseils si je tombe dans le Baby Baby", qu’on n’a pas forcément remarqué à l’époque mais qui prend un drôle de sens une quinzaine d’années plus tard. 

Ana fi dar (solo)  

Encore un morceau dans lequel Gims prend bien soin de rappeler que malgré ses hits familiaux, il reste un véritable rappeur (J'sais qu'ça vous rassure de dire que je ne rappe plus). Comme souvent, on a droit à un rappeur en guise de guest dans le clip (Fianso, qui est name-droppé), de grosses accélérations, pas mal de punchlines, et une bonne dose de cynisme. 

La punchline à retenir : “Mon avocat pourrait défendre les assassins de mes parents