MENU
Accueil
Tchernobyl vu par le rap français
Écouter le direct
Sneazzy - capture clip "Tchernobyl" (Vladimir Baranovsky)
Sneazzy - capture clip "Tchernobyl" (Vladimir Baranovsky)

Tchernobyl vu par le rap français

La catastrophe de Tchernobyl s’est déroulée il y a 35 ans. Retour sur ce qu’elle a inspiré au rap français.

Le plus gros accident nucléaire de l’histoire de l’humanité s’est déroulé il y a tout juste 35 ans, une broutille à l’échelle du temps, puisque le site devrait rester radioactif pendant encore quelques dizaines de milliers d’années. Les conséquences dramatiques de la catastrophe de Tchernobyl sont toujours difficilement quantifiables : selon les différentes estimations, les décès liés aux radiations seraient compris entre 4000 et un million. Difficile d’y voir clair, mais même les chiffres les plus bas restent épouvantables. En 2019, l’excellente série télévisée Chernobyl, écrite par Craig Mazin et produite par HBO, a parfaitement dépeint le déroulé de l’accident et ses conséquences immédiates. 

Le rap français s’est lui aussi intéressé à la crise de Tchernobyl et ses conséquences, que ce soit de façon très sérieuse, ou avec beaucoup de second degré. 

Médine : “Aucun renard, aussi rusé soit-il, n'est parvenu à détruire les réacteurs de Tchernobyl / Aucune hyène, aussi futée soit-elle, aussi cruelle, n'est responsable de l'Apartheid(Panther Blues)

Sur Panther Blues, extrait de l’album Arabian Panthers en 2008, Médine se lance dans un long exercice de style, enchaînant les animalisations pour mieux décrire la bêtise humaine : “on n’a jamais vu de singe armé d’un fusil”, “ce n’est pas d’un cerveau de gazelle qu’est née l’arme atomique”, etc. L’accident de Tchernobyl est lui aussi cité, pour rappeler que seule notre espèce est capable du pire, et qu’aucun animal ne se rendrait jamais coupable d’une telle catastrophe. 

MC Solaar : “Bien avant No Logo, je crois que j'étais écolo / Parce que j'ai vécu Seveso, Tchernobyl et puis l'Amoco(Si on t’demande)

L’accident de Tchernobyl reste l’une des catastrophes écologiques les plus importantes de l’histoire de l’humanité, en compagnie de quelques autres tout aussi sympathiques : l’explosion de Bhopal en Inde, les essais nucléaires dans le Pacifique, le site d’enfouissement nucléaire d’Hanford, Fukushima, Hiroshima, etc. MC Solaar est bien conscient qu’emprunter une voie plus écologique serait salutaire, et liste les catastrophes qui l’ont marqué : Seveso, une usine chimique en Italie, l’Amoco, un pétrolier responsable de l’une des plus grosses marées noires, et donc Tchernobyl. 

Assassin : “L'industrie mondiale est coupable / De l'usine nucléaire de Tchernobylà la constante disparition de la mer d'Aral(L’écologie : sauvons la planète)

Précurseur du rap en France, Assassin a toujours porté des messages très engagés : violences policières, politique, racisme, éducation, écologie … Dès 1992, le groupe écrit le titre L’écologie : sauvons la planète, évoquant la pollution atmosphérique, les eaux contaminées, la destruction de la couche d’ozone, la déforestation, et accusant le monde industriel. Jugé par le groupe responsable de la majorité des maux de la planète, l’industrie est particulièrement pointée du doigt dans le cas de la catastrophe de Tchernobyl. 

Sneazzy : “Ennemis s'arrêtent à la frontière comme Tchernobyl(Tchernobyl)

C’est l’une des conséquences les plus étonnantes et les plus discutées de la catastrophe de Tchernobyl : selon la communication officielle de l’Etat Français, le nuage radioactif se serait “arrêté à la frontière” et n’aurait donc présenté aucun danger sur notre territoire. Il s’agit pourtant d’une légende urbaine, puisque, malgré une communication très critiquable, et bien trop optimiste, les autorités n’ont jamais évoqué cet arrêt à la frontière. L’idée vient en fait d’un bulletin météo télévisé qui a affiché un véritable panneau stop à la frontière franco-allemande, un anticyclone présent sur les Alpes étant censé bloquer le nuage- selon des prévisions, erronées évidemment. 

La Rumeur : “Ma ville, c’est un peu comme Tchernobyl / Même les chats dehors se font chier à mort(A 20000 lieues de la mer)

Ekoué évoque dans ce couplet la ville de Trappes, décrite comme un véritable no man’s land : il ne se passe absolument rien. A Tchernobyl, une zone d’exclusion de 30 kilomètres autour de la centrale est toujours en vigueur, même si elle est de moins en moins respectée, entre les travailleurs locaux et les touristes en manque de sensations fortes. 

Glové : “On t'fout la frousse tah Tchernobyl(Tchernobyl)

Solo de Glové extrait de la mixtape Oyoki de Kalash Criminel, ce titre sobrement intitulé Tchernobyl résume l’essentiel des obsessions des rappeurs français à propos de la catastrophe nucléaire. Le rap français n’est pas toujours très inventif quand il évoque l’accident : il s’agit la moitié du temps de jeux de mots sur la fumée (sur le thème : “ce qu’on fume est toxique comme Tchernobyl”) ; et l’autre moitié du temps d’égotrip sur le thème “j’explose comme Tchernobyl”.

Seth Gueko : “Si j’étais né à Tchernobyl, je t’aurais double-péné(Aboudouflash)

On arrive enfin dans les phases grivoises avec cette petite punchline de Seth Gueko, faisant référence aux mutations génétiques liées à la radioactivité. Son image est extrêmement parlante, malheureusement les conséquences de la catastrophe de Tchernobyl n’ont rien d’aussi pratique, et les malformations dues aux radiations sont franchement terribles. Seth Gueko s’appuie sur les images marquantes d’animaux à deux têtes que l’on retrouve parfois à proximité des lieux d’accidents chimiques ou nucléaires. 

Seth Gueko : “On était six, unis comme les doigts d'la main d'une victime de Tchernobyl(Les 5 doigts de la main)

Une autre idée très imagée par Seth Gueko : en se basant encore sur l’idée des mutations génétiques liées aux radiations, il imagine une main à six doigts, pratique pour contourner l’expression “unis comme les cinq doigts de la main”.

Booba : “Mes jambes viennent de Thaïlande, ma queue vient de Tchernobyl(Money on my mind)

On reste dans les punchlines bien grivoises avec Booba, même si on ne comprend pas forcément l’idée qu’il veut faire passer : est-elle radioactive ? déformée à cause des radiations ?

Majdou : “J'ai les stigmates de Varsovie … Vu ta dégaine, t'as surtout les séquelles de Tchernobyl(vs Wojtek RC9)

On passe aux Rap Contenders, et pour une fois, c’est Wojtek qui est dans la peau de la victime : au cours de la neuvième édition, Majdou reprend l’une de ses punchlines marquantes (“moi j’porte les stigmates de Varsovie / Et depuis la draft j’suis wanted pour acte de barbarie”) et la retourne contre son auteur.

Dinos : “J'ai quelques rêves de famille nucléaire même si dans ma tête, c'est Tchernobyl(Freestyle Carte Gold)

L’idée “dans ma tête c’est Tchernobyl” revient régulièrement dans les textes de rap français et n’est pas forcément toujours bien exploitée. Dinos relève le niveau avec un joli jeu de mots, jonglant avec des deux idées opposées qui n’ont en commun que le mot “nucléaire” : la famille nucléaire (mari, femme, enfants), et la catastrophe nucléaire représentant le chaos dans sa tête.