MENU
Accueil
Squidji, le nouveau visage du RnB sombre français
Écouter le direct
Squidji - (Alyas Music/DR)
Squidji - (Alyas Music/DR)

Squidji, le nouveau visage du RnB sombre français

Avec son premier album, Ocytocine, Squidji s’impose comme l’un des noms à suivre dans le monde du RnB français.

A la croisée de nombreuses influences  

De la même manière que le rap s’est transformé en profondeur ces dernières années, avec des influences toujours plus variées (afrotrap, UK drill, ouverture pop, etc), le RnB a lui aussi connu d’importants bouleversements. Son évolution s’est faite en parallèle de celle du rap, les deux genres étant intriqués depuis les années 90. Les artistes RnB ont toujours énormément collaboré avec ceux du rap, ceux du rap ont de plus en plus lorgné vers les sonorités du RnB ces dernières années, si bien que la frontière aujourd’hui est de plus en plus floue. 

Dans ce contexte, catégoriser la proposition musicale de Squidji n’a rien de très évident. S’il définit lui-même son style comme un “RnB noir” ou un “RnB sombre”, le spectre de sonorités explorées sur son dernier projet en date, Ocytocine, fait plutôt de lui un artiste au sens très large, sans catégorisation trop spécifique -et par conséquent, réductrice. Entre influences cloud venues du Canada, héritage de la rumba congolaise, chants gospel et récréations trap, l’univers de Squidji voyage à travers les continents et marie des ambiances si éloignées qu’on s’étonne parfois de leur compatibilité. 

Une ascension en toute discrétion  

Actif depuis une demi-douzaine d’années, Squidji débute réellement son aventure en 2015 quand il rencontre les Ultimate Boyz, un groupe parisien qu’il intègre rapidement et au sein duquel il va faire ses premières armes. La réussite n’arrive que des années plus tard, après que des morceaux mal mixés et publiés en toute confidentialité sur Soundcloud trouvent progressivement leur public. Première pierre à l’édifice de la carrière de Squidji, le titre Groupie cristallise déjà l’essentiel de ses obsessions : les relations de couple passionnées, le corps féminin, l’inversion des rôles dragueur-dragué, et sa propension à tomber amoureux sans le vouloir. 

Par la suite, Squidji continue de développer son univers avec une inclinaison toujours très prononcée pour les thématiques passionnées, entre romantisme, sensualité et propos plus crus. Rapidement catalogué comme un lover, il brise cette image dans laquelle il aurait pu se retrouver enfermé en livrant à son public l’EP De trap et d’eau fraîche en mai 2019, un projet court mais orienté sur de la trap pure et dure, loin de ses standards. Il rappelle ainsi que ses influences sont larges et qu’il est capable de sortir de sa zone de confort. 

Sans véritable promotion ni plan de carrière, Squidji s’impose petit à petit, quasiment sans s’en rendre compte. Marqueur incontournable de la réussite d’un artiste en développement, son premier million de vues est atteint en 2020 avec Doudou, un morceau sans clip pourtant sorti en 2018, qui connaît un regain de popularité ensuite. 

2020, l’année-charnière  

Le travail de fond effectué en 2020, avec trois EP publiés entre février et septembre, finit par payer : à partir du deuxième semestre de l’année, Squidji devient véritablement identifié au sein du milieu rap français. La sortie de son premier véritable album, Ocytocine, il y a quelques jours, concrétise l'ascension du chanteur : couverture médiatique plus large, audience plus importante, featurings ambitieux et en phase avec son univers (Lous & the Yakuza, Josman, Jäde, Disiz) 

Avec Lous and the Yakuza, Squidji livre d’ailleurs un titre engagé, offrant quasiment son auditoire à la chanteuse pour lui permettre de livrer son message. Dans une interview pour La Face B, il raconte avec quelles intentions il a imaginé cette collaboration : “ce morceau-là, je ne voulais pas tout prendre pour moi-même parce que le thème est un peu deep. Je ne voulais pas assumer un rôle que je n’ai jamais vécu. Je n’ai jamais vécu d’histoire comme dans Cicatrices. Je pense que Lous est là pour justement être une porte-parole, pour toutes les femmes qui se sont faites agressées, qu’on les comprends, etc__.

Ce rôle de haut-parleur pour une cause qui le touche, mais qu’il ne subit pas directement, est assez inattendu chez un artiste dont les thématiques sont en apparence plus superficielles. Pourtant, ce type de discours était déjà présent chez lui avant Ocytocine : le titre Darkskin, par exemple, a été inspiré par les mésaventures d’une amie qui s’est vue refuser un travail à cause de sa coupe de cheveux afro. Malgré des inclinaisons évidemment charnelles, le morceau est pensé comme une manière de “mettre en avant l’image de la femme noire, insuffisamment valorisée dans notre société”, selon les propos de Squidji dans Mouv’ Rap Club en octobre 2020. 

Ce n’est que le début   

Malgré une forme vaporeuse voire aérienne, et des thématiques plutôt légères, Squidji est donc un artiste conscient de son audience et de l’importance des messages à transmettre à sa fan-base. La voie de la facilité voudrait pourtant que le chanteur s’oriente dans la direction de ses singles les plus porteurs, des titres moins engagés dont l’efficacité a déjà été éprouvée. Seulement, Squidji a déjà prouvé à plusieurs reprises qu’il refusait fermement de se reposer sur ses lauriers, sortant de sa zone de confort sur De trap et d’eau fraîche, cherchant à s’affranchir définitivement de l’autotune par le biais de cours de chant, et visant à maîtriser les instruments qui l’attirent le plus, notamment la guitare ou le piano. 

Encore très jeune (23 ans), Squidji a le mérite de ne pas se sentir arrivé au bout d’un chemin avec ce premier album, mais bien de se trouver au point de départ d’une carrière qu’il va désormais falloir pérenniser. Une fois passée l’étape de la première percée, le plus difficile reste en effet la confirmation : beaucoup de jeunes artistes profitent de l’effet de fraîcheur et de nouveauté avec le premier album, mais voient le soufflet retomber ensuite. Squidji, avec son perfectionnisme, son exigence envers lui-même, et sa volonté de progresser, a toutes les cartes en main pour dépasser ce premier stade et s’imposer comme l’un des noms qui comptent dans le RnB français de demain.