MENU
Accueil
Roselyne Bachelot "adore" le cloud rap, et surtout PNL
Écouter le direct
PNL - Capture du clip "La vie est belle" (mess) / Roselyne Bahcelot - En 2020 (Francois Pauletto / Anadolu Agency via AFP)
PNL - Capture du clip "La vie est belle" (mess) / Roselyne Bahcelot - En 2020 (Francois Pauletto / Anadolu Agency via AFP) ©AFP

Roselyne Bachelot "adore" le cloud rap, et surtout PNL

Qui l'eût cru ? Roselyne Bachelot est QLF !

Dans une interview "fourre-tout" de 8 minutes pour Konbini, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot s'est révélée pleine de surprises. 

Roselyne en mode QLF

Cette vidéo diffusée par le média en ligne le 2 décembre 2020 a révélé une Roselyne Bachelot bien dans l'air du temps, qui sait ce qu'est le "Cloud Rap" (ce courant rapologique qui ralenti les instrus et les flows pour donner à l'auditeur la sensation de planer) mais surtout, qui écoute du PNL. Et ça, on aurait eu du mal à l'inventer. 

" D'abord, j'adore le cloud Rap et j'adore PNL" explique la ministre de la Culture. Interrogée sur la possibilité de maintenir le concert prévu par les deux frères le 26 février 2021, elle poursuit sa réponse : "ceci étant posé, le 26 février, j'ai envie de dire à ceux qui nous écoutent : Cela dépend de nous !" 

Visiblement, la ministre de la Culture souhaite autant que nous pouvoir assister au spectacle qu'Ademo et N.O.S nous préparent pour l'année prochaine. Malheureusement les mesures de confinement sont toujours en application et il est impossible de savoir si elles seront levées d'ici là. "Elles n'ont pas été faites pour embêter les gens, on le fait pour contenir une épidémie qui est d'une gravité exceptionnelle" rappelle Roselyne Bachelot. 

QLF ou pas, notre ennemi commun c'est le coronavirus et il faudra en venir à bout avant de pouvoir tous se retrouver aux premiers rangs des salles de concerts de tout le pays. En tout cas, c'est amusant d'imaginer notre ministre de la Culture en plein écoute de PNL, est-elle plus Tony que Sossa ? Plus A-D ou NOS ? Plutôt Au DD ou A l'ammoniaque ? Les journalistes ont oublié de lui poser la question.