MENU
Accueil
Rap français : Chilla, Dosseh, Mister You... le guide des sorties de l'été 2019
Écouter le direct
Chilla (© Nais Bessaih) / Dosseh (© Kopeto)  /Mister You (© Meddyzoo)
Chilla (© Nais Bessaih) / Dosseh (© Kopeto) /Mister You (© Meddyzoo)

Rap français : Chilla, Dosseh, Mister You... le guide des sorties de l'été 2019

Même s’il tourne au ralenti, le rap français reste actif en juillet-août. Pour ne rien manquer des sorties de l’été 2019, suivez le guide !

Période historiquement peu propice dans l’industrie de la musique et en particulier dans le microcosme du rap, les mois de juillet-août offrent rarement beaucoup de nouveauté aux auditeurs. Du côté des têtes d’affiche, en particulier, on préfère anticiper l’été et sortir en mai ou en juin, ou au contraire, patienter tranquillement jusqu’à la rentrée de septembre. La cuvée estivale 2019 ne déroge donc pas à la règle générale, même si quelques gros noms ont tout de même pris le risque de miser sur la saison chaude. 

Le poids lourd de l’été : Vegedream

Le pari peut sembler risqué pour l’un des gros vendeurs de l’année 2018, mais le profil très estival de ses différents tubes laisse à penser que le choix peut être le bon. L’été, c’est la période des tubes les plus accessibles, des chansons que l’on écoute en famille, et des playlists de plage ou de camping. Avec sa capacité à fabriquer des refrains addictifs et des hymnes extra-populaires, Vegedream a donc tout ce qu’il faut pour s’imposer dans les charts et prendre le monopole des tubes immanquablement entendus à tous les feux rouges de France. 

Le rendez-vous estival qui fait toujours plaisir : Dosseh

Après trois volumes sortis en 2011, 2012 et 2015, Dosseh relance la machine Summer Crack avec un nouvel opus toujours plus ambitieux. Les deux premiers épisodes de Summer Crack étaient en effet considérés comme des projets de transition, censés faire patienter les fans du rappeur en attendant des doses plus consistantes. Ils contenaient cependant leurs lots de pépites (Pirates, Ok Remix, etc) et avaient permis au rappeur de maintenir une actualité à une époque où tout le monde attendait son explosion. Huit ans après le premier volume, SC4 constituera l’une des sorties rap majeures de l’été. On y retrouvera d’ailleurs L’odeur du charbon en featuring avec Maes, déjà disponible sur les différentes plateformes de streaming.

Celle qui ne cesse de grimper : Chilla

Initialement présentée par les médias généralistes comme LA rappeuse féministe, Chilla a pu s’offrir une certaine couverture promotionnelle (Salut les Terriens, On n’est pas couché...) et aurait pu tomber dans la facilité en justifiant tous les clichés. Elle a cependant particulièrement bien évité tous les pièges, que ce soit en se dégageant de cette image trop réductrice de pure femen qu’on a voulu lui prêter, mais également en évitant de miser sur une image sexy qui n’aurait pas collé au personnage, et enfin en réorientant dans le bon sens sa stratégie. Ses singles (1er jour d’école, Oulala) et ses collaborations (avec Shy’m et Kayna Samet) lui ont ainsi permis de toucher un public plus large et surtout plus intéressé par sa musique que par le reste. Son premier véritable album, MŪN, sortira donc en juillet, une stratégie plutôt risquée avec l’avantage d’éviter la concurrence d’autres grosses sorties, et le désavantage de tomber en pleine période creuse. 

Le come-back estival : Mister You

Grosse tête d’affiche du rap français au début des années 2010, Mister You a ensuite connu une vraie traversée du désert. Son salut est venu du marché musical maghrébin, où il a placé ces dernières années de nombreux tubes, en particulier grâce à ses featurings avec le tunisien Balti (3arbi fi Bérize, Baltigatga) ou son hommage à Cheb Hasni (Gambetta). Si l’on en croit la direction indiquée par les premiers extraits de son nouvel album, il est cependant décidé à revenir à ses fondamentaux, et devrait donc nous offrir l’un des projets les plus street de l’été. 

Le trappeur de l’été : Leto

Longtemps vu comme une éternelle promesse du rap français, Leto a enfin franchi le pas l’an dernier avec un premier projet solo construit par Katrina Squad et globalement bien accueilli par la critique. Première étape nécessaire à la construction d’une carrière, Trap$tar aura droit à un volume 2 cet été, avec des ambitions visiblement très hautes si l’on en croit la tracklist. Porté par la présence de Rim’K, DA Uzi, Ninho, Sadek, Naza et Tiakola, ce projet est donc prévu pour satisfaire tous les bousillés de trap qui en redemandent encore une dose quand le mercure explose. 

Les débutants de l’été : Dabs, Shottas et Dinor RDT 

Etant donnée la mainmise de Sevran et Evry sur le rap français ces dernières années, il aurait été étonnant de passer un été entier sans qu’aucun rappeur du 93270 ou du Bat.7 ne se fasse remarquer. Les têtes d’affiches déjà installées ont eu le bon goût de laisser le champ libre aux débutants : à Sevran, Dabs, cité depuis deux ans comme l’une des belles promesses du rap français, livrera en juillet son premier album. A l’aise sur tous types d’ambiances, il devrait se charger de satisfaire tout le monde, d’autant que les featurings prévus sur Mainmise sont franchement variés : Aya Nakamura, Maes, Orelsan. 

Du côté d’Evry, c’est Shottas qui dévoilera son premier projet, après avoir passé les derniers mois à faire monter la sauce avec bon nombre de clips et surtout de freestyles. On citera également le parisien Dinor RDT, tout jeune et actuellement plus concentré sur une potentielle carrière de footballeur (en centre de formation au FC Sochaux) que sur la sortie de son premier projet, tout de même prévue le 12 juillet. 

Le gros charbonneur : Canardo

Toujours un peu à part au sein du rap-game, en particulier quand on parle de stratégies marketing, Canardo a récemment annoncé la sortie d’un titre par jour du 1er juillet au 1er septembre, soit 62 morceaux au total. Une productivité qui rappelle ce que fait Jul lorsqu’il sort un album gratuit, et qui devrait, si l’on en croit l’annonce du rappeur, suivre sur le plan qualitatif -pas de simples chutes de studio ou de morceaux écartés de projets précédents. 

L’été le plus QLF : S-Pion

Attendu par tous les suiveurs de la scène de Corbeil-Essonnes depuis quelques années, S-Pion a connu des galères et d’autres moments plus positifs qui laissaient envisager une carrière bien engagée (une signature chez Arista / Sony, un passage remarqué dans Rentre dans le Cercle … ). Malgré les retards de la vie, il semble enfin sur le point de livrer à son public un premier album, sur lequel on retrouvera d’ailleurs la majorité de la scène locale (N.O.S, la MMZ, F430, GDZ, TDA). Toujours très orienté street dans ses thématiques, on devrait pouvoir compter sur lui pour vivre un été bien sombre et très peu enjaillé. 

Pour chiller sous une chaleur écrasante : Oboy

Aux États-Unis, les grosses chaleurs des grandes villes du Sud ont modulé la scène rap en imposant une certaine forme de lenteur et de nonchalance -le soleil écrasant n’incitant pas franchement à produire des morceaux trop nerveux ou trop énergiques. En France, la canicule touche la majorité des régions l’été, la musique proposée par Oboy pourrait donc toucher sa cible : nonchalant et adepte d’ambiances plutôt planantes, le Parisien a toutes les cartes en main pour tirer profit des conditions météo difficiles.