MENU
Accueil
Rap français : ce que l’on attend de la rentrée
Écouter le direct
Ninho et Orelsan - capture clip "Millions" (Gregory Ohrel)
Ninho et Orelsan - capture clip "Millions" (Gregory Ohrel)

Rap français : ce que l’on attend de la rentrée

Pandémie, clashs, rumeurs de sorties … la rentrée du rap français s’annonce une fois de plus chaotique.

C’est la reprise pour le petit monde du rap français. L’actualité du moment est agitée par les rumeurs d’album de grosses têtes d’affiche (Orelsan, Ninho) et par les clashs, tandis que personne ne sait vraiment dans quelles conditions et pour combien de temps les concerts vont pouvoir reprendre. Le flou entoure donc cette rentrée de septembre, d’autant que les rappeurs ont de plus en plus tendance à annoncer au dernier moment les dates de sortie de leurs projets. 

Des concerts dans de bonnes conditions

C’est évidemment l’une des plus fortes attentes du côté des auditeurs, mais aussi des rappeurs. La pandémie a fragilisé le lien entre les artistes et leur public, empêchant le contact parfois très direct des salles de concert. De grosses tournées ont été repoussées à de nombreuses reprises, notamment celles de PNL et de la Sexion d’Assaut. Du côté des concerts uniques, Jul doit encore patienter pour savourer son Stade Vélodrome, tout comme Ninho et sa représentation à L’AccorArena, déjà repoussé 4 fois. 

La même question se pose pour les showcases : devenus la source de revenus principale d’une bonne partie du rap-game, ils ont été très touchés par les différents confinements et les mesures sanitaires. Damso l’a d’ailleurs fait remarquer récemment sur R9R-Line en featuring avec Laylow : “les artistes à chicha commencent à paniquer, gros. 

On espère donc que les concerts pourront reprendre progressivement à la rentrée, dans des conditions meilleures que celles que l’on a connu jusqu’ici : public assis, jauge très limitée, etc. Évidemment, il faudra composer avec l’évolution de la pandémie et s’adapter. 

Des projets moins nombreux, mais plus intéressants

Depuis quelques années, le rap français est hyperproductif, chaque vendredi étant une véritable orgie de sorties. Il faut franchement beaucoup de temps libre, et une bonne dose de courage, pour tout écouter. Malgré une bonne quantité de projets sortant du lot, bon nombre d’artistes actuels ont malheureusement des difficultés à se démarquer. Le trop grand nombre de sorties a tendance à noyer les auditeurs, qui doivent prioriser leurs écoutes, et passent parfois à côté d’artistes talentueux. 

D’autre part, ce rythme frénétique conduit inexorablement à une uniformisation des sorties. Les thématiques, les beats, les flows : sur les quinze projets qui sortent en moyenne chaque vendredi, la moitié répète les mêmes schémas. On espère donc voir un peu plus de projets originaux à la rentrée, quitte à ce que les sorties soient plus espacées dans le temps. 

Des gros albums

Pour le moment, peu de grosses sorties sont annoncées pour la rentrée. Soprano devrait une fois de plus cartonner. Derrière lui, les artistes qui ont déjà communiqué au sujet d’un nouveau projet sont peu nombreux : les plus médiatisés s’appellent Leto, Ichon, Joysad ou OBOY. On aimerait donc voir certaines rumeurs se concrétiser (Orelsan, Ninho) afin de nous offrir un mois de septembre riche en émotions. De nombreuses têtes d’affiche n’ont pas publié d’album depuis des lustres : les derniers albums solo de Vald, Niska ou Shay datent par exemple de 2019. Étant donné que peu de gros noms circulent pour la rentrée, il s’agit peut-être du bon moment pour sortir et engranger les streams. 

Des nouvelles de certains : PNL, Siboy, Mala … 

PNL a toujours été un mystère, et l’absence de communication du groupe en dehors de ses périodes de sorties d’album ne surprend personne. Le dernier album des deux frères a déjà deux ans et demi et le dernier clip en date (Blanka) a fêté ses deux ans en août. Depuis, les seules nouvelles de N.O.S et Ademo concernent leur tournée, plusieurs fois repoussée à cause de la pandémie. Le silence fait partie de l’identité du groupe, on n’attend pas forcément de nouvel album dans l’immédiat, mais les fans ne seraient certainement pas contre une surprise. 

D’autres artistes se font extrêmement discrets ces dernières années. C’est par exemple le cas de Siboy, qui a marqué les esprits en 2017 avec Spécial, a enchaîné avec un deuxième album (moins marquant) en 2019 et s’est terré dans le silence depuis. Aucune communication sur les réseaux sociaux, aucune annonce de projet ou même de single inédit. 

Moins de clashs hyper-médiatiques

Il y a deux façons de voir les clashs entre rappeurs : une récréation divertissante si elle ne dure pas trop longtemps ; ou un spectacle affligeant qui empiète sur l’espace médiatique des artistes avec une véritable actualité musicale. Ces dernières semaines ont été marquées par les nombreuses attaques de Sadek envers Booba, les influenceurs de télé-réalité, et la moitié du rap français. L’été arrive à sa fin, on espère donc que le monde du rap français se concentrera à nouveau sur la musique. Ou alors, quitte à poursuivre dans cette voie, autant que le clash nous offre quelques bons diss-tracks. 

De la nouveauté de la part de l’ancienne génération

Vieillir dans le rap français n’est plus du tout une tare. Des profils comme Rim’K, Aketo, Mac Tyer, ou Dry nous prouvent régulièrement que les années d’expérience ne font qu’enrichir leur univers artistique. Surtout, les rappeurs de leur génération se démarquent par leur aisance technique impressionnante. Parmi les nombreux vétérans du rap que l’on aimerait entendre à la rentrée, Rohff est le nom le plus évident. Trois ans après Surnaturel, un double-album qui avait plutôt convaincu ses fans, un retour dans les bacs de Housni ferait le plus grand bien au rap français. Le projet pourrait même s’intituler Grand Monsieur. 

D’autres rappeurs quarantenaires pourraient tirer leur épingle du jeu à la rentrée, s’ils sortaient un album : on pense à Flynt, dont le dernier album date de 2018 ; Ali, très discret depuis 2015 ; Mala, qui n’a sorti qu’un seul véritable album, en 2009 ; ou encore Nessbeal, dont le retour est régulièrement annoncé, mais pas encore concrétisé.