MENU
Accueil
PNL : Ademo passe en jugement pour "usage de stupéfiants", "outrage" et "rébellion"
Écouter le direct
Ademo - Catpure du clip "Au DD" de PNL (QLF)
Ademo - Catpure du clip "Au DD" de PNL (QLF)

PNL : Ademo passe en jugement pour "usage de stupéfiants", "outrage" et "rébellion"

Le grand frère du groupe "PNL" devait être jugé ce mercredi 27 janvier 2021. Le procès est finalement reporté au 14 avril selon l'AFP.

Il y a des images qu'on avait pas besoin de voir, un peu comme l'arrestation d'Ademo. L'année dernière, l'ainé du groupe PNL s'était retrouvé dans la tourmente après une interpellation houleuse dans une rue du XIVe arrondissement à Paris. L'AFP indique qu'il passera en jugement pour cette affaire ce mercredi 27 janvier 2021 devant le tribunal correctionnel de Paris.

"usage de stupéfiants", "outrage" et "rébellion"

Même si un passant a filmé et diffusé la scène sur les réseaux, on ne sait pas grand chose sur cette interpellation. L'AFP indique que "Selon un récit policier, une patrouille a vu Ademo en train de préparer une cigarette artisanale dégageant une forte odeur caractéristique du cannabis et a voulu contrôler son identité__.". Compliqué de savoir pourquoi cette interpellation s'est terminée en combat de judo... Toujours selon les forces de l'ordre, le MC de Corbeil aurait insulté des agents et refusé le contrôle. Pendant l'arrestation mouvementée du musicien, un policier lui faisait une clef d'étranglement pour le maintenir au sol.

AD, toujours muet

Comme à son habitude, Ademo respecte le code et la discrétion caractéristique de PNL en restant silencieux sur cette affaire. Les avocats du rappeur, William Bourdon et Vincent Brengarth, n'ont pas souhaité faire de commentaire à l'AFP.

Procès reporté au 14 avril

L'AFP indique que le musicien de 34 ans,  ne s'est pas présenté à l'audience ce mercredi 27 janvier matin. Ses avocats, Vincent Brengarth et William Bourdon ont demandé le huis-clos pour garantir une "sérénité intégrale" des débats au vu de la "personnalité publique" d'Ademo. Mais La juge a réfusé le huit clos et ordonné un supplément d'information pour une question de procédure, liée à l'anonymisation de l'identité des policiers dans le dossier. Ce supplément d'information reporte le procès au 14 avril 2021.