MENU
Accueil
Lorenzo, champion de la communication
Écouter le direct
Lorenzo (© Jeremie Serrandour)
Lorenzo (© Jeremie Serrandour) ©Radio France

Lorenzo, champion de la communication

En cinq ans de carrière, Lorenzo a su imposer son personnage et réaliser quelques coups d’éclat, qui ont fait de lui un véritable expert en communication.

En fin de semaine dernière, Lorenzo a balancé un nouveau clip, Légende Vivante, dans lequel le rappeur clame son amour “de la drogue, du rap et des pokémons”. Toujours très fidèle à son univers (bob et cartes pokémon, pétard à la bouche), il a livré un couplet unique énergique et plutôt costaud, enchaînant quelques belles punchlines (“le diable s’habille en Prada, les pointeurs s’habillent en Lacoste”) et déclarant à la fin du morceau “allez pas croire que le son annonce un album”.

Derrière tout son attirail, Lorenzo est également un vrai expert en communication et en stratégies marketing innovantes. Il a ainsi régulièrement marqué les esprits avec des initiatives originales ou des cadeaux pour ses fans. Du GPS Lorenzo aux abonnements à vie aux sites porno, on fait le point sur les événements qui ont rythmé sa promotion ces dernières années.

Les préservatifs dans la version physique de l’album "Sex in the City"

Une idée simple mais efficace : pour la sortie de l’album Sex in the City en 2019, le rappeur a offert à chacun des acheteurs de l’édition spéciale Fnac du CD, un préservatif personnalisé. Coup double : non seulement ce petit bonus colle parfaitement à l’univers très sexualisé de Lorenzo, mais en plus il constitue une bonne campagne de prévention pour les auditeurs. Évidemment, comme il n’y a qu’un seul préservatif par édition physique de l’album, mieux vaut ne pas avoir une vie sexuelle trop active.

Le défi du bottle cap challenge réalisé avec un joint

Hormis le porno et les pokémons, l’autre élément central de l’univers de Lorenzo se fume : sa consommation de joints est en effet légèrement obsessive. Le rappeur a transformé cette tare en running gag, jouant régulièrement avec son image de gros consommateur. On se souvient par exemple de son challenge du “joint roulé le plus vite”, du clip de Fume à fond, ou encore de sa méthode de méditation “roule un stickos”. Son plus gros coup d’éclat reste le bottle cap challenge, un défi rapidement devenu insupportable, qu’il a su relever de fort belle manière en remplaçant le coup de pied par un lancer de joint extrêmement précis.

La parodie de strip-tease

Les plus jeunes ne connaissent pas forcément l’émission mythique Strip-Tease, créée en Belgique et diffusée en France par Canal+ puis France 3. Dans ces documentaires très bruts, sans commentaires ni voix off, la caméra suit une personne ou un groupe de personnes dans leur quotidien. Intimiste, parfois très malaisante, l’émission explore bon nombre de sujets : la construction d’une soucoupe volante par un cultivateur, la visite d’une délégation belge en Corée du Nord, la rencontre entre un agriculteur trentenaire et une jeune fille roumaine non-francophone via une agence de rencontres, etc. En 2017, Lorenzo se lance dans une parodie plutôt réussie de l’oeuvre, avec un personnage aussi touchant que des les épisodes originaux.

Il a fait gagner un abonnement à vie à un site porno

Très influencé par le monde de la pornographie, comme en témoignent le clip de Damdamdeo, dans lequel il se met dans la peau d’un metteur en scène de films pour adultes, Lorenzo a poussé le concept jusqu’au bout. Associé au site Marc Dorcel, auquel l’accès est payant, il a proposé à ses supporters de jouer pour remporter un abonnement à vie. L’heureux gagnant a d’ailleurs vraiment tout du prototype de fan de Lorenzo tel que l’on peut l’imaginer.

Faire écouter un son appelé “sucer ma b***” à des sexagénaires

La discographie de Lorenzo regorge de titres extrêmement subtils, c’est notamment le cas du morceau “Sucer la b*** et son refrain tout en douceur : “Parait qu'tu veux sucer ma b***, ma b***, tu peux la sucer”. Destiné à un public averti et déjà conscient de la teneur des textes du rappeur, il s’agit pourtant du titre choisi par Lorenzo pour une vidéo de micro-trottoir avec de bons sexagénaires. Interloqués mais plutôt bons clients, ces derniers ont joué le jeu jusqu’au bout, ça donne une vidéo sympathique qui pourrait être reproduite avec des titres tout aussi doux d’Alkpote ou Kaaris.

L’histoire avec Shy’m

Tout avait très mal commencé : en 2016 sur un titre pas franchement subtil, Lorenzo lâche une phase franchement insultante au sujet de la chanteuse (“elle t’arrive pas à la ch*tte, cette p*te de Shy’m”). Grande classe, Shy’m ne le prend pas du tout mal et avoue même avec beaucoup d’humour que Lorenzo a su “trouver les mots pour parler à son coeur”. Les deux artistes finissent par se rencontrer, Lorenzo est évidemment charmé, la relation entre les deux devient tellement bonne que les magazines people finissent par se poser des questions sur sa véritable nature. Tout s'enchaîne donc jusqu’au fameux featuring et son clip en tenues de mariés. Summum de la réussite pour Lorenzo, il finira par chanter ce fameux morceau sur scène avec Shy’m à ses côtés -sans la correction qui aurait pu l’amener à se censurer, ou à modifier cette phrase pour la rendre plus romantique.

Il se moque de l’octogone

La période des grandes annonces et des tractations médiatisées au sujet du fameux combat Booba-Kaaris restera un grand moment de gêne pour tout le monde. A l’époque, la plupart des rappeurs français ont évité de se mouiller et de donner leur avis sur la question. Lorenzo est l’un des seuls à avoir su prendre du recul sur la situation et s’en amuser, en se mettant en scène sur le ring en tant que catcheur, ou encore en enregistrant une démo pour être commentateur de l’Octogone.

Il a lancé son propre GPS

C’est inutile mais il fallait y penser : Lorenzo a profité de la possibilité offerte par l’application Waze d’enregistrer sa propre voix pour proposer à ses fans une navigation 100% personnalisée. “Police signalée” devient “fais belek, y’a les keufs un peu plus loin”, on a également droit à “tu casses les couilles, j’suis obligé de recalculer l’itinéraire”, tandis que le classique “embouteillage signalé devant” se transforme en “tu vas avoir le temps d’en rouler un petit, y’a des embouteillages”. Pourquoi personne n’y avait pensé avant ?