MENU
Accueil
Les meilleurs morceaux-concepts dans le rap français
Écouter le direct
Caballero & Jeanjass et Bigflo & Oli - (réal : Jérémie Levypon)
Caballero & Jeanjass et Bigflo & Oli - (réal : Jérémie Levypon)

Les meilleurs morceaux-concepts dans le rap français

Le rap français sait faire preuve d’inventivité et le prouve régulièrement, s’amusant à manier des concepts très originaux.

Attendu depuis des années par les fans de Damso, QALF a été l’un des gros évènements rap de la rentrée. Comme souvent avec Damso, cette sortie cumule à la fois un gros succès commercial, une critique divisée, et la naissance d’une multitude de théories. Parmi les nombreuses hypothèses qui ont circulé ces dernières semaines, celle d’un deuxième album est celle qui fait le plus débat, d’autant que la tracklist de QALF se termine sur le titre “Intro”. Que faut-il comprendre ? Pour certains, il s’agit de la première piste d’un deuxième disque, pour d’autres ça n’a aucun sens et Damso s’est juste amusé une fois de plus avec l’imagination de ses fans. On peut aussi supposer que la tracklist est à prendre à l’envers. 

Ce ne serait pas la première fois que Damso joue à mettre la charrue avant les boeufs, on se souvient par exemple du morceau Festival de Rêves, extrait de Lithopédion (2018), dont la particularité est de pouvoir être écouté à l’envers. Sur QALF, Damso s’est encore une fois amusé à écrire des morceaux conceptuels, à l’image de Deux toiles de mer, qui joue sur le double-sens “etoile de mer” / “toile”. Damso est cependant loin d’être le seul à avoir jonglé avec des concepts un peu fous : beaucoup se sont ainsi exercé avec les figures de style, tandis que des rappeurs comme Ali, Stavo, Lino, ou Caballero et Jeanjass ont planché sur des concepts complètement inédits. 

Le morceau palindromique : Damso - Festival de Rêves

L’un des exemples les plus frappants ces dernières années, considéré par Damso comme “le morceau le plus difficile à écrire de sa carrière”. Festival de Rêves peut s’écouter dans un sens ou dans l’autre, comme le prouvent les différentes versions inversées disponibles. Le concept est efficace, même si Damso s’en sort surtout en évitant les phrases conjuguées et en multipliant les associations d’idées sans réelle syntaxe (“Un parfum inodore / Une douleur indolore / Le ciel, le ciel, le ciel / Un festival de rêves”). 

Les titres qui se répondent : Ali - Lotus / Que la paix soit sur vous

Un concept un brin plus difficile à réaliser, d’autant que le rappeur ne l’a absolument pas mis en avant et a laissé ses auditeurs s’en rendre compte par eux-mêmes. Concrètement, ces deux titres se répondent phrase par phrase en opposant les idées. Là où Lotus s’ouvre sur :  

La paix est le message, là où la haine est comme un marécage

Absorbant les âmes salies vers des sphères de bas étage 

Que la paix soit sur vous débute en revanche par : 

Ressens le message, là où l'amour est comme une lumière

Attirant les âmes apaisées, angélique atmosphérique

L’amour répond à la haine, les âmes salies sont mises en opposition avec les âmes apaisées, etc. Tout le texte est construit sur le même principe : “L'orgueil est un cercueil séparant les parents, éloignant les prochains(Lotus) renvoie à “l'humilité est comme un berceau près duquel les liens se resserrent, améliorant les relations comme un pardon sincère” ; plus loin, “l’idolâtrie obscurcit l’esprit puis le prend en otage” répond à “gloire à celui qui dépasse tout entendement”, etc. 

La cause puis la conséquence : Orelsan - Double Vie / Finir Mal

Là aussi, deux morceaux qui se répondent, avec deux tons très différents : d’abord, dans Double Vie, Orelsan évoque l’adultère avec beaucoup de légèreté et d’humour. On sent clairement qu’il ne pense pas aux conséquences de ses actes et qu’il ne voit pas le mal : “j'veux surtout pas qu'elle apprenne qu'j'la trompe / par contre, j'veux pas lui faire de la peine : c'est la seule que j'aime. Le morceau se termine sur un “et j'sais déjà comment ça va finir : mal !” lancé avec désinvolture, qui est repris en ouverture du morceau suivant, mais lui donne un ton beaucoup grave. 

Finir Mal est donc la suite directe de Double Vie : après avoir trompé sa bien-aimée, Orelsan est largué et sombre dans la déprime (“J'regarde les bouteilles s'empiler, j'remplis des cendriers / Des jours entiers, tourmenté, les yeux fixés sur le plafond”). Son attitude trop légère a eu des conséquences irréversibles, la relation est terminée et aucun retour en arrière n’est possible. Double Vie et Finir Mal peuvent même être intégrés à une trilogie si l’on compte Si Seul, qui les suit dans la tracklist, et traite de la solitude -conséquence de la rupture, donc.

L’échange de corps : Caballero et Jeanjass - Big Flo & Oli

Un concept certainement dicté par les nombreuses heures de tests d’échantillons pour High et Fines Herbes : Caballero et Jeanjass se réveillent un beau matin dans la peau de Bigflo et Oli, ce qui donne lieu à une série de vannes plutôt efficaces (y’a que maman qu’a pas de single d’or, l’année prochaine on la fait signer). Dans le deuxième couplet, la situation est inversée : les deux frères toulousains se réveillent dans la peau des deux belges, avec autant d’humour (J'ai la gorge en feu : fumer, j'ai pas l'habitude, je regarde le compte en banque, elles sont passées où les thunes ?”) et le fameux running gag sur le feat refusé par Orelsan. 

Les concepts mathématiques (Stavo, Mekhlouf)

Ces derniers mois, Stavo s’est imposé comme le boss du rap algébrique, avec des titres comme 46 Yamaha (avec Olazermi et Ikaz Boi) ou Numérologie (avec Freeze Corleone). Souvent cryptique, il donne réellement l’impression d’empiler les équations à plusieurs inconnues. Si l’on prend le temps d’analyser ses textes, on se rend pourtant compte que tout a du sens. 

“Un P-38, un tel sans appli', Federer, Federer, bon service

39, j'suis vers le Jura, j'ai juste voulu visiter

40 jours de jeûne, remballe tes consultations

40 et une barrette, celle qui dépasse pour la conso'”

Avant lui, d’autres avaient usité ce concept du rap mathématique, notamment Mekhlouf, un rappeur des années 2000 qui a notamment rappé avec Ill des X-Men, avec un univers tiraillé entre spiritualité et vie de rue. Extrait de la compilation Sang d’Encre, le titre Les Chiffres est une vraie performance, où chaque nombre de 0 à 100 est cité dans l’ordre : 

Est ce que tu vois la conséquence d'avoir 30 millions d'ennemis ?

C'est de se mettre sur son 31 pour l'enterrement d'un pote

La vie c'est cru on 32-dans

Je reste vrai pour le paradis à 33 ans 

Les concepts de Lino

Peu productif depuis son dernier album (Requiem, 2015), Lino reste l’un des rappeurs français les plus doués, mais aussi l’un des plus inventifs. Preuve de sa capacité à penser et manier des concepts inusités, un morceau comme Gangster est construit comme un featuring avec la voix française de Tony Montana, des extraits de ses répliques venant répondre ou appuyer directement le texte du rappeur : Lino commence la phrase, Tony la termine. 

(à la 4ème minute de la vidéo ci-dessous)

Malheureusement, le morceau n’est pas réellement terminé, puisqu’il n’est jamais sorti officiellement -il est extrait de Radio Bitume, un projet sorti sans l’accord du rappeur, avec des titres incomplets. 

Ce n’était pas la première fois que Lino tentait ce genre de concept : en 2005 sur Paradis Assassiné, il dialoguait avec lui-même sur l’intro, dans un genre de portrait chinois teinté d’ironie : 

“La meilleure arme ? Le savoir

C'est vrai dans c'monde corrompu

Mais bon un shlass ou un calibre c'est pas mal non plus

Et la politique ?

Un bon président, c'est un mort, y'a pas de miracle

Les gens se demandent pourquoi on a râté Chirac sur les Champs”