MENU
Accueil
Le rappeur Jeune Loup s'est fait tuer, victime d'une "guerre des gangs"
Écouter le direct
Jeune Loup - Capture d'écran du clip "Sensuelle" (DirectedBySerge)
Jeune Loup - Capture d'écran du clip "Sensuelle" (DirectedBySerge)

Le rappeur Jeune Loup s'est fait tuer, victime d'une "guerre des gangs"

La scène montréalaise a perdu un de ses artistes.

Agé de 22 ans, le rappeur Jeune Loup a été victime d'une fusillade dans la nuit de dimanche à lundi 9 août 2021. Pour le média montréalais La Presse, le rappeur est une nouvelle victime d'une véritable guerre des gangs qui aurait déjà fait 17 victimes depuis le début de l'année dans la métropole.

Une vie de rue

Pour l'heure, les raisons de cette fusillade restent inconnues mais la presse canadienne rapporte que Jeune Loup était affilié à un gang de rue de son quartier de Villeray. Déjà connu pour des affaires d'armes, de drogue, et de violence, La Presse rapporte également que Duckerns Pierre Clermont (de son vrai nom) était en attente de procès pour 3 affaires : une de menaces de mort et de non-respect de condition datant de juin dernier, une autre de menaces et d’agression armée par étranglement datant de novembre 2020 et une troisième de menaces et de voies de fait datant de février 2020.

"On est à Montréal, pas aux favelas"

Jeune Loup s'était fait connaitre en sortant en 2019 deux projets intitulés Rx et Rx archives, produits par Mike Shabb. Porté par la plateforme TikTok, le titre Sensuelle reste aujourd'hui l'un de ses plus gros strike de sa carrière, dont le clip est disponible sur YouTube depuis janvier 2021. 

Sur les réseaux sociaux, l'annonce de sa disparition a déclenchée une pluie d'hommages et de condoléances. Les internautes saluent l'oeuvre d'un artiste haut en couleurs, sulfureux et apprécié par beaucoup.

La Mairie réagit : "On ne veut pas ça à Montréal"

La Maire de Montréal, Valérie Plante, s'est exprimée lundi après-midi sur cette fusillade mortelle lors d'une conférence de presse. Elle s'est dite choquée par la violence de l'acte : "On est face à des réseaux criminels qui opèrent différemment, qui ont changé leurs méthodes au fil du temps et qui, en plus, ont profité de la fin de certaines mesures sanitaires et du beau temps pour vraiment être en train de faire des règlements de comptes__, alors ça nous préoccupe énormément" assure t-elle.