MENU
Accueil
Le rap français en mode Jean-Claude Van Damme
Écouter le direct
Seth Gueko et JCVD (photo : THAÏ RAW)
Seth Gueko et JCVD (photo : THAÏ RAW)

Le rap français en mode Jean-Claude Van Damme

De Salif à Jul, le rap français est depuis toujours obsédé par les films et la personnalité de Jean-Claude Van Damme. Retour sur les meilleures punchlines inspirées par l’acteur belge.

A la fin de la semaine, le duo électro-rock AaRON publiera son quatrième album studio. Le single Ultrarêve, balancé fin août, a touché un public très large, y compris en dehors de la fan-base du groupe, grâce à la prestation assez spectaculaire d’un invité de luxe, Jean-Claude Van-Damme, qui danse et enchaîne les mouvements avec beaucoup de présence -l’occasion de rappeler que l’acteur a pratiqué la danse classique jusqu’à ses 16 ans. 

Arrive donc le moment où vous allez vous demander ce qu’un clip d’AaRON vient faire au beau milieu de l’actualité rap français. C’est pourtant très simple : le duo français a réalisé en quatre minutes ce qu’aucun rappeur n’a jamais réussi à faire en trente ans. Malgré un nombre incalculable de name-droppings et de références à ses films, le rap français n’a jamais été capable de faire apparaître JCVD dans le moindre clip -hormis en insérant des extraits de ses films sans rien déclarer à personne. Reste à savoir si les rappeurs n’ont simplement jamais essayé car ils ne croyaient pas ça possible, ou si Jean-Claude n’a pas souhaité associer son image à celle d’artistes qui utilisaient surtout son nom dans des phases d’égotrip chargées de violence. 

On aurait pu espérer une apparition dans le clip du tube de Jul intitulé JCVD, mais on a finalement dû se contenter d’une story insta de Van Damme en train de danser, une enceinte portable dans une main et dans l’autre, un clébard qui ne comprend rien à ce qu’il se passe. 

Le meilleur clip de rap français avec Jean-Claude Van Damme à l’écran restera donc l’excellent JCVD de Dixon. Produit par le duo Hits Alive, ce titre a été mis en images par Paul Ahris et reprend quelques-unes des grandes scènes d’action des vieux films de Jean-Claude… mais pas seulement, parce qu’on retrouve aussi des images de son incroyable spot de pub pour Volvo, ou des extraits du film JCVD de Mabrouk el Mechri (à voir si vous souhaitez découvrir l’acteur sous un autre angle). 

Les références à l’acteur belge sont légion dans le rap français. Ce sont en particulier ses classiques des années 90 qui ont marqué toute une génération de rappeurs, on pense notamment aux films Bloodsport et surtout Kickboxer.

Jason Voriz -Comme Van Damme dans Kickboxer on m'appelle Natsuko

Dans le contexte du film : l’action du film se déroule en Thaïlande, où Kurt, le personnage interprété par Jean-Claude, va chercher à venger son frère, rendu paraplégique par un combattant local sans coeur (Tong Po). Kurt finit par être surnommé “Natsuko”, ce qui signifie “le guerrier blanc”. Français exilé en Thaïlande au moment où il écrit ce morceau, Voriz se compare donc au personnage du film. 

Infinit’ -J'me lève tôt et je m'entraîne sous l'eau, Kickboxer, Van Damme quand je frappe

Dans le contexte du film : Désireux de vaincre Tong-Po, Kurt part s'entraîner dans la montagne avec un hermite expert en arts martiaux (c’est très cliché, mais c’est les années 80). Son entraînement est très dur, Kurt se lève aux aurores, frappe des troncs d’arbre avec le tibia, se fait littéralement écarteler, et travaille ses mouvements en apnée sous l’eau. 

Elman -J’ai le sourire quand j’ai du blé, sur la piste j’danse comme Vandamme

Dans le contexte du film : L’hermite en question a des méthodes d'entraînement douteuses : il emmène JCVD dans un boui-boui, le fait boire comme un trou, et lance une horde de combattants hostiles sur lui. Avant que le combat ne commence, l’acteur livre une des performances les plus mythiques de sa carrière : une bonne minute de danse sur Feeling So Good Today de Beau Williams.  

Nysay - “Que les MCs s'allongent comme Mai Li”

Dans le contexte du film : Personnage secondaire interprété par Rochelle Ashana, Mai Li est la petite-fille du fameux hermite, et une honnête commerçante qui va rapidement tomber amoureuse de Kurt (Van Damme). Evidemment la situation va vite dégénérer, et pour provoquer Kurt, le personnage de Tong-Po, grand méchant de l’histoire, ne va rien trouver de mieux à faire que de violer la jeune femme. Par la suite, Tong-Po, quasiment muet tout le film, va provoquer à nouveau Van-Damme avec deux petites phrases bien dures : “tu te couches comme Mai Li” et “avec Mai Li : bonne baise”. Ces petites punchlines ont visiblement marqué les rappeurs français, puisque beaucoup d’entre eux vont les reprendre : L’indis, Ol Kainry, les X-Men, TLF, Dry, etc. 

Jul -Tu rêves pas, en concert j'fais trembler les murs comme Tong Pô

Dans le contexte du film : Sur le même principe que l’obsession des rappeurs pour Mai Li, la scène dans laquelle Tong-Po frappe dans un pilier à coups de tibia et fait trembler les murs va être reprise très régulièrement. Jul, donc, mais aussi Nessbeal (Fracasse la poutre avec mes tibias : appelle-moi Tong Pô), Escobar Macson, Fianso (Mi-Rambo, mi-Tong Po), Alkpote, Canardo, Green Money, Despo Rutti, Sinik, etc. 

Alkpote -Mon revolver est géant, mon pistolet va trouer les Frank Dux”

Dans le contexte du film : On quitte enfin l’univers de Kickboxer pour passer à celui de Bloodsport, autre grand classique de Van Damme. Si le scénario est globalement assez proche (un américain qui part combattre clandestinement en Asie, l'entraînement avec un mentor, l’ami envoyé à l'hôpital par l’antagoniste, etc), il se base cette fois-ci sur une histoire vraie très romancée, celle de Frank Dux. Si la vie de ce combattant est sujette à beaucoup de controverses (il est soupçonné d’être un affabulateur), il aurait été le détenteur de nombreux records, avec 56 ko en tournoi, le ko le plus rapide (0,12 secondes), etc. Un homme imbattable à mains nues, donc, raison pour laquelle Alkpote rappelle que même un expert en arts martiaux ne peut rien face à un calibre. 

Bonus : Alkpote -Au top de ma forme comme à l’époque où sniffait Van Damme

Le contexte : Jean-Claude a marqué les esprits très positivement avec ses films et sa façon très moderne de filmer et chorégraphier les combats. Malheureusement, il a aussi eu ses passages à vide, et notamment une période difficile pendant laquelle il tombe dans la drogue. Ses apparitions sur les plateaux télé le font alors passer aux yeux du public de superstar du cinéma d’action à symbole des acteurs cocaïnés. Comme il le raconte dans le très touchant monologue introspectif du film JCVD, Jean-Claude va tomber très bas avant de se relever à force de volonté : “La drogue … Quand on a tout, on a fait le tour du monde,on est la primadonna du penthouse, on a tout fait, les hôtels, les voyages … on veut quelque chose de supplémentaire. Et à cause d’une femme, parce que c’est l’amour, j’ai essayé quelque chose. Je suis tombé dedans. Van Damme, la bête, le tigre de la cage, l’homme-Bloodsport, est tombé dedans. J’étais déchiré. Mentalement, physiquement, à un point que … je m’en suis sorti. Je m’en suis sorti, qu’est ce que j’en ai bavé.