MENU
Accueil
Laylow, Oxmo, Sch … : les albums storytelling du rap game
Écouter le direct
Laylow - capture court métrage L'ÉTRANGE HISTOIRE DE MR.ANDERSON, LE FILM (Osman Mercan)
Laylow - capture court métrage L'ÉTRANGE HISTOIRE DE MR.ANDERSON, LE FILM (Osman Mercan)

Laylow, Oxmo, Sch … : les albums storytelling du rap game

Qu’il s’agisse de Laylow ou d’autres artistes, le rap français a déjà produit ce type d’album, racontant une histoire avec des personnages fictifs évoluant dans leur propre monde

Laylow cartonne depuis quelques semaines avec L’Etrange Histoire de Mr Anderson, un album déjà discuté en long et en large, qui prouve une fois de plus qu’un concept inventif et audacieux a toutes ses chances face aux albums-blockbusters téléphonés s’appuyant à longueur d’année sur les mêmes recettes et les mêmes featurings. Avec ce projet, Laylow déploie en effet tout au long de la tracklist un récit complet et cohérent, scénarisé de bout en bout. 

Qu’il s’agisse de Laylow ou d’autres artistes, le rap français a déjà produit ce type d’album, racontant une histoire avec des personnages fictifs évoluant dans leur propre monde

Laylow - L’Etrange Histoire de Mr Anderson

Synopsis : Tout au long de sa tracklist, l’album raconte une histoire complexe que l’on peut interpréter comme la genèse fictive du Laylow actuel. Le personnage de Jey évolue donc dans un monde étrange dont l’imagerie rappelle celle de Tim Burton, se situant à la frontière entre rêve et réalité. Comme souvent sur ce genre de storytelling étendu, les interludes avec les dialogues jouent un rôle déterminant dans la construction du récit. 

Le sous-texte : On peut interpréter cet album comme la genèse du Laylow actuel, avant sa digitalisation. Le personnage s’appelle Jey (le véritable prénom du rappeur est Jérémy), et le fait d’évoluer dans un monde à demi-réel, à la frontière entre rêve et réalité, rappelle les moments de la vie de Thomas Anderson dans Matrix, avant son éveil.

Sch - JVLIVS I

Synopsis : Julius est un protagoniste fictif qui mêle la personnalité de Sch et une vision fantasmée des antihéros mafieux du cinéma. Le premier volume de JVLIVS suit ses aventures et raconte son parcours jusqu’aux sommets du monde du crime : sa naissance (“il est né dans une mare de sang”), ses ambitions (“il a un très gros appétit”), et son mythe (“Oui, ce p'tit je l'ai vu naître. La question c'est : est-ce que quelqu'un le verra mourir ?). 

Le sous-texte : Le storytelling de JVLIVS, aussi important soit-il, permet surtout à Sch de se raconter. JVLIVS est une quête existentielle, celle d’un homme en deuil (Otto), revanchard (VNTM, Mort de rire), et tourmenté (Ivresse & Hennessy, Incompris).

Sch - JVLIVS II

Synopsis : La suite directe du premier tome, avec un personnage démystifié, qui ne paraît plus invincible (“au fond d'moi, j'étais persuadé qu'il partirait avant moi”) et affronte des difficultés trop grosses (“40 000 problèmes, laissez-moi vous dire qu'il minimise largement”), tout en revenant sur sa genèse (“c'est pas le Diable ce p'tit, il est simplement né dans un incendie qu'ont allumé ces prédécesseurs et il en est sorti sur un tricycle en feu”). 

Le sous-texte : En dehors des interludes, le storytelling est moins direct que dans le premier volume. Sch apparaît plus apaisé, et sa personnalité réelle se confond de plus en plus avec celle de son personnage fictif. Il se raconte donc différemment : moins torturé, mais désormais conscient que tout peut s’arrêter du jour au lendemain. 

Oxmo Puccino & The Jazzbastards - Lipopette Bar

Synopsis : Un concept ambitieux, l’histoire racontant uniquement ce qu’il se déroule au sein d’un bar (le Lipopette), avec différents personnages, qu’ils soient employés (videur, serveur), clients (principalement des gangsters) ou autre (le personnage principal, Billie, est une chanteuse qui joue régulièrement au Lipopette). 

Le sous-texte : Lipopette Bar est en réalité un hommage conceptuel à Billie Holiday, l’une des grandes voix du jazz américain.

BARABARA - Il était une fois Le Barbouze & En Ford Mustang, ou la Morsure du Papillon 

Synopsis : Après la fin du monde, on suit le périple d’un survivant et de son double halluciné. A la sortie du deuxième volume (l’histoire s’étale sur deux EP), l’un des auditeurs a parfaitement résumé l’ensemble en le comparant à “la Bible écrite par un personnage de Mad Max”. 

Le sous-texte : Il est extrêmement riche, puisque BARABARA se livre à énormément d’introspection et à de nombreux questionnements philosophiques : il y est question d’amour, d’espoir, de nature humaine, de foi, et de solitude. 

Casseurs Flowteurs - Orelsan et Gringe sont les Casseurs Flowteurs

Synopsis : Ni plus ni moins que le récit d’une journée-type (qui commence à 15h et se termine à 6h du matin) de deux branleurs. 

Le sous-texte : Orelsan et Gringe racontent leur adolescence et les premières années de leur vie d’adulte, bien avant le succès, à une époque où l’ennui constitue l’essentiel de leur existence. On y retrouve donc la déprime, l’alcool, l’absence d’ambitions, mais aussi des thématiques plus larges comme le débat sur la prostitution, le monde du travail et bien sûr l’amitié.