MENU
Accueil
La Playlist de Patrick Balkany avec JuL, Kaaris, Niska... #LockedUp
Écouter le direct
La Playlist de Patrick Balkany (Samuel Boivin)
La Playlist de Patrick Balkany (Samuel Boivin) ©AFP

La Playlist de Patrick Balkany avec JuL, Kaaris, Niska... #LockedUp

Même dans les pires moments, il reste toujours la musique, c’est toujours bon de le rappeler. Sois fort Patou.

Le 13 septembre dernier, Patrick Balkany a été incarcéré à la prison de la Santé, après avoir été condamné à quatre ans de prison ferme avec effet immédiat, pour fraude fiscale. Sa femme Isabelle a quant à elle écopé de trois ans, mais sans mandat de dépôt. Les ennuis judiciaires et la détention, c’est évidemment un sujet qui a été abordé en long, en large et en travers par le monde du rap, français comme américain d’ailleurs. Comme l’ont finement analysé ses avocats et une partie de la presse, la sanction contre ce bon vieux Pat est bien entendu totalement arbitraire, disproportionnée et infondée. A l’heure où les criminels qui ont osé décrocher des portraits du président courent toujours, Mouv' ne pouvait rester insensible à une telle injustice. Voici donc une playlist adaptée à la situation, pour se remonter le moral.

L’incarcération, c’est une grande première pour Patrick qui a découvert avec horreur que, contrairement à ce que la droite martèle depuis des années, les prisons françaises sont quand même un peu éloignées qu'une colonie de vacances. Quoi de mieux que ce morceau de Jul pour l’aider à tenir ? Le rappeur marseillais dédie ses couplets à ses amis enfermés, dépeint le quotidien d’un détenu et n’oublie pas d’envoyer un message de solidarité. Si pendant ces 3 minutes 24 notre ami peut oublier son affreux mal de dos et l’absence de cornichons, alors notre mission est accomplie.

Les Balkany, c’est aussi un couple de thugs légendaires qui n’ont jamais hésité à répondre vertement à leurs détracteurs, qu’ils soient opposants politiques, enquêteurs, journalistes ou autres. Depuis quelques jours, Isabelle explique d’ailleurs qu’elle est très agacée par "la meute" qui sévit sur les réseaux sociaux pour se foutre de sa gueule et de celle de son mari. Exactement pareil que le couple formé par Offset et Cardi B, cible des paparazzis mais aussi de nombreux haters, au point que leur vie de couple s’en retrouve atteinte et leur intimité menacée. C’est pile poil le sujet de ce featuring qui avait beaucoup fait parler : le rappeur et la rappeuse contre-attaquent sans complexe et critiquent ceux qui ne font que parler d’eux en négatif avec pour unique but de se faire mousser.

Tout l’entourage du couple le répète depuis le verdict : à Levallois, l’ex-maire est toujours soutenu. Et plutôt deux fois qu’une. Pas difficile à partir de là d’imaginer les Levalloisiens sortir de chez eux par centaines à l’instar de l’équipe de Kaaris à l’époque de son désormais classique Zoo. C’est typiquement le genre d’hymne rassembleur qui peut leur parler, même s’ils sont sans doute plus branchés chihuahuas que singes. Et puis la rime "ma vocation : te braquer et te voir me l'astiquer" devrait également rappeler des souvenirs enchanteurs à Patoche.

Balkany n’est pas un condamné comme les autres, c’est avant tout le bouc émissaire de tout un système, et ça, c’est vraiment dégueulasse. Il se reconnaîtra donc dans toutes les dénonciations qu’enchaîne Rockin’Squat avec rage sur ce titre, et backera probablement avec enthousiaste l’incontournable "la justice nique sa mère, le dernier juge que j’ai vu avec plus de vice que le dealer de ma rue".

Dur de faire l’impasse sur le tube de Akon accompagné de Styles P. Les deux larrons combinent leurs forces pour dépeindre l’ambiance carcérale et la tension qui en découle. Que ce soit dans le morceau lui-même ou le clip qui l’illustre, on est du point de vue interne de celui qui voit son monde s’écrouler autour de lui, impuissant. Un hit qui pourrait aider Patrick à s’acclimater à son début de détention. Bref, "locked up, they won't let me out and I had a long day in court, shit stress me out".

Certes, ce n’était sans doute pas du shit qui transitaient dans les valises du couple (encore que, ils sont capables de tout, c’est pour ça qu’on les aime), mais à part ce détail, le mode de vie décrit par Niska tout au long de son texte s’adapte parfaitement. On pourrait même croire à un hommage au détour de quelques phrases : "les ienclis se fidélisent" s’applique aux Levalloisiens, "putain comment je vais faire, l'impôt est trop cher, je préfère l'Angleterre" est exactement le genre de petits tracas qu’ils ont en commun et enfin "j'ai la couronne, j'ai vendu la fève" fait évidemment référence à l’amour que porte l’ancien maire à la tradition de la galette des rois, en toutes circonstances.

Isabelle l'a dit et répété : elle n’abandonnera pas son mari. Elle le défendra jusqu’au bout, quitte à braver tous les ennemis et détracteurs possibles et imaginables. C'est une attitude qui l'honore, et qui les unit comme tous les grands couples de gangsters légendaires qui ont toujours fait rêver petits et grands. Le rap game ne fait évidemment pas exception, avec notamment le tube planétaire de Jay Z et Beyoncesobrement intitulé 03 Bonnie & Clyde, où le couple d'artistes se met en scène en fugitifs amoureux qui narguent les autorités.

C’est la version française du même concept, forcément ça fait moins rêver, mais il faut reconnaître que Dry, comme son homologue politique, redouble d’efforts pour décourager tous les obstacles et adversaires potentiels ("les juges et les jurés crois-moi, je les tuerais tous, si l'État me privait de ton sourire, sûr, je les cramerais tous ") et que Kayliah dresse un portrait très fidèle du couple Balkany : "pas du style à s’embrasser dans la rue"; "je peux assumer, arrête de me protéger, je t'aime comme tu es", on en passe. Et on a même une version Chipmunk, ça fait pas mal au cul. 

Même au plus bas, au fond du trou, entre quatre murs, on peut toujours compter sur certains proches. Nicolas Sarkozy l’a prouvé en témoignant son soutien à son "ami d’enfance". A tous les coups, ils doivent à présent s’envoyer des lettres de OG. Dur de faire mieux que le morceau culte de LunaticBooba et Ali rappent chacun de leur côté, façon correspondance épistolaire carcérale de l’un dehors à l’autre dedans. En lisant celles que son super meilleur pote ne manquera pas de lui envoyer, Pat lui aussi pourra répondre "maintenant je sais je peux compter sur qui, merci de ton aide, je vais survivre, c’est pas le bled ou la Turquie".

Le meilleur pour la fin, car parfois les étoiles sont alignées. Project Pat, l’alter ego US de notre Pat à nous, a consacré un morceau entier à son mode de vie gangsta qui l’oblige à rester discret et se méfier de tout le monde, en particulier de la police car ils sont sur ses traces au quotidien.