MENU
Accueil
La discographie d’Hamza décryptée
Écouter le direct
Hamza - Capture cover "140 BPM 2" (@hamzasaucegod)
Hamza - Capture cover "140 BPM 2" (@hamzasaucegod)

La discographie d’Hamza décryptée

A l'occasion de la sortie de son nouvel album, "140BPM 2", retour sur les différents projets publiés par l'un des rappeurs les plus productifs de sa génération.

Profil atypique dans le paysage rap francophone, Hamza publie ce vendredi 5 février son dixième projet solo. Désormais bien installé, le bruxellois a construit sa carrière par étapes, touchant progressivement au succès. D’année en année, de projet en projet, il a touché à tous les styles, du dancehall à la trap en passant par le RnB, tout en conservant à chaque fois une touche très personnelle. On revient donc sur la longue discographie d’Hamza, un artiste qui comptabilise plus de 150 titres enregistrés en sept ans de carrière. 

Gotham City Vol.1 (avec Kilogramme Gang)  

Date de sortie : 14 février 2013

Beaucoup ne le savent pas, mais Hamza a commencé sa carrière au sein d’un groupe, le Kilogramme Gang. Accompagné de Triton et MK, il fait ses classes au début de la décennie 2010, affine son style, et sort un premier projet, intitulé Gotham City Vol.1 -qui vient s’ajouter à la longue liste des volumes 1 sans volume 2. Ce n’est évidemment pas le projet le plus marquant de la carrière d’Hamza, mais il permet de découvrir ses premiers pas au micro : son style est alors bien plus générique qu’aujourd’hui, il s’essaye sur le chant mais n’a pas encore ses skills actuels. En revanche, on ne ressent aucune différnece avec le Hamza actuel au niveau des thématiques (ou de l’absence de thématiques, diront ses détracteurs). 

Le morceau représentatif : Bang Bang, un titre qui permet de se rendre compte qu’avant de se démarquer avec son flow chanté et ses gimmicks, Hamza était un rappeur très générique. Le premier couplet, c’est bien lui. Difficile de croire que ce jeune belge allait devenir quelques années plus tard le nouveau Michael Jackson. 

La citation à placer au bac de franglais : “Motherfucker, tu sais où je traine, boy, on fait les mêmes diez avec des motherfucker G’z de mon espèce

Recto-Verso   

Date de sortie : 1er décembre 2013

Moins d’un an après le premier (et unique) projet de Kilogramme Gang, Hamza se lance en solo avec Recto-Verso, première ligne d’une longue discographie. Le style chanté d’Hamza est déjà bien marqué, même s’il est encore un peu trop brut. L’ensemble a un côté brouillon : on sent le potentiel du garçon, mais le rendu professionnel des projets suivants manque encore. Il faut d’ailleurs noter que ce projet est construit en partie sur des type-beats, alors que le reste de sa discographie sera majoritairement produit par Hamza lui-même, ou par des beatmakers proches de lui comme Ponko. 

Le morceau représentatif : Smoke n Drank, un titre qui rend bien compte de l’interprétation très RnB d’Hamza à ses débuts. La réalisation est encore brouillonne, mais tout son univers (concrètement, la thématique “relation plus charnelle que sentimentale”) est déjà en place. 

La citation à placer au bac de franglais : “Okay, wesh la North Side, what's up ? Wesh la jet side, what's up ?(Pull Up)

H24  

Date de sortie : 11 mai 2015

Un an et demi après son premier projet solo, Hamza franchit un cap artistique et médiatique avec la mixtape H24, publiée sur la plateforme . Un projet long dans lequel il cultive une direction artistique en rupture avec les tendances du moment : en plein monopole de la trap et du triplet-flow, son style chanté dénote et lui permet de se démarquer. C’est à cette période que les médias spécialisés commencent à s’intéresser à son profil, et que la critique se convainc qu’il s’agit d’un artiste à fort potentiel. 

Le morceau représentatif : La Sauce, premier vrai succès d’Hamza. Encore trop tôt pour parler de véritable tube, mais la portée de ce titre est incontestable, en particulier parce qu’il constitue le générique d’entrée de l’émission du même nom sur feu OKLM. 

La citation à placer au bac de franglais :On s'est sapé du genre j'arrive en mode dressed chic / Dans vos club on tape la hchouma à ces bad types / Yeah bitch, mate les turn up pour ton baby boy(Yeah Shit)

Zombie Life  

Date de sortie : 24 juin 2016

On continue à monter d’un cran dans l’ambition et la professionnalisation, avec ce premier projet commercialisé. Un an après H24, Hamza passe donc un cap : jugé moins accessible, Zombie Life divise la critique et le public. Le rappeur continue malgré tout d’affirmer son style et sa différence. Surtout, il met en relief un paradoxe de la musique d’Hamza à l’époque : Zombie Life est un échec sur le plan des ventes, mais les concerts du rappeur sont de plus en plus suivis. Le bruxellois commence à trouver son public et à fidéliser une fan-base, signe que sa carrière avance doucement mais sûrement. 

Le morceau représentatif : Slowdown, avec son clip au rendu encore amateur, sa prod planante signée Ikaz Boï, et les fameuses lunettes blanches à la Bootsy Collins, comme sur la cover de 140 BPM Vol.2. 

La citation à placer au bac de franglais :Back dans les streets, et c'est la même tous les weeks / Ayo, descends maintenant, viens on fuck maintenant / Girl what's up / Oh baby slowdown, oh baby slowdown(Slowdown)

New Casanova  

Date de sortie : 24 octobre 2016

Un projet court (5 titres) qui permet à Hamza de conserver une actualité chaude en fin d’année 2016, après le semi-échec de Zombie Life. Orienté dancehall, il constitue une bonne petite récréation pour le rappeur, qui n’avait même pas prévu de signer un projet de ce type. Emporté dans son élan créatif après l’enregistrement de Ghetto puis One One, il finit par sortir un projet court mais extrêmement homogène. Comme sur tous ses projets jusqu’à maintenant, Hamza produit ou co-produit l’intégralité des titres. 

Le morceau représentatif : El Dorado, le featuring avec le canadien Ramriddlz qui marque les esprits et symbolise la visibilité grandissante d’Hamza à l’étranger - c’est à cette période qu’il est diffusé sur OVO Sounds Radio, 

La citation à placer au bac de franglais : “J'aimerai toutes les meufs sur la piste, all mine / Plus tôt, j'suis venu changer ta vie, all right, right, right / Funny, elle veut juste un mec plein d'money

Santa Sauce   

Date de sortie : 24 décembre 2016

Un projet gratuit offert à ses fans pour le réveillon de Noël : Hamza commence réellement à s’éclater, et surtout, à comprendre les mécanismes qui peuvent faire de lui un artiste aimé du public. Loin d’être anodin, Santa Sauce marque les esprits et constitue à l’époque l’un des projets les plus appréciés du rappeur belge. 

Le morceau représentatif : Confessions part.1, un morceau qui symbolise les limites d’Hamza en 2016. Excellent dans l’interprétation, Hamza n’a encore rien dévoilé de sa vie ou de ses sentiments sur ses différents projets. Avec ce titre, les auditeurs s’attendent en effet à un peu plus d’introspection de sa part. Il faudra encore attendre, Confessions restant un morceau assez classique d’Hamza : on parle d’amour mais de façon impersonnelle, et la relation paraît plus sexuelle que sentimentale. 

La citation à placer au bac de franglais : “”J'crois qu'j'suis Kobe depuis qu'j'fuck ces bitches back-to-back / Sur ma mama j'peux pas fuck avec leur fake shit / Oh shawty, j'peux pas fuck avec une basic bitch

1994  

Date de sortie : 27 octobre 2017

Après les récréations qu’ont constitué New Casanova puis Santa Sauce, Hamza franchit une nouvelle étape majeure de sa carrière avec 1994, son premier projet en maison de disques. Il change alors de statut, obtenant coup sur coup son premier single d’or (Life) et son premier disque d’or pour un projet, en cinq mois d’exploitation.  Surtout, 1994 constitue enfin un disque plus personnel, qui donne un peu plus de profondeur au travail d’Hamza. 

Le morceau représentatif : 1994, qui donne son titre au projet, et qui constitue jusqu’alors le morceau le plus introspectif du jeune belge. La misère, la maman qui souffre, les contrôles de police, l’absence d’espoir : Hamza donne enfin un peu de lui, même s’il ne peut pas s’empêcher de placer une ou deux phrases bien grasses à destination de la gente féminine.  

La citation à placer au bac de franglais : “Bounce bitch, FREAKEY! sur le beat / J'roule un autre zip, j'compte une autre brique / VVS, easy cash / Juste moi et le mob, fuck les autres cliques / Just Woke Up, on glisse”

Paradise / Paradise Deluxe  

Date de sortie : 1er mars 2019 ; 2 août 2019 pour la réédition

Alors qu’il nous avait habitué à publier plusieurs projets par an, Hamza se fait plus discret après 1994 : s’il enchaine les featurings tout au long de l’année 2018, il faut attendre dix-huit mois avant de se mettre un nouveau projet sous la dent. Après six projets solo sous différents formats (mixtape, EP), il livre avec Paradise son tout premier album. Aya Nakamura, Sch, Christine and the Queens, Oxmo Puccino : la courte liste des invités suffit à rendre compte de l’ambition du bruxellois. Bien accueilli, il n’est certifié or que huit mois plus tard, après une réédition sur laquelle on retrouve 13 Block et le péruvien A.CHAL. 

Le  morceau représentatif : Dale x Love Therapy feat Aya Nakamura, un titre qui prouve aux détracteurs d’Hamza sa capacité à être original. Un tel featuring aurait pu être exploité avec beaucoup moins de subtilité et constituer un tube assez facile, mais Hamza s’applique pour offrir un double-morceau différent de ce qu’on pouvait en attendre. 

Santa Sauce 2  

Date de sortie : 20 décembre 2019

Deuxième volume des mixtapes de Noël, dont le contenu démontre le changement de statut d’Hamza trois ans plus tard. Le petit projet gratuit publié sur Soundcloud est devenu une grosse sortie ambitieuse portée par des featurings avec des têtes d’affiche : Damso, Koba LaD et Gambi -en plein buzz en fin d’année 2019. Deux singles d’or à la clé, et l’espoir de voir la série Santa Sauce se prolonger au cours des prochaines années. 

Le morceau représentatif : God Bless feat Damso, impossible à ne pas citer, même si l’auteur d’Ipséité vole la vedette avec quelques punchlines très médiatiques : son entrée interprétée comme une pique envers La Fouine, et surtout l’annonce du décalage de la sortie de QALF, annoncée en fin d’année 2019 et repoussée d’un simple “l’album le plus attendu de l’année ne sortira pas cette année”

La citation à placer au bac de franglais : “Maintenant, j'ai mon banquier, God bless / Et je fume un tas de Haze, eh / Baby bounce back, synchronisé sur les bass / Just Woke Up et fuck le reste, eh (eh)

140 BPM  

Date de sortie : 27 mai 2020

En 2016, l’EP New Casanova constituait une petite récréation axée dancehall. Quatre ans plus tard, Hamza se fait à nouveau plaisir avec un trois-titres orienté drill. Évidemment, il tombe en plein dans la tendance du moment, mais son style chanté lui permet de se démarquer de la masse des artistes qui reprennent le même flow et les mêmes intonations. Un point important : il s’agit du premier projet d’Hamza sans utilisation du N-word, il a donc peut-être fini par écouter et comprendre les critiques à ce sujet. 

Le morceau représentatif : Netflix, un titre extrêmement efficace qui résume tout l’univers d’Hamza, et qui dispose d’une version live qui a marqué les fans du New Michael Jackson, à en croire les commentaires Youtube. 

La citation à placer au bac de franglais :J'ai un big boy bank account, bébé, t'as pas idée