MENU
Accueil
La Caution : retour sur le double-album "Peines de Maures-Arc en ciel pour daltoniens"
Écouter le direct
La Caution
La Caution

La Caution : retour sur le double-album "Peines de Maures-Arc en ciel pour daltoniens"

Le double-album de La Caution fête ses quinze ans. Avant-gardiste, il n’a pas pris une ride.

Au milieu des années 2000, alors que le rap français est partagé entre la mainstreamisation de ses têtes d’affiche et le durcissement de sa frange indépendante, une troisième voie s’ouvre avec la scène dite “alternative”. La Caution, TTC, les Svinkels, le Klub des Loosers, Rouge à Lèvres, sont alors tous rangés un peu malgré eux dans cette catégorie, qui n’a pour réel dénominateur commun qu’une façon de produire de la musique éloignée des standards du rap de l’époque. Certains font ainsi dans l’hybridation en tirant vers la house ou l’électro, d’autres vont chercher leur inspiration au Japon, ou abordent des thématiques inédites dans le rap français. La majorité de ces artistes touchent un public précis, plutôt allergique au rap de rue qui se développe énormément à cette période, et conquis par ce “rap qui ne ressemble pas au rap”. 

La Caution, entre rap de rue et scène alternative

Le groupe La Caution est alors l’une des rares entités à dépasser le carcan de cette vraie-fausse “scène alternative”, en touchant à la fois le grand public et les auditeurs plus pointus, et surtout en réussissant à concilier un univers très street avec une proposition artistique bien à part. Hi-Tekk et Nikkfurie, deux frères partis de Noisy-le-sec, vont tellement réussir leur coup qu’ils vont même finir à Hollywood, en plaçant deux longues minutes de la prod de leur tube Thé à la Menthe dans le blockbuster Ocean’s Twelve (George Clooney, Brad Pitt, Julia Roberts, etc). 

Extrait du double-album Peines de Maures / Arc-en-ciel pour daltoniens, Thé à la Menthe symbolise plutôt bien le style de La Caution : un mélange de plusieurs samples de musique arabe qui donnent l’impression de constituer une seule et même boucle et aboutissent à un son unique ; un texte introspectif qui revient sur le racisme subi depuis leur jeunesse par les deux frères en France (jeune, j'ai le souvenir d'une madame Nicole, instit' qui pensait qu'un bougnoule n'était pas fait pour l'école) ; pas mal de second degré (le coiffeur ne savait même pas encore que j'existais, mais sois sûr que le premier qui nous a vus s'est désisté) ; et quelques éléments pour comprendre leur méthode de travail (la recette : sampler, stylo et thé à la menthe). 

Deux albums ou un seul double-album ?

Sorti en 2005, Peines de Maures / Arc-en-ciel pour daltoniens est en lui-même un produit hybride : techniquement, c’est un double-album, mais le fait que les deux disques soient nommés différemment et aient chacun une couleur musicale différente rappelle qu’il ne s’agit pas d’une simple tracklist à rallonge divisée en deux parties. Chaque album donne l’impression d’avoir été pensé séparément. Peines de Maures s’attarde majoritairement des thématiques classiques dans le rap français de l’époque : la vie en banlieue, les rapports difficiles avec la police, la débrouille pour s’en sortir, la discrimination, la guerre en Irak … 

Arc-en-ciel pour Daltoniens offre en revanche un autre type de discours, plus diversifié et plus axé sur le divertissement. Un titre comme Arcade reprend par exemple un maximum de références aux jeux vidéo de l’époque (Crazy Taxi, Ninja Gaiden, Splinter Cell, tout ça ne nous rajeunit pas), certains morceaux s’attardent sur les questions sentimentales (Antimuse, Connasse), sur les motivations du quotidien (Faut-il), le destin (Livre de vie), etc. Pour être franc, il est difficile d’établir une thématique précise pour beaucoup de titres de ce projet, tant les deux rappeurs s’appuient sur une gymnastique d’écriture complexe où les idées s'entremêlent sans qu’on comprenne toujours pourquoi : 

Je suis le prothésiste des sentiments comestibles   
Et j’ai vu mon futur dans le rétroviseur   
Les vomissures comme des points de suture sans equalizer   
En égalisant les guérisons j’ai vu ton cœur qui pleure

Un morceau comme Code Barre, pur egotrip dans lequel les deux frères mettent à l’honneur leur sens très particulier des images (fais toi un Yves Duteil en string), est idéal pour se rendre compte qu’au delà de tout ce que renvoie La Caution (style atypique, avant-gardisme, références cryptiques), Hi-Tekk et Nikkfurie sont parmi les techniciens les plus impressionnants du plateau rap français. Aussi bien dans l’écriture (allitérations, rimes ultra-riches, multisyllabiques interminables) que dans le flow (accélérations, ralentissements, passe-passe, des longues séquences rapides qui retombent toujours au bon moment sur le beat, etc), on a affaire à deux véritables mathématiciens du rap. 

Un discours classique derrière une forme atypique

Il est important de le rappeler : malgré un style à part et des sonorités éloignées de ce qui se fait dans le rap français habituellement, Hi-Tekk et Nikkfurie restent deux rappeurs qui évoluent à très haut-niveau. Arc-en-ciel pour daltoniens et surtout Peine de Maures sont de vrais albums de rap de rue, qui diffèrent évidemment beaucoup dans la forme avec les poids-lourds de la catégorie, mais qui n’ont rien à leur envier sur le plan du discours : 

La Caution, deux frères d'Oujda, d'banlieue parisienne, hardcore, couche-tard
Banlieue, pourquoi le sportswear serait notre toison ?   Banlieue, pourquoi l'alcool serait notre boisson ?   Banlieue, pourquoi les convois de shit qu'arrivent du Maroc seraient notre moisson ?   Pourquoi, chez nous, l'amitié est un poison ?   Banlieue, pourquoi on noie son mélancolisme dans la bière ou le rap ?

Sorti il y a déjà quinze ans, ce double-album dénote énormément avec la production musicale française, aussi bien en 2005 qu’aujourd’hui. Ses parti-pris, qui peuvent sembler assez extrêmes, lui valent à la fois de briller face aux sorties de l’époque, mais aussi de ne pas subir les dommages du temps. Contrairement à de nombreux autres albums publiés à la moitié des années 2000, Peine de Maures / Arc-en-ciel pour daltoniens ne peut être inscrit dans aucune époque particulière. Pas totalement futuriste, mais résolument avant-gardiste, il aurait tout autant dénoté avec le reste de la production s’il était sorti en cours d’année 2020. 

Malgré un excellent projet hybride CD/DVD sorti l’année suivante et intitulé Des Gens revisitent La Caution / La Caution rend visite aux gens, puis un album collectif avec Les Cautionneurs, Hi-Tekk et Nikkfurie ont depuis laissé leur discographie en suspens. Le groupe reste actif, avec notamment une émission qui continue sur les ondes de Mouv depuis 2009, et des concerts réguliers quand cela était encore possible. A plusieurs reprises, le tant attendu nouvel album du groupe a été évoqué, mais aucune date officielle n’a encore été avancée. En attendant, on se replonge avec beaucoup de plaisir dans cette discographie qui ne ressemble à aucune autre.