MENU
Accueil
L’autodérision dans le rap français
Écouter le direct
Bigflo & Oli avec Orelsan dans le clip "Pourquoi pas nous ?" - (réal : Chill)
Bigflo & Oli avec Orelsan dans le clip "Pourquoi pas nous ?" - (réal : Chill)

L’autodérision dans le rap français

Malgré un fort égo, les rappeurs français sont aussi capables de rire d’eux-mêmes et de transformer les sujets de moquerie en force.

Quand on s’attarde sur les noms des projets à venir au cours des prochaines semaines, on constate que de plus en plus de rappeurs délaissent les titres trop classiques pour miser sur l’humour voire l’autodérision. C’est par exemple le cas de Naza avec l’arrivée de Gros Bébé, clairement l’un des titres d’album les plus drôles de l’année. 

Dans le même ordre d’idées, Noname, rappeur du 92 en pleine ascension, publiera ce vendredi 6 novembre un premier projet intitulé Big Panda. Comme il l’expliquait à nos confrères de Rvrse l’an dernier, le choix de cet animal n’est pas anodin, et fait directement référence à son physique de non-sportif : “Ça me reflète un peu parce que moi tout ce qui est pompes et abdos c’est pas mon truc, si ça se trouve je vais mourir tout à l’heure donc je préfère fumer, boire et rigoler avec mes potes. La vida loca (rires). Autant être franc ! Tous les mecs cherchent à être balèzes, moi j’ai pas besoin de ça.

De plus en plus décomplexés les rappeurs français ont fini par comprendre que l’autodérision était généralement la meilleure méthode pour désamorcer un potentiel sujet de moqueries. 

Quand Rohff transforme ses bêtises en classiques

La fameuse vidéo de Rohff et de sa pelle, a eu une réception mitigée de la part du public à l’époque de sa publication : certains l’ont immédiatement considéré comme un grand moment de rap français, d’autres y ont vu un vrai pétage de plombs. Quoi qu’il en soit, cette scène est passée à la postérité, devant au fil des années l’un des classiques de Rohff au côté de Testament, Code 187 ou Génération Sacrifiée. 

Rohff est même devenu un spécialiste de ce genre de séquence virale, on se souvient par exemple de ses explications avec Fred Musa pendant une émission consacrée à TLF, ou de la vidéo du retrait de son bracelet électronique, avec cet incroyable “c’est reparti comme en 46” lâché innocemment à la 46ème seconde. 

La situation est finalement plutôt bien vécue par Rohff, qui a montré à plusieurs reprises qu’il savait prendre du recul. Pour l’anniversaire de la vidéo de la pelle, il s’amusait d’ailleurs des réactions folles provoquées à l’époque : “Une pelle, ça vous rappelle pas quelque chose, ça ? La vidéo de la pelle … même quand on fait des bêtises, c’est des classiques.

Bigflo et Oli et le running gag du feat avec Orelsan

Tout part d’une petite phrase lâchée par Bigflo sur la première piste de l’album La Vraie Vie : “Dans ce milieu j’ai été très déçu, j’te le dis tout de suite, comme la fois où Orelsan nous a refusé le feat. Pourtant il sait combien on l’aime, allez, sans rancune, mais un peu quand même. Même si l’attaque n’a rien de très frontal, elle a fait du bruit, certains auditeurs considérant qu’il s’agissait plus d’un petit caprice que d’une critique légitime. 

Depuis, Bigflo et Oli se sont détendus sur le sujet, et la question de ce featuring refusé est devenu un véritable running gag dans leur discographie, au point où d’autres rappeurs y ont fait référence, comme par exemple Oxmo, un peu taquin sur Ma Life … en feat avec Orelsan, évidemment : "J'vais m'en sortir avec Orel en feat solide, pas comme une clope et au lit". Les deux frères toulousains ont même fini par en rire, à l’image de la conclusion de leur featuring avec Caballero et Jeanjass, morceau-concept dans lequel les deux duos échangent leurs rôles : “On dit rien à personne ! Pourquoi ? J't'explique... Ah, comme ça... OrelSan acceptera le feat. 

Booba et le Tuc de Boulogne

Pas forcément réputé pour sa propension à l’autodérision, Booba a tout de même su rire de lui-même à plusieurs reprises, en particulier depuis qu’il est devenu père de famille. On se rappelle par exemple de sa photo avec Teddy Riner, un gabarit encore plus imposant que le sien, de l’accrochage de sa Lamborghini Huracan, ou encore de sa réaction franchement détendue après un cambriolage chez lui. 

Il y a des années, Booba avait déjà joué le jeu de ses fans avec la fameuse vidéo "tu veux détrôner le Tuc ?", référence directe et évidente à son titre de Duc de Boulogne. D’excellente humeur tout au long de la vidéo, Booba s’est clairement amusé avec un simple paquet de biscuits et pas mal d’insultes envers Sinik et Diam’s. Comme quoi, on peut vivre dans un palace à Miami, rouler en Urus, et continuer à s’amuser avec des choses simples. 

Les ventes d’Alkpote

Si Alkpote a changé de statut ces dernières années avec une signature et maison de disques, des featurings avec Philippe Katerine ou Lomepal, et un gros respect de la part de la nouvelle génération qui a grandi en l’écoutant (Vald, Freeze Corleone, Caballero et Jeanjass, etc), le rappeur d’Evry a longtemps galéré. Sa musique lui a rapporté très peu pendant des années, et il a même dû reprendre une activité professionnelle pour subvenir aux besoins de sa famille. 

A l’époque où les chiffres de vente ont commencé à intéresser les auditeurs, et où les petits scores sont devenus des sujets de moquerie pour certains internautes, Alkpote a parfaitement anticipé les éventuelles vannes à son encontre en se moquant lui même de sa première semaine : “Voici les horribles chiffres de ventes de ma première semaine : 364 en physique et 287 en digital donc 651 #Lol #Mdr #Orgasmixtape2 #Pute. 

On apprécie la qualité des hashtags, et surtout on se félicite que tout aille mieux côté chiffres pour lui. 

SCH et sa dégaine

Le style vestimentaire très soigné et la dégaine de Sch constituent une véritable force pour se démarquer du reste du rap français. Toujours sur son 31, toujours bien coiffé, presque maniéré sur certains clips, le rappeur d’Aubagne a logiquement été la cible de moqueries de la part de certains internautes. Jamais vexé, le S s’en est toujours amusé, et a même fait référence plusieurs fois à l’opposition entre son look et son discours très mafieux. Plus que de l’autodérision, il s’agit surtout d’un contre-pied et d’une manière de transformer un potentiel sujet de moqueries en une véritable force : “le glock est trop gros pour une chemise fittée”, “j’ai ciré mes plus beaux souliers pour crosser l’taulier”, etc.