MENU
Accueil
Kalash se mobilise pour que Spotify soit accessible en Guyane et aux Antilles
Écouter le direct
Captre d'écran du clip "Koussi Koussa" de Kalash
Captre d'écran du clip "Koussi Koussa" de Kalash

Kalash se mobilise pour que Spotify soit accessible en Guyane et aux Antilles

Kalash s'est entretenu avec un député guyanais à l'Assemblée Nationale.

Ce mardi 8 juin, Kalash a rencontré le député LREM guyanais, Lénaïck Adam à l'Assemblée Nationale. Le rappeur martiniquais s'est déplacé dans l'enceinte du gouvernement pour porter la voix des guyanais et des antillais qui n'ont toujours pas accès à Spotify. 

Souvent mises à l'écart, les îles française et la Guyane n'ont toujours pas la possibilité d'écouter du son sur la plateforme de streaming. Les artistes ne peuvent pas créer de compte et partager leurs morceaux au public. Pourtant Spotify est la plateforme numéro 1 pour l'écoute en ligne avec plus de 350 millions d'utilisateurs. Cette problématique est méconnue même dans le milieu musical, à tel point que Kalash a dû expliquer à son nouveau producteur son existence. Le rappeur est mobilisé plus que jamais pour en parler au public, il se fait porte-parole des artistes et des auditeurs des Dom-Tom. 

C’est de l’injustice. On n’a pas les mêmes règles, mais on a le même terrain. On nous pénalise.

Nos confrères de France Info ont rapporté les propos des deux hommes lors de leur entrevue. Le rappeur martiniquais est formel "Si les gens n’ont pas accès au morceau, ils vont le télécharger illégalement ou ne l’écouter que sur Youtube." Les artistes ne peuvent donc pas bénéficier du soutien financier du public antillais et guyanais grâce au streaming. D'autres plateformes existent mais se passer du leader mondial est un vrai problème pour Kalash :"C’est de l’injustice. On n’a pas les mêmes règles, mais on a le même terrain. On nous pénalise."

Sans le public guyanais et antillais les statistiques sont biaisées 

Le problème est de taille, les artistes perdent une part importante de marché.  Kalash est catégorique :"(...) si on prend mes statistiques, la majorité se fait à l’extérieur des Antilles, alors que mon plus gros public est aux Antilles. Imaginons qu’on ouvre l’accès : on aurait plus de crédibilité". Les artistes antillais ne sont pas visibles auprès de leur public, de leurs racines.

Alerté par l’association Hit Lokal, Lénaïck Adam a interpellé Spotify en septembre dernier. Le directeur lui a répondu et le député reste dans l'attente d'un rendez-vous pour véritablement bouger les lignes. Lénaïck Adam, affirme que "Si la population qui vous ressemble le plus, qui vous écoute le plus, ne peut pas télécharger vos musiques, forcément les résultats des classements sont biaisés".