MENU
Accueil
JuL plus gros vendeur du rap français, c’est quoi la suite ?
Écouter le direct
JuL (DR)
JuL (DR)

JuL plus gros vendeur du rap français, c’est quoi la suite ?

En début d’année, JuL qui est officiellement devenu le plus gros vendeur de l’histoire du rap français. Après avoir réalisé cet exploit, que lui reste-il à accomplir ?

Idole absolue pour les uns, incarnation de l’antéchrist pour les autres, Jul est devenu en une petite demi-douzaine d’années le plus gros vendeur de disques de toute l’histoire du rap français. L’exploit est d’autant plus impressionnant qu’il s’est fait après avoir dépassé chronologiquement Booba, vingt-cinq ans de carrière dont quinze en position de numéro 1 du rap-game ; puis IAM, une discographie qui court sur trente ans et reste dominée par l’album le plus vendu de l’histoire du rap français, L’Ecole du Micro d’Argent et son million et demi d’exemplaires écoulés ; et enfin, MC Solaar, auteur des premiers tubes du rap français il y a trente ans avec Bouge de Là et Caroline. 

Les facteurs expliquant cette prise de pouvoir spectaculaire de Jul sont évidemment nombreux, mais c’est bien la combinaison entre productivité extrême et régularité des chiffres de vente qui lui a permis de grimper, projet après projet, les marches le séparant des 3 millions d’albums vendus par MC Solaar. Désormais bien installé en première position des plus gros vendeurs de l’histoire du rap en France, il devrait consolider sa domination au cours des années à venir, les artistes qui le talonnent ne surfant plus aux sommets des charts (IAM, Solaar) ou n’étant pas assez productifs (Booba, Soprano, Gims) pour rester dans son sillage. Une fois ce bel exploit réalisé, une question se pose : que va-t'il se passer pour Jul désormais ? 

Il fait une pause pour laisser aux autres le temps de le rattraper, et repart de plus belle

C’est un peu le principe du chat et de la souris ou d’Hannibal et Mason Verger : le plaisir du prédateur n’est pas tellement dans le fait d’attraper sa proie, mais bien dans le fait de s’amuser avec une fois qu’elle est dans ses griffes. Après avoir rattrapé, dépassé et largement distancé l’ensemble des gros vendeurs du rap français, toutes générations confondues, le prédateur Jul, seul en tête, n’a donc plus grand intérêt à faire la course. En mai 2020, il prend donc secrètement contact avec les organismes de certification, et fait invalider sur des prétextes alambiqués les scores de 80% de ses albums . 

Redescendu à un score cumulé de seulement 600.000 albums en 6 ans de carrière, il observe le reste de ses concurrents se battre pour rattraper la première place revenue à MC Solaar. Le redimensionnement soudain de son statut crée un appel d’air aux sommets des charts, et les plus gros vendeurs se mettent subitement à sur-produire pour prendre la couronne : Gims sort 4 albums en un an, Ninho enchaine M.I.L.S 4, 5 et 6 en trois mois, PNL intègre Yanis au duo et publie l’album Trois Frères, la Sexion d’Assaut se reforme, NTM balance enfin son cinquième album, et même Diam’s revient dans le rap. Après deux ans d’inactivité à regarder le reste du rap français s’écharper, Jul annonce son retour au printemps 2022. En décembre de la même année, les gros titres sont les mêmes que deux ans plus tôt : “Jul redevient le meilleur vendeur de l’histoire du rap français”. 

Il devient subitement impopulaire

Il suffit parfois de peu de choses. Aux sommets avec une recette d’une simplicité exemplaire depuis six ans, Jul sombre en juin 2020 avec le premier échec de sa carrière : “C’est la vie”, son énième album, ne réalise que 18000 ventes en première semaine, un score plus qu’honorable mais loin des standards de la superstar marseillaise. Disque d’or en cinq semaines malgré une promo intensive, Jul se replonge vite dans le travail pour oublier cette contre-performance. En septembre, l’album “Toujours la dalle” ne score que 10000 ventes en première semaine. Pas résigné, Jul enchaine avec un album gratuit deux semaines seulement après cet échec : 3896 ventes cumulées. 

Un grand nombre d’études sont lancées pour comprendre les raisons de la soudaine impopularité de Jul, mais aucun modèle exact ne se dessine. On évoque la lassitude du public, la concurrence, ou encore la mainmise de nouvelles têtes d’affiches sur la scène marseillaise. Malgré de nombreuses tentatives, le recrutement d’un community manager, un changement de stratégie marketing et une nouvelle coupe de cheveux, la sauce ne reprend pas. Pas vraiment perturbé, et suffisamment à l’abri financièrement, il continue à publier 4 albums par an malgré l’absence totale de médiatisation, et devient l’un des piliers de la scène rap underground. 

Il obtient un disque de Rhodium

D’or, de platine, et parfois de diamant, la discographie de Jul compte un nombre incalculable de certifications. Leur nombre est d’ailleurs si impressionnant que les annonces de nouvelles récompenses ne font plus le moindre effet, ni à l’artiste, ni à son public, ni au reste de l’industrie musicale. Pour marquer le coup, les organismes décident donc de remettre à Jul un disque de Rhodium, certification ultime remise une seule fois dans l’histoire, à Paul Mc Cartney en 1979 par le Guiness des Records -une récompense plus honorifique que statistique. Deux semaines plus tard, le disque lui est retiré pour “absence de responsabilité évidente et mise en danger volontaire de l’intégrité du disque” après que la récompense ait été utilisée pendant une course de trottinettes électriques en plein milieu des rues de Marseille. 

Il réalise un 13 Empire comme Fianso

Après avoir écrasé les charts en solo, l’auteur d'Émotions sent que l’heure est venue de partager son succès avec le reste de sa ville. Le travail de développement entrepris avec Moubarak est une première étape, mais la grande entreprise fédératrice de Jul prend un tournant après un appel passé à Fianso pour lui demander quelques conseils sur la façon de mener à bien un projet à la 93 Empire. Plus qu’un conseiller bien intentionné, le blanc-mesnilois s’intègre carrément au projet et divise les tâches : il gérera la partie relationnelle et politique, Jul sera en charge de l’artistique. En quelques mois, un album phénoménal voit le jour, et comme 93 Empire, réussit à dépasser les mésententes ou les froids entre artistes : 13 Empire réunit la Guirri Mafia, Soso Maness, Mehdi YZ, Lee F, IAM, Kofs, Dadinho, Alonzo, N.I.C, Jul, YL, Soprano, Lil So, 3ème Oeil, Bouga, Naps, Le Rat Luciano, et tant d’autres. 

Il retourne sur sa planète sans prévenir personne. 

Comme le personnage de K-Pax dans le film du même nom, Jul nous prévient depuis un moment, mais tout le monde refuse de l’écouter : on l’appelle l’Ovni. Là où ses auditeurs ont vu une simple métaphore de son rapport à la société humaine, qu’il ne comprend pas et dont il se sent étranger, l’Ovni était en réalité à prendre au sens littéral. Échoué sur notre planète après une panne de son vaisseau spatial, il a fait pendant des années le plein de disques d’or et de platine, son carburant principal, afin de pouvoir repartir sereinement et rejoindre les siens. Un beau jour de juillet, l’énième certification obtenue après un nouveau tube de l’été sanctionne son départ : dans son studio, on ne retrouve qu’une paire de claquettes et des chaussettes vides. 

Il ne se pose absolument aucune question, continue à enregistrer quatre albums par an et à enchaîner les succès. Beaucoup d’hypothèses, mais la réalité est parfois beaucoup plus simple