MENU
Accueil
Josman dévoile le clip sombre de "Seul"
Écouter le direct

Josman dévoile le clip sombre de "Seul"

Josman a sorti sur YouTube le clip de son morceau "Seul'.

Depuis la sortie de son album Split en mars dernier, Josman nous dévoile des clips de morceaux qui en sont issus. Après la vidéo en forme de dessin animé de Je sais, il est revenu ce 18 novembre avec celle du titre Seul, dans un tout autre style beaucoup plus sombre. 

Il avait teasé cette sortie sur Instagram en postant le tout début de la vidéo avec une légende sobre, laissant planer un relatif mystère autour d'une vidéo qui s'annonçait déjà bien obscure.

Le clip s'ouvre sur la scène teasée la veille sur Instagram. Un plan qui tournoie dans ce qu'on imagine être un couloir de béton. Très vite, le mouvement de la caméra nous fait perdre nos repères et donne le ton pour la suite de la vidéo. C'est bel et bien seul et désorienté qu'on retrouve Josman (fraichement abandonné par une jeune femme) dans son appartement. 

"Tu peux lire tout le seum sur mon visage, j'suis perdu je sais même pas c'que j'envisage"

La caméra s'arrête rarement de tourner et nous donne l'impression d'être dans le même état second que le rappeur. Cette manière de filmer fait le lien entre les différents plans, et nous fait suivre le quotidien de Josman seul dans son appartement, entre remise en question et routine enfumée.

Quelques symboles et clins d'oeil semblent être disséminés dans le clip. Posé sur son lit, on a par exemple le temps d'apercevoir le livre posé sur son ventre : "Nations nègres et culture" de Cheikh Anta Diop, un historien, anthropologue et homme politique sénégalais. On peut aussi voir quelques lettres qui apparaissent successivement très rapidement à 1 minute 21. 

"J'me réfugie dans le noir, j’parle avec mon reflet dans le miroir. Et pour soigner les traumatismes, j’ai déjà mes automatismes". Le clip dans son ensemble est ultra esthétique : le noir et blanc renforce le contraste des lumières, et la majorité des plans sont visuellement très puissants notamment celui où on le voit hurler dans l'eau.