MENU
Accueil
IAM : "Koba LaD a parfaitement le droit de ne pas nous connaître"
Écouter le direct

IAM : "Koba LaD a parfaitement le droit de ne pas nous connaître"

Interrogé lors du festival Lollapalooza 2019, IAM est revenu en toute humilité sur l'intervention de Koba LaD qui admettait ne pas connaître le groupe Marseillais.

Interrogé par le média Rap RnB, le légendaire groupe IAM s'est livré à l'exercice de l'interview dans les coulisses du festival Lollapalooza qui s'est tenu à Paris les 20 et 21 juillet et dont nous vous avons fait un report complet.

Le groupe a répondu à des questions sur leur actualité, les festivals, la nouvelle génération du rap français mais aussi sur la réaction de Koba LaD qui, lors de l'un des épisodes de Rap Jeu animé par Mehdi Maïzi, admettait ne pas connaître IAM.

La réaction candide et naturelle de Koba LaD avait bien secoué internet, et certains se sont montrés outrés par la méconnaissance du jeune rappeur. Pourtant, c'est avec la plus grande humilité que le groupe marseillais a réagi (à 6 minutes 11) et répondu à la question sur l'obligation ou non pour les jeunes de connaître les classiques du rap français. 

Les problèmes d'historique c'est quand les gens la ramènent sur le hip hop mais qu'ils ne connaissent pas cette culture.

Pour Shuirik'N : "Il n'est pas obligé de nous connaître. Il n'y a aucune obligation de nous connaître. Qu'il ne nous connaisse ou pas, c'est pas un problème. Il y a un tas de groupes ou d'artiste que je ne connais pas. Si tu me poses la question dans les mêmes conditions, je répondrais peut-être la même chose."

Akhenaton surenchérit : "Il a parfaitement le droit parce qu'a l'inverse si tu me demandais ce qu'il fait réellement, je ne connais pas.(...) Je ne vois aucun mal dans le fait qu'il ne nous connaisse pas. Il y a des tas de gens qui sont dans le rap qui ne sont pas issus de la culture hip hop. L'axe de lutte est plutôt dans le fait de faire reconnaître notre culture et pas que la musique mais de faire savoir que le hip-hop est une culture majeure qui a changé des tas de choses. (...) Aujourd'hui, pour les jeunes, la nouvelle pop est une forme de rap."

Il poursuit : "On vit bien les choses. on se concentre sur ce qu'on fait. On n'a pas ces problèmes d'ego, pas ces problèmes avec l'historique. Les problèmes d'historique c'est quand les gens la ramènent sur le hip hop mais qu'ils ne connaissent pas cette culture. mais sinon il faut que les gens acceptent enfin qu'une partie du rap soit simplement de la musique populaire.__"

Intelligence et sagesse.