MENU
Accueil
Hatik lâche un rap puissant dans le clip introspectif de "sanstitre."
Écouter le direct

Hatik lâche un rap puissant dans le clip introspectif de "sanstitre."

Hatik nous révèle un clip très élaboré avec "sanstitre.".

C'est une grosse période d'activité pour Hatik. Entre annonce d'album , et multiples featurings pour des projets perso ou d'autres artistes (1,2,3 avec Amel Bent, La Vida avec Elams, Grand d'la Tess avec Médine...) c'est avec un nouveau single clipé où il rappe pendant 5 minutes non stop qu'Hatik a débarqué ce 27 novembre : sanstitre__.

L'artiste originaire des Yvelines avait teasé cette sortie la veille sur ses réseaux sociaux, notamment via un post Instagram qui laissait présager de la teneur du clip. Et en effet la réalisation du clip est ultra soignée, en témoigne notamment le découpage en 6 chapitres de la vidéo. Celle-ci alterne passages en noir et blanc et en couleur et nous offre ce qu'on pourrait penser être un retour sur les différentes phases symboliques de la carrière du rappeur.

Hatik en 6 chapitres 

Ainsi, on commence au chapitre 1 avec Hatik qui rappe tout en se filmant au milieu de plusieurs gars assis en cercle. "J’ai rien à faire ici, je me barre de la pièce, j’attends pas qu’un jaloux veuille me bannir", il quitte ses habitudes et peut être une partie de son entourage pour se concentrer sur la musique.

Si on suit cette logique, le chapitre 2 pourrait symboliser la période de charbon qui a suivi la prise de conscience d'Hatik qu'il voulait se donner à fond dans la musique. "Donc j’ferme ma gueule et j’fais mon biffe, j’suis sur toutes les ondes, plus besoin de parler". On le retrouve seul dans un hangar vide faisant ses preuves.

Pour les chapitres 3, 4 et 5 Hatik est à l'extérieur et nous parle de la fame liée à sa prise d'importance. A la lumière de phares de voitures qui dansent, Hatik accompagné d'une fille évoque les dérives de la popularité. "J'rentre à la banque et ça me demande un selfie". Il finit par être de retour dans un hangar lors d'un tête à tête avec un policier : "si les condés m'demandent j'suis en tournée". 

C'est posté sur un toit que l'on retrouve le rappeur des Yvelines pour l'ultime chapitre. Il nous fait ses dernières déclarations tournées vers l'avenir : "Eh mon pote, on rappait t’étais pas là, on rappera et tu seras plus là". Et finit sur une outro qui attire l'attention : "Hatik, nouveau riche, 2020, 21, 22 et en 23, on fait la guerre, 24 on fait la paix, 25, on rachète tout". Serait-il possible qu'on ait accès à une sorte de planning prévisionnel des projets d'Hatik ? L'avenir nous le dira.