MENU
Accueil
Batman : et si nos rappeurs français étaient des supervilains de Gotham ?
Écouter le direct
JuL - Dans la voiture a Batman - (DR)
JuL - Dans la voiture a Batman - (DR)

Batman : et si nos rappeurs français étaient des supervilains de Gotham ?

On a imaginé quelques-uns de nos rappeurs français dans l'univers de Batman.

La sortie d’un nouveau film Batman au cinéma est toujours un évènement. 10 ans après la fin de la trilogie réalisée par Christopher Nolan, alors que la parenthèse Batfleck laisse un goût d’inachevé aux fans du Chevalier Noir, le héros est de retour sous les traits de Robert Pattinson. Un brin kitch à ses débuts, le personnage a progressivement sombré. Devenu solitaire et torturé, il a vu son univers devenir de plus en plus dur. Gotham s’est transformé en archétype de la ville américaine dangereuse et mal famée, avec des services de police corrompus, une mafia puissante, des hommes politiques peu recommandables.

Les principaux ennemis de Batman ont eux aussi évolué avec le temps. Clownesque dans les années 50, le Joker est par exemple devenu l’un des vilains les plus charismatiques de l’histoire de la fiction. Que ce soit dans les comics, à la télévision ou au cinéma, chacune de ses représentations propose une vision différente du personnage -qui reste, dans tous les cas, un affreux sociopathe. D’autres antagonistes sont apparus au fil des différentes œuvres, pour aboutir à un bestiaire d’ennemis absolument fabuleux. De Bane à Calendar Man en passant par Gueule d’Argile, Harley Quinn ou Mister Freeze, tous ont une histoire personnelle bien racontée, et des motivations profondes.

On s’est déjà demandé pourquoi Batman fascine à ce point le rap français : les quartiers chauds de Gotham sont intestables ; il est masqué comme de nombreux rappeurs ; il est torturé et bresom ; il roule en gamos très grand luxe… Une théorie nous a cependant échappé : nos rappeurs se reconnaissent peut-être tout simplement dans les supervilains qui peuplent l’univers de la chauve-souris.

Bane - Kalash Criminel

Un mec qui a grandi dans la violence, en imposant le respect par la peur. Très jeune, il a dû affronter la cruauté du monde extérieur, ce qui l’a poussé à écraser des têtes pour ne pas se faire marcher dessus. Depuis, le petit garçon a bien grandi, et personne n’ose vraiment entrer en beef avec lui. Très cultivé malgré ses apparences brutales, personne n’a jamais vraiment vu son visage en entier. Côté relations amoureuses, il est très discret, puisque même quand il dit Je t’aime, on dirait qu’il fait menace.

L'Épouvantail - Menace Santana

Il aime les citrouilles, les objets contondants et a probablement grandi avec des posters de Michael Myers ou Freddy Krueger dans sa chambre. Obsédé par l’imagerie de l’épouvante et par les symboles horrifiques, il n’a rien d’un simple taré qui garde son déguisement d’halloween toute l’année, mais revendique un véritable background criminel.

Calendar Man - Jul

Il est présent absolument TOUTE l’année. Pas un Noël, pas une saison, ne se déroule sans lui. On se demande d’ailleurs comment il peut être aussi productif, étant donné qu’il passe la majorité de son temps en autarcie, enfermé dans une pièce, loin du monde extérieur.

Fianso - Solomon Grundy

Il avait juste besoin d’un lundi pour tout changer.

Le Sphinx - Damso

Un mec passionné par les énigmes et les jeux de piste. Son passe-temps préféré : laisser derrière lui des indices à déchiffrer. Plus pacifique dans le fond que certains de ses compères, il est posé et réfléchi, préférant établir des stratégies complexes sur le long-terme que de foncer tête baissée. Son péché mignon : les lettres de l’alphabet grec, qui donnent un côté hyper-mystérieux à ses devinettes (alors que bon, l’alphabet glagolitique ou runique c’était pas mal non plus).

Cobblepot - Sadek

Il a été l’objet de moqueries cruelles au sujet de son physique, est passé par une phase de dépression, avant de reprendre le dessus et de s’imposer comme un nom incontournable. Amateur d’art, il n’hésite pas à en faire un business pour arrondir ses fins de mois (“pour dix-mille euros, tu rachètes un Basquiat”).

Killer Croc - Kaaris

Grand, costaud et brutal, il peut se servir d’un squelette comme d’un cure-dents. Rejeté par les autres pour de mauvaises raisons, il sait fait preuve de beaucoup plus de subtilité que ce que l’on pourrait croire. Il est l’un des seuls à pouvoir se frotter à Bane / Kalash Criminel.

Mr Freeze - Freeze Corleone

Un mec qui garde son sang-froid comme un reptilien en hypothermie qu'habite dans la neige. Glacial comme Michael Corleone, Freeze n’a rien d’un vulgaire criminel. Coupé du monde extérieur, il évolue dans son propre référentiel, développant une certaine indifférence vis-à-vis du reste de la société.

Black Mask - Siboy

“Aimait-il les humains comme Hannibal ?”. Une chose est sûre : il est particulièrement sadique, pris d’une véritable passion pour la souffrance qu’il inflige aux autres : “tuer sans la torture, je trouve que c’est du gachis”. Pas toujours seul dans sa tête (“j'parle à moi-même comme un schizophrène”), il ne fait qu’un avec son masque.

Ventriloque - Ziak

Un mec capable de laisser sa véritable personnalité de côté pour laisser libre court à un déchaînement de violence et de folie par le biais de son personnage. Ce dernier est plus éloquent et plus charismatique : en public, c’est lui qui prend le dessus et s’exprime.

Maxie Zeus - Benjamin Epps

Il est arrogant et donne l’impression de se prendre pour un autre, mais c’est pour ça qu’on l’aime bien.

Deadshot - Alpha Wann

Obsédé par la précision et la maîtrise technique, il est extrêmement professionnel dans son approche, laissant de côté les sentiments et les émotions. Il tire plus vite que son ombre, et à ses yeux “Batman, c’est pour les gosses”.