MENU
Accueil
Et si Ateyaba profitait de tout ça pour finir son album ?
Écouter le direct
Ateyaba - shooting Hypebeast (DR)
Ateyaba - shooting Hypebeast (DR)

Et si Ateyaba profitait de tout ça pour finir son album ?

Parce que le peuple a besoin d’espoir en ces temps difficiles, top 10 des raisons d’y croire.

Ok, la situation actuelle est compliquée pour tout le monde, mais il est possible que certains arrivent à en tirer du positif. Voici 10 raisons qui nous laissent penser qu’Ateyaba pourrait mettre à profit la crise pour tirer son épingle du jeu. Croisons les doigts.

1) Il habite Montpellier

Et si beaucoup de gens s’emmerdent un peu partout en France, à Montpellier, ville étudiante, ça doit être encore pire. Parce que quand les facs et autres écoles sont fermées, ça se complique. Il n’y a rien de pire que des étudiants qui ont trop de temps libre. Ils doivent être bruyants, sales, et à tous les coups ils jouent du djembé en intérieur, donc autant s’isoler et bosser sur sa propre musique

2) Ça fait désormais 3 ans que la sortie est repoussée

On ne va pas refaire tout l’historique, si vous attendiez l’album en temps et en heure, le retard vous a fait redécouvrir le mot "déception". À partir de là, plusieurs options. Déjà, Ateyaba a dû se résoudre à accepter l’horrible vérité : il ne pourra jamais faire pire que Dr. Dre en terme d’attente, ça ne sert à rien de continuer la course. Le bon docteur a réussi à dépasser les 15 ans d’attente, il a entretenu la confusion en disant parfois qu’il ne sortirait jamais, parfois en sous-entendant que ça arriverait peut-être un jour. Il est imprenable à ce jeu là, alors il est temps pour Ateyaba de s’incliner : Ultraviolet ne sera jamais Detox, et franchement tant mieux pour lui.

3) Sortir maintenant serait malin

D’un côté, pas de circuit promo classique, certes, mais ça lui correspond : le loustic n’a jamais vraiment semblé très friand de l’exercice de l’interview. En outre le public d’Ateyaba semble assez actif sur la toile, et même si certains ont jeté l’éponge, la curiosité l’emportera sur la lassitude, surtout en cette période où pas mal d’albums sont repoussés. Ah, et accessoirement, ça serait bien d’avoir un projet officiel sous le nom d’Ateyaba. Le changement de nom a été martelé à partir de 2018, sauf que dans pléthore d’articles on lit encore « Ateyaba (anciennement Joke) » ou « ex-Joke », et ça c’est un échec. La sortie d’un album sous ce nom réglera enfin ce running gag involontaire.

4) Parce qu’il le mérite

On pense ce qu’on veut d’Ateyaba, mais pendant une période, sa situation laissait perplexe voire inquiet. Un peu comme Jul à l’époque de ses gros soucis avec son ancien label, il n’y a rien de plus triste qu’un artiste qui semble désireux de sortir de la musique mais qui ne peut pas. Que ce soit pour des raisons d’inspiration, des problèmes personnels, des soucis contractuels, ou comme ça serait le cas ici, un perfectionnisme un poil trop prononcé, on ne souhaite ça à personne. Courage Gillou et attention à ne pas finir comme Hal qui n’arrivait pas à finir sa peinture dans ce fameux épisode de Malcolm in the middle.

5) Parce que ça relancerait le débat sur son influence

En période de confinement, nombreux sont ceux qui ont du mal à trouver une occupation ; il est difficile de se divertir en restant enfermé chez soi. La sortie d’Ultraviolet serait une nouvelle salutaire. Pas musicalement, loin de là, mais simplement parce que ça permettrait à tous les auditeurs de rap profondément désœuvrés de se lancer à nouveau dans un fameux débat inutile mais récurrent. A savoir l’importance de l’influence du rappeur au sein du rap français. Rappelons que pour certains c’est un précurseur arrivé trop en avance, dont le style a imprégné toute une génération de rappeurs actuels, tandis que pour d’autres, c’est plus ou moins un branleur qui copie les américains comme tout le monde. Les deux positions étant irréconciliables, il y aurait du sang, et donc du spectacle. Enfin, pendant au moins 48 heures quoi, le temps que les réseaux sociaux passent à autre chose.

6) Parce qu’il a beaucoup à raconter

Le fil twitter de l’artiste est parfois assez obscur, souvent perché, mais il a l’air d’en avoir gros sur la patate. Un vécu pareil se doit d’être immortalisé au micro et partagé avec le monde entier. En tout cas ça ne peut pas être plus absurde que de le lire au hasard sans contexte ni explication.

7) Parce que son stock de Nike va finir par s’épuiser

Ateyaba a à de nombreuses reprises représenté la marque de sportswear. Que ce soit pour des shootings, des opérations promo, du placement dans des clips, des événements, des lancements officiels de nouveaux produits, c’est lui qu’on appelle. Problème : en période de confinement, même les livraisons sont réduites, et surtout déconseillées quand ce ne sont pas des produits de première nécessité. Alors certes, la réserve impressionnante du MC lui permettra de tenir un certain temps, mais pas indéfiniment. Et vu son style toujours à la page, il ne peut pas se permettre d’arriver à l’issue du confinement sans avoir les derniers modèles, ne serait-ce qu’une journée, sinon sa légende sera entachée et il brûlera aux premiers rayons de soleil. Le seul moyen d’avoir de nouveaux modèles en exclu est donc d’avoir un support artistique à présenter à l’équipementier, et pour ça il faut charbonner. D’où l’album.

8) Parce qu’il l’a dit lui-même

Dans une interview accordée à Views il a indiqué que la nouvelle tendance en 2020 serait "Ultraviolet", façon sibylline de dire que sa fameuse arlésienne touchait bientôt à sa fin. Au-delà de ça, il s’est produit lors d’une soirée Yard et a annoncé devant un public surpris "le disque dur est plein, vous-même vous savez, ça arrive bientôt" etc, ce qui veut dire qu’il avait déjà fait le plein de morceaux à ce moment là. Vu le délai (la soirée était en janvier), certaines sources bien informées tablaient même sur une sortie en mars. Viennent ensuite les différentes exclus qu’il lâche de manière plus ou moins régulière sur sa web radio Spirit Of Ecstasy (clin d’œil à la statuette du logo Rolls-Royce). Malheureusement le public étant ce qu’il est, vu les chiffres d’écoute certains ont la flemme de tout se taper pour isoler les morceaux en question pendant que d’autres se contentent de rips assez dégueulasses. Ce ne sera plus un problème si l’album sort.

9) Son vrai métier

Étant donnée l’absence prolongée du bonhomme dans l’industrie musicale, une partie de son public s’est demandée comment il pouvait se passer aussi facilement de ses revenus à ce niveau là aussi longtemps sans jamais être en difficulté. Partant de là de nombreuses théories fumeuses sont venues polluer la toile, allant de faux témoignages de gens qui auraient fait leurs études avec lui aux déductions de groupies déterminées en passant par des anecdotes inintéressantes de sympathiques Montpelliérains. Ce qui est revenu le plus souvent : ingénieur, et architecte. Si on se base là-dessus, ok il peut à l’occasion faire du télétravail et des réunions par visioconférence, mais ça reste 1) très limité 2) très chiant. Pour s’aérer l’esprit, quoi de mieux que de finaliser son album ? Voilà, merci.

10) Parce que Kekra sort cette semaine

Kekra sort sa mixtape Freebase 4 le vendredi 27 mars, bravant le confinement, la maladie et l’absence de concerts promos. Sachant le grand amour que se portent mutuellement les deux artistes, sans doute que ça pourrait motiver Ateyaba à s’activer pour prouver que lui aussi ne dort pas durant cette période compliquée de confinement et de quarantaine.

BONUS : Parce que même Alexandre Astier a annoncé Kaamelot

...et c’est très clairement l’équivalent de Joke à tous les niveaux. Pour rappel, Astier a conclu la série Kaamelott en 2009. Depuis, il y a eu des annonces assez cryptiques de suite au cinéma, sauf que malgré les cris d’agonie des spectateurs en manque, ce n’est qu’en 2020 qu’une première bande-annonce officielle est tombée. C’est exactement la même situation que pour notre rappeur : de l’attente, du mystère quant aux raisons de l’absence, et surtout leurs fanbases se ressemblent beaucoup. Alexandre, comme Ateyaba, est vénéré par une étrange cour de monomaniaques qui le considèrent comme le plus grand génie de tous les temps et ne jurent que par lui au point d’en dégoûter tous les autres. Alors si le premier a pu se sortir les doigts pour finalement arriver à pondre un film, le second devrait pouvoir sortir son album sans trop de difficultés, c’est mathématique.