MENU
Accueil
De Niro à Nekfeu, les albums-surprises dans le rap français
Écouter le direct
Niro dans le clip "Vivastreet"
Niro dans le clip "Vivastreet"

De Niro à Nekfeu, les albums-surprises dans le rap français

Niro a surpris tout le monde il y a quelques jours avec une sortie d’album annoncée au dernier moment. Avant lui, d’autres avaient déjà effectué cette démarche.

Niro, un album annoncé 20 minutes avant sa sortie  

Mercredi 8 juillet, 23h40 : Niro, tête d'affiche du rap français, annonce la sortie d'un nouvel album Sale Môme … dans 20 minutes. Si le rappeur n'en est pas à son coup d'essai, puisqu'il avait déjà pratiqué le même type de sortie-surprise en 2016 avec Or Game, la démarche suppose une certaine confiance en soi et en la puissance des réseaux sociaux pour faire circuler l'information. 

Rapidement salué pour la qualité du projet et le courage de délaisser toute forme de promo, Niro a sans aucun doute réussi son pari. Surtout, il a eu la confirmation que son entourage était digne de confiance, la majorité des sorties de ce type étant victimes de fuites quelques jours voire quelques semaines avant le jour J. 

Rendues possibles par la démocratisation du streaming, ces publications au dernier moment profitent de l’absence des process longs qui régissaient les sorties d’albums à l’époque où seul la vente physique était possible : pressage des disques, distribution dans les différents points de vente, livraisons, mise en rayons, etc. 

Aujourd’hui, hormis les démarches inévitables, le choix de la date et de l’heure de la sortie ne nécessite qu’un accord avec les plateformes de diffusion. Le rap français a déjà expérimenté à diverses reprises la publication d’album au tout dernier moment, avec plus ou moins de panache et de réussite. 

Les sorties en plein concert : Nekfeu, Ninho  

1er décembre 2016 : Nekfeu est à l’Accor Hotel Arena de Bercy pour conclure sa tournée. Juste avant le début du show, les spectateurs sont invités, via des messages sur les écrans géants et via des prospectus distribués, à s’enregistrer via un lien. Le concert démarre, se déroule comme tout autre gros concert à Bercy : de la sueur, des invités, un public qui passe plus de temps à filmer le concert qu’à vivre le moment, des adolescentes qui hurlent leur amour au rappeur, pas mal de goodies vendus, et même un titre inédit. 

Quelques minutes avant la fin de la soirée, Nekfeu prend le micro et annonce aux spectateurs qu’un nouvel album vient de sortir, et qu’ils ont reçu par sms un lien pour le télécharger. Un très joli coup sur le plan de la communication, qui nécessite une grosse organisation et, comme le rappelle Nekfeu, une équipe soudée qui ne leak pas les infos. 

Un peu plus d’un an après Nekfeu, c’est Ninho qui choisit le même type de procédé pour la sortie-surprise de la mixtape M.I.L.S 2.0. L’effet d’annonce est évidemment moins spectaculaire, car déjà vu, mais fonctionne tout aussi bien. Seule différence : si le projet de Nekfeu était disponible immédiatement après été dévoilé, celui de Ninho ne le serait que deux jours plus tard, le concert étant joué un mercredi et la sortie programmée le vendredi. 

On peut également citer M.I.L.S 3, qui aurait certainement été une sortie-surprise s’il n’avait pas fuité le 6 mars dernier. Finalement publié sur les plateformes dès le lendemain, pour éviter de perdre les écoutes liées au piratage, la mixtape sort en version physique le 13 mars, ce qui laisse à penser que la véritable date programmée était celle-ci. 

Médine, un précurseur  

En 2015, la carrière de Médine est face à un tournant. Après avoir quitté Because et face aux nouvelles sonorités qui pleuvent sur le rap français, l’artiste havrais doit obligatoirement réagir et donner un coup de fouet à sa discographie. Longtemps absent du champ vision du grand public, il a commencé à se retrouver au coeur de polémiques sur les plateaux télé ou dans la sphère d’extrême droite ; par ailleurs, sa fan-base commence à se poser des questions sur ses choix artistiques et son ouverture à des sonorités nouvelles ou à des concepts neufs. 

Sans prévenir, il publie sur iTunes (le streaming n’en est encore qu’à ses balbutiements) un EP intitulé Démineur : 10 titres, pas tous inédits, et une intro intitulée Reboot qui pose les bases de la renaissance de Médine. Un joli coup qui lui permet d’aller chercher le top 3 de la plateforme d’Apple, avant de mettre à disposition de ses fans une version physique. A cette occasion, Médine a clairement anticipé les futurs modes de consommation de la musique, misant avant tout sur la dématérialisation et sur l’instantanéité d’internet. 

Les vraies-fausses surprises de Booba   

Sorti le fameux 4 décembre 2015 en même temps que les albums de Rohff et Jul, et la réedition de Nekfeu (mais aussi un projet de Joeystarr et Nathy, on l’oublie), Nero Nemesis semblait initialement prévu comme un album-surprise. Peu avant sa sortie, Booba s’amuse avec son public en laissant entendre que l’album arrive, mais sans dévoiler la date -c’est d’ailleurs Rohff qui insiste pour que Booba dévoile son jeu, ce dernier répliquant d’un “on dirait que si je sors mon album en même temps que lui, il va plainter”. Les précommandes sont finalement ouvertes un peu plus de deux semaines avant la sortie officielle. 

Pour Trône, il ne s’agit pas non plus d’un véritable album-surprise, puisque la sortie était prévue. Neuvième album solo et dernier en date de Booba, il a battu quelques records en 2017, malgré des conditions assez chaotiques. Annoncé pour le 15 décembre, il fuite pourtant sur internet (via l’application de messagerie WhatsApp) dès le 28 novembre, dans une qualité pas franchement optimale. P

as franchement perturbé, Booba s’en amuse rapidement via diverses réactions sur Instagram, et avance la sortie digitale de l’album au 1er décembre, maintenant la sortie du physique à la date prévue initialement mais “en édition limitée à 50000 exemplaires”. Les théories de fans autour de la sortie d’un deuxième album intitulé “Bataille Finale” le 15 décembre pullulent, si bien que le rappeur se voit contraint de démentir l’information pour ne pas laisser de faux espoirs à son public. 

Rééditions et bootlegs surprises  

Janvier 2018 : quelques jours avant la sortie de Xeu, huit titres non-mixés de Vald fuitent sur internet, ce qui laisse à penser qu’il s’agit d’extraits de l’album. Ces titres ne font cependant pas partie de la tracklist finale, et on comprendra que ce leak a été organisé par le rappeur et son équipe pour prendre le contre-pied des sorties piratées. En septembre 2018, Vald publie du jour au lendemain un nouveau projet, NQNT33, qui contient ces huit titres en version mixée et masterisée, agrémentés de contenu inédit ou non : on y retrouve des couplets ou des refrains déjà connus mais sur des prods différentes, un freestyle initialement publié chez Booska-P, des solos de Suikon Blaz AD et Sirius, des interludes, un remix de Possédé, etc. 

Prévu initialement uniquement en streaming, le projet est finalement distribué en physique lors du Zénith de Vald en novembre 2018, et le rappeur en fait gagner quelques exemplaires via ses réseaux sociaux ces derniers jours. Cette sortie surprise, entre mixtape et bootleg, est donc plus à considérer comme un bonus sans prétentions pour contenter les fans du rappeur et éviter de laisser des morceaux potentiellement intéressants se perdre dans la nature. 

Du côté d’Orelsan, ce n’est pas un bootleg mais une réédition qui est sortie sans vraiment prévenir. Annoncée trois jours seulement avant sa sortie, la réédition de La Fête est finie surprend : d’une part parce que l’album, véritable réussite sur tous les plans (critique et commercial) semblait se suffire à lui-même ; d’autre part, par l’ambition de son contenu, avec 11 titres inédits dont des morceaux très forts (le feat avec Damso, le texte sur les grands-parents, etc). 

Avec cette publication qui vient renforcer l’impact de l’album original, Orelsan prouve que l’époque des quinze extraits avant la sortie et des annonces trois mois à l’avance est révolue : désormais, sortir un projet en gardant le silence jusqu’au dernier moment est devenu une norme.